La frénésie alimentaire est un risque avec le trouble bipolaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La frénésie alimentaire est un risque avec le trouble bipolaire

Message  Andrée le Jeu 1 Aoû 2013 - 7:30

La frénésie alimentaire est un risque avec le trouble bipolaire.




frénésie alimentaire avec le trouble bipolaire - Psychiatrie.

Les crises de boulimie avec le trouble bipolaire augmentations probables des problèmes psychiatriques, y compris des pensées suicidaires, l'anxiété

Le trouble bipolaire évolue différemment chez les patients qui ont une boulimie, une étude menée par la Mayo Clinic, le centre Lindner d'espoir et de l'Université du Minnesota trouvé. Les crises de boulimie et l'obésité sont souvent présents chez les patients bipolaires, mais le trouble de l'humeur semble prendre un chemin différent à ceux qui frénésie alimentaire qu'il fait dans obèses patients bipolaires qui ne le font pas, les chercheurs ont découvert. Les résultats sont publiés en ligne dans le Journal of Affective Disorders.

Jusqu'à 4% des Américains ont une certaine forme de maladie bipolaire, et de ceux, un peu moins de 10% ont également hyperphagie boulimique - un taux plus élevé de crises de boulimie que celle observée dans la population générale, dit le co-auteur Mark Frye, MD, psychiatre et président du Département de psychiatrie / psychologie à la Mayo Clinic à Rochester. Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) mise à jour publiée ce printemps reconnaît l'hyperphagie boulimique comme une condition distincte, a t-il noté.

Les patients bipolaires qui crises de boulimie sont plus susceptibles d'avoir d'autres troubles mentaux des questions telles que les pensées suicidaires, psychose, anxiété troubles et l'abus de substance, selon l'étude. Les personnes atteintes de trouble bipolaire qui sont obèses mais ne crises de boulimie sont plus susceptibles d'avoir de graves problèmes physiques tels que l'arthrite , le diabète , l'hypertension artérielle et les maladies cardiaques .

Il était plus fréquente chez les femmes que chez les hommes souffrant de trouble bipolaire de crises de boulimie ou d'être obèses, selon l'étude.

«La maladie est plus compliqué, et puis, par définition, la façon dont vous souhaitez concevoir la meilleure façon d'individualiser le traitement est plus compliqué", explique le Dr Frye. Il souligne vraiment l'importance d'essayer de stabiliser l'humeur, parce que nous savons quand les gens sont symptomatiques de la maladie bipolaire leur fréquence de consommation excessive est susceptible d'augmenter. Nous voulons travailler avec des traitements qui peuvent être utiles mais ne pas avoir gain de poids comme une partie importante effet. "

Les chercheurs ont utilisé la Mayo Clinic bipolaire Biobank, un effort de collaboration entre la Mayo Clinic, le centre Lindner d'espoir, Université du Minnesota et Mayo Clinic Health System. Plus de recherche est prévu pour voir s'il ya un lien génétique à l'hyperphagie boulimique dans la maladie bipolaire.

«Les patients atteints de trouble bipolaire et l'hyperphagie boulimique semblent représenter une population plus gravement malades des patients bipolaires. L'identification de ce sous-groupe de patients aidera à déterminer les causes sous-jacentes du trouble bipolaire et de conduire à des traitements plus efficaces et personnalisés», explique le co-auteur Susan McElroy, MD, directeur de recherche au Centre Lindner d'espoir.


Arrow 

http://www.revuedesante.com/Article/la-frenesie-alimentaire-est-un-risque-avec-le-trouble-bipolaire-1616.html

Voir liens sur le forum :
Arrow 

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/search?mode=searchbox&search_keywords=boulimie&show_results=topics

Andrée

Féminin Nombre de messages : 2268
Type troubles : TB
Date d'inscription : 22/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La frénésie alimentaire est un risque avec le trouble bipolaire

Message  Tara le Jeu 1 Aoû 2013 - 8:01

Bonjour et Merci Franzie,

cela m'éclaire encore plus, cela enjoint ce que ma nouvelle psychiatre m'avait dit.
Du coup la culpabilité n'a plus lieu d'être et les troubles alimentaires devraient s'estomper aussi...

Je crois énormément au facteur génétique, environnemental et éducatif.
Ma très chère mère  evil  m'a toujours mit au régime, refusant l'image que je lui renvoyais.
Maintenant, émancipée j'ai une autre approche, mais je me suis rendu compte que malgré moi, j'ai reproduis à moindre échelle ce schéma !

Je retournerai volontiers revoir et relire tout ça, car c'est une réalité importante pour nous.

Un grand merci pour ce partage.
Bizz de Tara I love you
avatar
Tara

Féminin Nombre de messages : 1799
Age : 53
Type troubles : Bipolaire, petite fille de bipolaire
Emploi / Statut : AAH/ Invalidité/2
Date d'inscription : 25/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum