Les langues se délient sur les maladies mentales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les langues se délient sur les maladies mentales

Message  Andrée le Mer 26 Fév 2014 - 18:34

Les langues se délient sur les maladies mentales



le 21/02/2014

Grâce aux témoignages de patients et de proches, on en sait plus sur des troubles du comportement, jusque-là très hermétiques.

C'est comme un nouveau continent qui apparaît. Cette terre dont on a encore du mal à dessiner les concours, c'est la maladie mentale, désormais dévoilée par les nombreux patients qui depuis quelques mois racontent dans leur livre le vécu quotidien avec des troubles relevant de la psychiatrie.

Jusque-là, celles-ci terrorisaient autant qu'elles désespéraient.
Vous disiez «maladie mentale» et venaient à l'esprit des images d'Hôpitaux Psychiatriques, de camisole de force et autre Vol au-dessus d'un nid de coucou. Désormais, la schizophrénie décrite - entre autres! - par Polo Tonka (Dialogue avec moi-même, Éd. Odile Jacob) ou la Norvégienne Arnhild Lauveng (Demain j'étais folle, Éd. Autrement), l'autisme raconté par Hugo Horiot (L'empereur, c'est moi, Éd. L'Iconoclaste) ou la bipolarité restituée par Marie Alvery et Hélène Gabert (J'ai choisi la vie, Éd. Payot), viennent donner des couleurs concrètes à ce qui était toujours décrit «de l'extérieur».

Une aide pour les soignants autant que les parents

Le premier impact de tels récits est sur les soignants. Dominique Willard, psychologue au Centre référent en remédiation et réhabilitation psychosociale du service hospitalo-universitaire du professeur Marie-Odile Krebs du CH Sainte-Anne (Paris), estime que «si les malades ont toujours décrit leurs souffrances, aujourd'hui, on leur prête encore plus attention».
C'est alors toute la clinique qui s'en trouve changée. «Dans notre manière d'écouter les patients, nous évoluons, explique-t-elle. Exemple, nous savons désormais que des troubles cognitifs (mémoire, concentration…) se manifestent parfois avant même l'apparition de la maladie et perdurent même lorsque celle-ci est stabilisée.
Nous nous positionnons donc différemment pendant l'entretien: si un jeune n'arrive pas à faire ses fiches en cours ou a d'importants oublis dans sa vie quotidienne, nous le notons car cela permet de repérer où il en est.»...

Lire la suite
 Arrow 
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/02/21/22022-langues-se-delient-sur-maladies-mentales

Andrée

Féminin Nombre de messages : 2268
Type troubles : TB
Date d'inscription : 22/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum