Sommes-nous si différents des personnes schizophrènes ?

Aller en bas

Sommes-nous si différents des personnes schizophrènes ?

Message  Invité le Mar 21 Déc 2010 - 16:32

Sommes-nous si différents des personnes schizophrènes ?

La schizophrénie est une maladie mentale qui fait peur par son étrangeté. Les personnes atteintes de schizophrénie semblent très différentes de celles qui se sentent bien dans leur peau, et de ce fait, très difficiles à comprendre. Pourtant, entre le malade atteint de schizophrénie et une personne en parfaite santé mentale, il n'existe pas tant de distance qu'on pourrait le croire. Jean-Louis Monestès, psychologue qui a beaucoup écrit de manière claire et très humaine sur le sujet (*) a accepté de répondre à nos questions.


Lire la suite de l'article, soit les questions et les réponses

Arrow http://www.e-sante.fr/sommes-nous-si-differents-personnes-schizophrenes/actualite/1387

Article publié par Dr Catherine Solano le 02/03/2009 - 01:00
Sources : * Suicide et schizophrénie : évaluation du risque et prévention, G. Gavaudan, N. Besnier and C. Lançon, Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, Volume 164, Issue 2, March 2006, Pages 165-175.


autre fil antérieur sur le sujet http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t2595-recherche-sante-n79-les-troubles-schyzophreniques?sid=0092774dc01f690e9645ca57ce7b6996#25700

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sommes-nous si différents des personnes schizophrènes ?

Message  Petit Hippocampe le Sam 25 Déc 2010 - 0:08

Je ne pense pas que le TB et la schizophrénie soient très éloignés en ce qui concerne les symptômes. Par exemple, en tant que bipolaire de type I, il m'arrive parfois d'avoir des bouffées délirantes, symptôme que l'on ne trouve normalement que dans la schizophrénie. D'ailleurs, le premier diagnostique qu'on m'ai posé était celui-là.

Or, un schizophrène perd progressivement ses facultés intellectuelles, sans même s'en rendre compte. La seule chose que les médecins peuvent faire (à part le traitement médicamenteux), c'est limiter cette longue dégénérescence, la stabiliser. Mais en aucun cas, le schizophrène ne peut récupérer ce qu'il a perdu.

Lorsqu'on m'a posé ce diagnostique, je ne savais plus lire, je souffrais de paranoïa aigue, je m'automutilais et ne m'alimentais presque plus. Un neuro-psychiatre m'a alors fait faire une rééducation neurologique pendant 2 ans : c'était un procédé expérimental. Avec ça, j'ai participé à un programme de test pour un nouveau médicament sensé améliorer l'état des schizophrènes : c'était Abilify. Grace au traitement et à la rééducation neurologique, au bout de 2 ans, j'ai totalement récupéré mes facultés intellectuelles. Cela prouvait bien que je ne pouvais pas être schizophrène.

On sait maintnant que par le plus grand des hasards, les scientifiques ont découvert qu'Abilify marchait aussi bien sur les schizo que sur les bipo. D'ailleurs la notice du médicament a été modifiée en ce sens.

Autre preuve que je ne suis pas schizo s'il en fallait : le jour où j'ai arrêté Abilify (problèmes d'effets secondaires), j'ai fait la pire crise de manie de toute ma vie (elle a duré 7 mois et 1/2).

Finalement, ce qui distingue la bipolarité de la schizophrénie, c'est l'évolution de ces deux maladies : alors qu'un bipo peut récupérer entre deux phases ou bien grâce à une manie, un schizophrène, lui, perd irrémédiablement tout ce qui le lâche intellectuellement. Si tu as déjà vue le documentaire de Sandrine Bonnaire sur sa soeur schizophène, tu verras exactement de quoi je parle...
avatar
Petit Hippocampe

Féminin Nombre de messages : 85
Emploi / Statut : trouble bipolaire
Date d'inscription : 23/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum