Et si l'alcool était le plus efficace des traitements en rhumatologie ?

Aller en bas

Et si l'alcool était le plus efficace des traitements en rhumatologie ?

Message  Invité le Lun 6 Aoû 2012 - 3:25

Et si l'alcool était le plus efficace des traitements en rhumatologie ?

Publié le 02/08/2012 - Dans le but de montrer les vertus rhumatologiques de l'alcool, des chercheurs finlandais ont analysé de façon prospective la relation entre la consommation (fréquence, type) de différentes boissons alcoolisées et l'incidence de la polyarthrite rhumatoïde (PR). L'hypothèse d'un effet bénéfique est fondée sur quelques études cas-témoins antérieures.

Des femmes nées entre 1914 et 1948 ont été incluses dans une cohorte entre 1987 et 1990. Des questionnaires concernant leurs habitudes de vie leur ont été envoyés. En 1997, elles ont été invitées à répondre à une seconde série de questionnaires. Le taux de réponse était alors de 70 % (n=39 227). Au sein de cette cohorte qui, selon les auteurs, est représentative de la population féminine suédoise, les 34 141 volontaires indemnes de PR en 2003 et dont les questionnaires étaient analysables ont été suivies jusqu'en 2009. Le diagnostic de PR était relativement objectif, car fondé sur des registres nationaux.

La consommation d'alcool était décrite de deux manières : d'une part, les femmes étaient classées en non buveuses (c'est à dire jamais buveuses), anciennes buveuses, buveuses occasionnelles (≤ 2 verres/semaine) et buveuses régulières (> 2 verres/semaine) ; d'autre part elles étaient réparties en quatre catégories selon la quantité d'alcool consommée : < 1 verre ou jamais ; 1 à 2 verres/semaine ; 2 à 4 verres/semaine et > 4 verres/semaine. Compte tenu de la forte relation positive entre la consommation d'alcool et le tabagisme, les résultats principaux doivent être ajustés sur le statut tabagique, en plus de l'âge.

Le principal résultat mis en valeur par les auteurs est une réduction de 37 % du risque de développer une PR chez les femmes buvant plus de 4 verres d'alcool/semaine par rapport à celles qui en boivent moins d'un verre/semaine. En outre, il révèlent une diminution de 52 % de ce risque quand on analyse l'effet à long terme d'une consommation de plus de 3 verres/semaine (en se basant uniquement sur les résultats du premier questionnaire). Les autres relations entre la PR et la consommation d'alcool (occasionnelle vs jamais, 1-2 verres/semaine vs <1 verre/semaine, 2 à 4 verres/semaine vs < 1 verre/semaine) ne sont pas significatives.

Bien entendu les auteurs ne se privent pas d'expliquer comment l'alcool protège de la PR : "down-regulation" de la réponse immunitaire, inhibition de la sécrétion de cytokines inflammatoires... Toutefois, ces résultats et leur interprétation doivent inciter à la prudence pour au moins trois raisons. D'une part, car le nombre d'analyses statistiques est important et peu aboutissent à des résultats significatifs. D'autre part, parce que l'alcool est un puissant marqueur du mode de vie, notamment, du niveau socioprofessionnel et probablement de la qualité du suivi médical. Or ces facteurs de confusion n'ont pas été correctement pris en compte dans l'analyse qui n'a retenu que le niveau d'éducation comme variable d'ajustement. Enfin, on peut s'étonner de l'importance de l'effet protecteur attribué à l'alcool dans cet article : réduire de moitié l'incidence d'une maladie est-il concevable avec quelques verres par semaine d'une quelconque boisson ? - Dr Boris Hansel

Bottai M et coll. : Long term alcohol intake and risk of rheumatoid arthritis in women: a population based cohort study. BMJ, 2012 345:e4230. doi: 10.1136/bmj.e4230.

Copyright © http://www.jim.fr

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si l'alcool était le plus efficace des traitements en rhumatologie ?

Message  Invité le Lun 6 Aoû 2012 - 9:07

drunken Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum