Une histoire

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une histoire

Message  Invité le Ven 20 Sep - 20:25

Aragorn fumait doucement, assis sur un pan de mur écroulé, à proximité d'Ost Guruth. Il appréciait le moment présent. La journée touchait à sa fin et une mésange semblait défier la tombée de la nuit en poussant de courageux sifflements. L'oiseau était émouvant face à à ce qui était inéluctable. Mais bientôt il se tairait et partirait rejoindre sa compagne.

Le Dunedain, soudain, se sentit frissonner. Un engourdissement, une faiblesse l'envahissaient. Il était si loin de celle qu'il aimait, de celle dont seuls le regard et le sourire lui semblaient être à sa portée. La mésange, bientôt, retournerait à son nid. mais pour lui, le rôdeur solitaire, quel sens pouvait représenter le mot "foyer"?

Il ressentait alors la fraîcheur de la nuit tombante. Le poids de l'âge, tel une présence indésirable mais irrésistible l'accablait. "Il est temps que je reparte à Bree" pensa-t-il à voix haute. Il se reprocha immédiatement de formuler ainsi ses pensées. Certes il était seul, mais il n'était pas bon qu'il relâche ainsi sa concentration. Les prochains temps seraient difficiles et il devait être fort. Aux dernières nouvelles, un certain Souccoline avait quitté la comté et il avait promis à un vieil ami de suivre avec attention cette affaire...

Il savait que Daorin et ses compagnons fêtaient leur incursion dans Garth Agarwen. La nouvelle de leur combat pour libérer la fille rouge avait enflammé Ost Guruth. Ivar était toujours caché quelque part dans les ruines maléfiques, mais le suppôt de l'ennemi avait ressenti la présence de ceux de l'aube de l'Ouest. Le mort-vivant ressentait certainement la morsure de la peur. Lui le mort-vivant, le maudit parmi les maudits était transi par un froid qu'il n'aurait jamais pensé ressentir... cette pensée réchauffa le dunedain qui, se levant, sourit, rejetant ainsi la chape des années tandis qu'il éparpillait au vent la poussière de ses vêtements.

Les nouvelles d'Esteldin n'étaient pas bonnes, mais il ne pouvait pas se rendre dans les hauts du Nord pour le moment.

La mésange lança un dernier piaillement, suppliant le soleil de demeurer au firmament mais l'inéluctable s'imposait. L'astre lunaire trônait déjà dans le ciel et l'oiseau s'en fut afin de dormir jusqu'au retour de la chaleur. L'obscurité était apaisante mais il était temps de partir et la nuit avait été, de tout temps, l'ami de Grand Pas. Encore une fois il reprenait, inlassablement, les chemins de la terre du milieu.

La mésange n'était plus là et le silence attrista le dunedain. Il murmura à l'attention du vent le nom de sa bien aimée. Telle une étoile, le souvenir du sourire d'Arwen éclairerait son trajet.

Nemred, car à tel était son nom à Ost Guruth, enfila sa cape tissée d'ombres et d'obscurité. Le lieu ou il avait fumé durant une heure ne portait plus aucune trace de sa présence. Et pourtant, à aucun moment, il n'avait réalisé que le regard d'un inconnu avait observé ses faits, ses gestes et avait soigneusement écouté les quelques mots qu'il avait prononcé...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Sam 21 Sep - 8:21

Jhared était arrivé à Ost Guruth alors que ses habitants fétaient les courageux héros, les défenseurs de la cité qui avaient bravé les dangers de Garh Agarwen. Des rires et des cris de joie fusaient de part et d'autre tandis que les femmes préparaient un repas d'honneur. Les hommes s'esclaffaient, la bière coulait à flot et Jhared aurait juré avoir vu Daorin danser sur une estrade improvisée.

De mémoire d'homme, Ost Guruth n'avait jamais été aussi animée. Les populations des Eglains s'étaient rassemblés dans une liesse dont l'ampleur n'existait, jusqu'alors, que dans les légendes ou dans les récits des anciens.

L'air était chargé d'épices et les tables débordaient de fruits aux couleurs de l'été. Des pièces de viandes grillés à point et fumants à souhait trônaient tels des trophées. Ainsi qu'il en avait été à Bree après l'incursion dans les galgals, l'espoir semblait renaître. L'hiver et son manteau de chagrin laissait place à un printemps aux promesses nouvelles.

Une farandolle spontanée s'était formée et, d'on ne sait où, des musiciens avaient donné le rythme de la danse... une renaissance avait lieu, une magie ancienne, la magie de l'espoir dans le coeur des hommes et des femmes oeuvrait en ces lieux. Jarhed, souriant à une femme imposante qui portait un large plateau couvert de choppes, restait stupéfait par la métamorphose qui s'opérait.

Bousculé de toutes part, recevant une tape sur l'épaule ou dans le dos, le jeune maître du savoir se frayait difficilement un chemin dans la cohue. Mais d'ou sortaient tous ces gens? Elikan, son corbeau en équilibre instable sur l'épaule, exprimait par ses croassements toute son indignation, le bec bas et les plumes ébouriffées. Et son maître n'était pas de belle humeur non plus, tant il était déçu par les résultats de ses recherches.

Les gardes de la cité lui avait livré seulement un nom :"Nemred". Tout le monde le connaissait mais aucun ne savait qui il était et quelles étaient ses motivations. Pourtant des témoins avaient vu ce mystérieux Nemred s'entretenir avec Fredric l'ancien puis avait porté un courrier à Bree. Ce même courrier, adressé à Daorin, avait mené les membres de l'Ouest à l'assaut de Garth Agarwen.

Plus intéressant encore, Prosper Poidebeurré lui avait confié que dans son auberge, il avait aperçu le dénommé " Bert le coquin" en discussion avec un certain "Grand Pas" de sinistre réputation. Or les descriptions de Grand Pas et de Nemred correspondaient en tous points. Mais la piste demeurait mince!

Un couple de merles sages et discrets, juchés sur un arbuste en fleurs, retint soudain l'attention d'Elikan. Jarhed retint son souffle tandis que son corbeau lachait un grincement strident. "Oui Elikan, reste calme. Je l'ai ressenti moi aussi!". Jarhed avait bien du mal à retenir sa surprise et juguler son exitation. Ses sens ne le trompaient pas et la réaction d'Elikan était sans équivoque! Jamais il ne serait attendu à cela! Ses pensées calculaient les implications de cette découverte innatendue. Décidemment Ost Guruth lui reservait bien des enigmes...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Sam 21 Sep - 20:56

L'homme était resté plus longtemps qu'il ne l'aurait voulu, mais la compagnie du père LARMOISE était toujours enrichissante. Le hobbit était un conteur de qualité et savait garder l'attention de ses interlocuteurs en partageant avec eux une anecdote, une plaisanterie voire une absurdité. Pourtant l'homme ne s'était pas rendu au petit campement des Eglains pour se distraire!

Le père LARMOISE lui avait décrit, trois heures durant, les deux jours de festivité à Ost Guruth. Qui, mieux que lui, aurait pu donner autant d'informations sur les récents évènements? Le plan monté par Aragorn avait atteint ses objectifs, certainement au delà de ce que le Dunedain espérait.

Cependant, la plus grande difficulté était levée : Aragorn, de sa propre initiative, était parti. L'homme le savait car il était présent au moment ou le Dunedain quittait Ost Guruth. Il l'avait longuement observé (et ecouté) avec l'aide de l'espion parfait : un oiseau!

Tandis que la mésange offrait un récital à la lueur déclinante du crepuscule, le rôdeur avait livré ses doutes, ses faiblesses et une fois avait même exprimé ses pensées à voix haute . Les perceptions de la mésange et celles de l'homme ne faisaient qu'une, l'homme avait assisté à la scène tout comme si il avait été assis aux coté d'Aragorn. Ce dernier s'était montré tel qu'il était réellement, il n'interprétait ni Nemred, ni Grand Pas, ni le fier descendant d'Isildur. Et que voyait t'on au delà du masque? Simplement une terrible solitude!

L'homme savait ce qu'était la solitude, elle était une compagne de longue date. Bientôt il devrait partir et quitter une fois encore ses amis ailés. Les oiseaux ne pourraient pas le suivre, en ce lieu ou les êtres vivants n'avaient pas leur place. Alors qu'il saluait une dernière fois le père LARMOISE, l'homme se sentit très proche du Dunedain. Il rejeta rapidement ce sentiment fugitif .

Alors qu'il était à distance du campement des Eglains, la colombe vint se poser sur le dos de sa main. La mésange était la plus intelligente de ses amies mais la colombe était sa préferée. Il lui sourit, lui caressant doucement ses douces plumes blanches. Puis murmurant quelques mots à l'oiseau, il lui livra le message destiné à la seule personne à qui il pouvait demander une aide urgente. La colombe, fidèle messager, s'envola. Elle fit un cercle autour de l'homme (qui la récompensa par un sourire ravi) puis s'éloigna vers l'Est en direction de la Trouée des Trolls.

L'oiseau disparut rapidement et l'homme ressentit, une nouvelle fois, la douloureuse morsure de la solitude. Il devait retourner "chez lui", ses responsabilités primaient sur ses envies!

Malgrè tout, un petit détail ne cessait de l'intriguer. La veille, les deux merles installés à Ost Guruth, avaient ressenti une présence fugitive et inhabituelle. Il balaya rapidement l'ombre d'une crainte, les merles étaient les moins fiables de ses petits alliés et il y avait tellement de gens à Ost Guruth durant la fête... deux vrais têtes de moineaux pensa t'il en souriant. Non! Il devait se concentrer sur la stratégie qu'il devait adopter concernant les plans du Dunedain!

L'homme ne le savait pas, mais il avait sous estimé la vigilance des deux merles...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Dim 22 Sep - 9:39

Oui c'est l'endroit exact ou y se trouvait. Y vient toujours fumer tout seul ici. Mais en fait l'est pas souvent chez nous au cours de l'année". Jarhed, à l'affût de la moindre information, écoutait attentivement le garde .

"Donc Nemred était assis par ici et il s'agit du dernier endroit ou vous l'avez aperçu avant son départ?" demanda le maître du savoir. "Ben en fait, pour dire vrai, l'ai pas vu partir. vous savez, il va, il vient...". Jarhed poussa un lourd soupir... ses recherches n'avancaient guère !

Une heure plus tôt, le garde lui avait appris que Nemred visiblement souffrant, deux jours avant l'incursion à Garth Agarwen, avait été accompagné à la demeure de Radagast par un certain Aric parle-aux-pierres. Un ermite vivant quelque part dans les alentours d'Ost Guruth." Radagast, Nemred... ses raisonnements ne menaient à rien...

Il était fatigué des façons rustres du garde mais fit un dernier effort : "et rien n'a attiré votre attention ? Un fait bizarre, inhabituel ?". "Ben non" répondit le garde. "Non, rien de particulier".

Jarhed observa un instant la face rougeaude de son interlocuteur. Celui ci louchait et son haleine était putride. "Merci mon brave, vous m'avez beaucoup aidé" dit il mécaniquement. Le ton employé par le jeune homme démentait ses paroles...

"Ben finalement à ben y penser, si! Y'avait un truc pas normal". Jarhed se retourna lentement tandis qu'Elikan, juché sur l'épaule de son maître, tendait le coup pour mieux écouter. "Ouais un truc bizarre! Y'avait une mésange et même qu'elle sifflait bien. Je m'en rappelle bien".

"Et alors ?" rétorqua Jarhed un peu dépité. "Ce n'est pas bizarre d'entendre le chant d'un oiseau!". "Ah ça oui messire" fit le garde "mais j'avais encore jamais entendu une mésange siffler en pleine nuit !"

"Tiens, tiens" murmura Jarhed à voix basse, mais audible, "qu'avons nous là ? Deux merles sentinelles et une mésange nocturne... très intéressant!". (Le garde se dit que que cet étranger était gentil mais un peu dérangé...)

"Et cette mésange nocturne était à coté de Nemred ?" Le garde fit oui de la tête : "Euh ben oui, à croire que la mésange l'était venue rien que pour lui. C'est pas bizarre ça?". Jarhed hocha lentement de la tête... finalement ce garde avait bien des choses à raconter !

Jarhed était maintenant seul. Le garde, dans un haussement d'épaules s'en était allé... "Nemred... Radagast", seul ce dernier avait certainement les capacités de tisser un lien aussi profond avec des animaux.

Ce qu'il avait ressenti chez les merles représentait un lien parfait entre l'esprit des oiseaux et celui d'un être doté dune intelligence supérieure. Il s'agissait d'une union si puissante qu'elle aurait permis à distance de communiquer avec les deux merles simultanément... voire à la mésange nocturne d'observer Nemred et de partager ses perceptions...

Cependant les pièces du puzzle ne s'emboitaient pas logiquement...Nemred... Radagast... la même question s'imposait inlassablement à son esprit : "POURQUOI ?" Pourtant les choses étaient simples... Jarhed n'avait qu'une seule option !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Dim 22 Sep - 10:25

(Quelques explcations s'imposent, en 2011 je jouai à un jeu en ligne nommé le Seigneur des Anneaux Online, SDAO en abrégé.
Garth Agarwen est une instance du jeu, c'est à dire une zone plus complexe qui présente une difficulté accrue pour les joueurs. J'ai écrit cette histoire en 2011, avant que la maladie ne me frappe, l'envie d'écrire m'avait prise et je voulai raconter une histoire en forme d'enquête policière dans l'univers de JRR TOLKIEN.

Mais ceci est loin et je souffrai alors d'une addiction au jeu vidéo...


Carte de la région ou se trouve Garth Agarwen
Pour y acceder déja c'est au nord est d'Agamaur (qui est au nord est des terres solitaires) voici le plan d'Agamaur



"Deuxième instance du jeu ou il est presque impossible de se perdre. Le plus dur étant de ne pas perdre le groupe entre le camps d'Agamaur et l'entrée du donjon. Cette instance est de type extérieur ce qui change des profondeurs du Galgal. Elle se trouve au nord est des terres solitaires. Elle est plus compliquée que le galgal surtout pour les deux derniers combats. Préparez vous bien si le groupe est un peu leger ou pas trop équilibré."

(source : le forum des disciples de Cyrion)

Ruines de Garth Agarwen





Radagast le Brun est un personnage de l'œuvre de J. R. R. Tolkien, mentionné dans Le Hobbit, Le Seigneur des anneaux et Contes et légendes inachevés.

Tout comme Gandalf et Saroumane, Radagast appartient à l'ordre des Mages, des émissaires des Valar envoyés en Terre du Milieu pour aider à la lutte contre Sauron. Cependant, Radagast se détourne de sa mission pour se consacrer aux animaux sauvages et aux oiseaux, à l'écart du monde civilisé. Par conséquent, ses apparitions sont réduites à de simples mentions ou à des flashbacks, et le personnage reste mal connu. Les diverses adaptations de l'œuvre de Tolkien ont tendu soit à l'omettre complètement, soit à le développer considérablement.




Aragorn est un personnage du roman Le Seigneur des anneaux de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Fils d'Arathorn et de Gilraen, petit-fils d'Arador, c'est un Rôdeur, surnommé aussi Grand-Pas, descendant d'Isildur, héritier des trônes d'Arnor et de Gondor. En tant que descendant des rois de Númenor, une vie plus longue lui est accordée ; il ne meurt qu'à 210 ans.

Aragorn apparaît dans la majorité des adaptations du Seigneur des anneaux.

Voilà pour le moment...)


Dernière édition par frantz le Dim 22 Sep - 20:04, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Dim 22 Sep - 18:00

La colombe avait réalisé un long parcours. Partie du campement des Eglains, elle avait survolé Ost Guruth (ou les merles la suivirent sur une petite distance), évita soigneusement Haragmar, pris la direction du dernier pont puis entra dans la trouée des Trolls Sud. Enfin à l'entrée des gorges du Bruinen, elle orienta son vol vers le Nord.

C'est à Thorenbad que son voyage finit. Harassée par la puissance des vents contraires et par les violentes pluies, elle vint trouver refuge, en ce lieu où se cotoyaient elfes et nains. Epuisée, elle s'endormit immédiatement à même le sol pavé. Un Elfe prit l'oiseau avec une delicatesse infinie et la protégeant de ses mains, lui offrit la chaleur de son corps. Il s'adossa à l'un des grands murs de pierre de taille et attendit patiemment, veillant sur le sommeil de la colombe.

Les ombres s'allongèrent puis disparurent à la nuit tombée. L'Elfe berçait l'oiseau d'un chant doux et serein. A son réveil, la colombe fut surprise de constater qu'elle n'avait pas trouvé le destinataire du message. C'était lui qui l'avait trouvée... Elle lui confia les paroles de son maître puis, sans tarder, reprit le chemin du retour pour Ost Guruth.

L'Elfe ramassa ses maigres affaires, vérifia la position de son épée dans le fourreau et s'approcha d'Elladan. "Nous quittes tu ?" lui demanda le fils d'Elrond. Tanuriel lui répondit par un sourire car chacun savait qu'il était un eternel voyageur. Mais cette fois ci, il ne partait pas au hasard des chemins mais répondait à l'appel d'un ami dont le besoin était pour le moins surprenant...

"Oui" fit il, "je dois aider un ami à remedier aux conséquences d'une avalanche". La réponse laissa Elladan bien perplexe... Tanuriel avait toujours été un elfe aux comportements atypiques. Sa beauté et sa présence étaient stupéfiantes à tel point que certains lui prétait une filliation avec Dame Galadriel. Cela n'était pas le cas et Tanuriel l'avait toujours démentie en considérant ces commentaires comme un grand honneur. Eleve de Glorfindel, destiné à devenir un barde de grand renom, il avait pourtant délaissé les derniers sanctuaires elfiques de la terre du Milieu afin de découvrir les cultures des humains.

"Effectivement" pensa t'il "le projet était ambitieux et il y apporterait sa contribution car la caractéristique des réactions en chaîne reposait sur le fait qu'elles pouvaient devenir rapidement incontrollables!"


Dernière édition par frantz le Dim 22 Sep - 18:31, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Dim 22 Sep - 18:21

(Le monde de JRR TOLKIEN décrit quatre races majeures :

Les Humains;
Les Elfes;
Les Nains;
Les orques (j'en parlerai plus tard)


Les humains

Les Hommes représentent l'humanité dans le monde imaginaire de la Terre du Milieu créé par l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien, en opposition aux autres races humanoïdes telles les Elfes, les Nains ou les Orques. De nombreux peuples d'Hommes apparaissent dans les romans Bilbo le Hobbit, Le Seigneur des anneaux, Le Silmarillion, etc.


Les Elfes



Les Elfes sont une race de l'univers de la Terre du Milieu inventé par l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Ils apparaissent dans Le Hobbit et dans Le Seigneur des anneaux, mais leur histoire complexe est plus complètement décrite dans Le Silmarillion, édité et publié après la mort de Tolkien. On donne plus de détails sur eux dans d'autres écrits de l'auteur, édités et publiés par la suite, comme les Contes et légendes inachevés et l’Histoire de la Terre du Milieu. L’Histoire de la Terre du Milieu révèle aussi leur histoire textuelle et conceptuelle, puisque Tolkien avait écrit des textes sur les Elfes bien avant que Le Hobbit ne soit publié.

Les Elfes sont les aînés des Enfants d'Ilúvatar, les cadets étant les Hommes. Ce sont des êtres immortels : vieillesse et maladies n'ont presque aucun effet sur eux. Seule une blessure grave ou une profonde mélancolie peuvent séparer leur âme de leur corps. Lorsqu'un Elfe disparaît, son âme se rend dans les cavernes de Mandos, où il attend d'être réincarné.

Les Elfes sont grands et imberbes, sauf les plus âgés, les exemples connus étant Círdan et Mahtan, le beau-père de Fëanor, père de Nerdanel.

De toutes les créatures mythiques du Seigneur des anneaux, les elfes sont de loin les plus doués. Leur capacité à l'arc et à la lame elfique ont fait d'eux des guerriers redoutables. Ce sont aussi les ennemis du Seigneur des anneaux et, l'ayant vaincu à plusieurs reprises (Dernière Alliance), Sauron les craint de plus en plus. Leur attitude par rapport aux Nains est très compétitive mais cela n'empêche pas leur coopération contre le Maître des Ténèbres.


Les Nains



Les Nains (Dwarves en anglais) sont une des races douées de la parole dans l'univers de la Terre du Milieu inventé par J. R. R. Tolkien. Ce sont des créatures robustes de petite taille, qui se distinguent par leurs talents de forgerons et de bâtisseurs. Ils sont moins en évidence dans les récits que les Hommes et les Elfes, et s'opposent souvent à ces derniers, parfois avec violence.


Galadriel




Galadriel est un personnage de fiction du légendaire créé par l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien et qui apparaît dans ses romans Le Silmarillion et Le Seigneur des anneaux. C’est une Elfe de la lignée royale des Ñoldor, fille de Finarfin et sœur de Finrod Felagund.

Elle est considérée comme l’une des plus grandes des Eldar, avec Fëanor et Lúthien. Son rôle et son importance ont émergé au fur et à mesure du récit et subi de constants remaniements. Il est donc très difficile de concilier tous les faits marquants de l’histoire du personnage.

Son désir de pouvoir l’amène à se joindre à l’exil des Ñoldor en Terre du Milieu, promu par son oncle Fëanor dans les dernières des Années des Arbres. En Terre du Milieu, elle réside dans le royaume de Doriath, où elle reçoit l’enseignement de Melian. Refusant de revenir en Valinor à la fin du Premier Âge, malgré le pardon des Valar, elle reste en Terre du Milieu avec son mari Celeborn, et après un temps, le couple s’installe dans la forêt de Lothlórien, dont ils deviennent les seigneurs jusqu’à la fin du Troisième Âge ; la Lórien devient un havre elfique, protégée par Nenya, l’Anneau donné à Galadriel par Celebrimbor. Pendant la Guerre de l’Anneau, Galadriel offre l’hospitalité à la Communauté de l’Anneau, et à la fin du conflit, elle part pour l’Ouest.

Dans Le Seigneur des anneaux, J. R. R. Tolkien offre une autre description de Galadriel dans laquelle il apporte plus de détails sur son apparence physique et celle de son mari Celeborn6 :

« Ils étaient très grands, la Dame non moins que le Seigneur ; et ils étaient graves et beaux. Ils étaient entièrement vêtus de blanc : et les cheveux de la Dame étaient d’or foncé, et ceux du Seigneur Celeborn, longs et brillants, étaient d’argent ; mais il n’y avait en eux aucun signe de l’âge, sinon dans l’intensité de leur regard ; car leurs yeux étaient aussi pénétrants que des lances à la lumière des étoiles, et cependant profonds, puits de souvenirs enfouis. »

— J. R. R. Tolkien, « le miroir de Galadriel », dans Le Seigneur des anneaux


Les autres personnages

Daorin et Jhared sont des personnages inventés.

Daorin est un guerrier de race naine.

Jhared est un jeune maître du savoir humain.)

Edit correction


Dernière édition par frantz le Lun 23 Sep - 6:26, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Malodie le Dim 22 Sep - 20:28

Quel plaisir Frantz, merci.

Me voilà de nouveau plongée dans un univers qui me fait rêver. Merci encore!

Malo

Malodie

Féminin Nombre de messages : 406
Age : 30
Type troubles : Bipo type I
Emploi / Statut : Conseillère en aroma et phytothérapies
Date d'inscription : 19/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Dim 22 Sep - 23:04

(Coucou Malodie et merci pour ton passage.

J'ai oublié de présenter un autre personnage important.

Elrond



Elrond est un personnage de fiction du légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien, apparaissant notamment dans les romans Bilbo le Hobbit, Le Seigneur des anneaux et Le Silmarillion. Demi-elfe, il fait le choix de l'immortalité en devenant Elfe. Fils d'Eärendil et d'Elwing et frère jumeau d'Elros, le premier roi de Númenor, il est également surnommé Elrond Peredhel, c'est-à-dire Elrond le Semi-Elfe. Elrond est réputé pour sa sagesse, son don de clairvoyance et ses pouvoirs de guérisseur.

Elrond est décrit dans Bilbo le Hobbit :

« Il avait le visage aussi noble et beau qu'un seigneur elfe, la force d'un guerrier, la sagesse d'un mage ; il était aussi vénérable qu'un roi des nains, aussi bon que l'été. »

— J. R. R. Tolkien, Bilbo le Hobbit.

Une autre description est présente dans le Seigneur des anneaux :

« Le visage d'Elrond était sans âge, ni jeune ni vieux, bien qu'on y pût lire le souvenir de maintes choses, tant heureuses que tristes. Sa chevelure était sombre comme les ombres du crépuscule, et elle était ceinte d'un bandeau d'argent ; ses yeux étaient du gris d'un soir clair, et il y avait en eux une lumière semblable à celle des étoiles. Il paraissait aussi vénérable qu'un roi couronné de maints hivers, et pourtant aussi vigoureux qu'un guerrier éprouvé dans toute la plénitude de sa force. Il était le Seigneur de Fondcombe, et puissant parmi les Elfes comme parmi les Hommes. »

— J. R. R. Tolkien, Le Seigneur des anneaux.

La suite de mon récit demain...il faudra attendre...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Lun 23 Sep - 6:31

"J'ai bien peu de visites et mon travail me prends tant de temps, mais je vous en prie asseyez vous" fit Radagast en désignant l'unique chaise (autre que celle qu'il occupait) à son visiteur.

"Vous êtes un maître du savoir, n'est ce pas? Mais excusez moi c'était plus une affirmation qu'une question car je reconnais, dans vos manières, les signes de l'enseignement de Brunhald Merrisol. Coment va t'il? Cela fait bien longtemps que je ne l'ai pas rencontré. Est il toujours installé à proximité de Combe? Mais dites moi donc d'ou venez vous et quel bon vent vous mène à mon humble demeure?"

Radagast terminait de tracer, à la plume, quelques esquisses sur un parchemin tandis qu'il jetait un dernier regard sur la page du volumineux grimoire posé sur son bureau. il leva les yeux et sourit au jeune homme (au demeurant fort intimidé) qui venait, à l'instant de s'asseoir sur la chaise.

Jarhed présent à peine depuis quelques minutes dans la demeure de Radagast avait acquis fermement deux certitudes. La première est que son hôte, un Istari, était effectivement un être hors du commun à l'intelligence hors norme. Mais la seconde conclusion le chagrinait davantage : Radagast n'avait aucun lien avec les deux merles! Il n'en ressentait pas le lien si caractéristique...

"Euh", fit un Jarhed quelque peu destabilisé. "Je suis venu chercher une réponse à deux questions". Radagast l'encouragea par un nouveau sourire désarmant de simplicité. Le jeune maître du savoir ne s'attendait pas à un acceuil aussi spontané! Il s'éclaircit la gorge et le bruit lui sembla être un vacarme épouvantable dans la petite pièce... son visage devait être plus rouge encore qu'une tomate mûre!.

"Connaissez vous un individu répondant au nom de Nemred ou de Grand Pas ?". Radagast sembla regarder son jeune visiteur avec un nouvel intêret. "Il porte bien ces deux noms effectivement mais je ne le connais pas plus que cela en vérité mais je lui fais une confiance absolue" répondit Radagast certain que le novice des arcanes, avait compris le double sens de sa phrase. "Il est très intelligent se fit l'Istari. J'ai bien formé son maître et voici le fruit de mon travail, quel plaisir de le rencontrer!"

"Une confiance absolue? Vous qui ne le connaissez pas ?" murmura Jarrhikhor. Un fragment d'eternité semblait séparé chacun de ses mots. "C'est donc que l'une de vos connaissances se porte garant en son nom". "Oui" répondit du tac au tac Radagast "Gandalf lui témoigne d'un grand respect". Jarhed passa en un instant de joues d'un rouge écarlate à un gris de cendre. "Gandalf" avait il dit ! C'en était trop pour lui! Il reprit pourtant très rapidement ses esprit. "Bien, très bien" réflechit Radagast.

"Ma seconde question concerne les grenouilles, les écureuils et les renards" s'exprima presque distraitement Jarhed. Radagast fut surpris par la question. "Ou veut il en venir" pensa t'il ? Il encouragea le jeune homme à continuer d'un geste de la main et Jarhed eut le contentement de lire quelques rides de perplexité sur le front de son mentor.

"Je vois ces trois animaux en votre compagnie mais aucun oiseau, je trouve cela étrange". Radagast n'était pas dupe, la vraie question n'était pas encore posée! "Il est vraiment surprenant" se dit il. De nouveau il l'encouragea par un froncement de sourcils.

"Connaissez vous un maître du savoir capable de créer un lien presque fusionnel avec ces animaux ?" Radagast sourit et précisa "comme avec un couple de merles par exemple ?". Jarhed lui rendit son sourire : "oui, par exemple, un couple de merles".

"Connaissez vous Aric parle-aux-pierres mon ami?" (Jarhed fut impressionné par cette marque de considération)., "vous devriez faire sa connaissance car il ne parle pas qu'aux rochers, croyez moi ! L'étude des minéraux, des gravures et des sculptures lui a permis d'acquérir une concentration formidable à tel point qu'il entre en communion avec l'esprit de ses amis ailés. Rendez lui viste car il demeure à Narloeg et les oiseaux qu'il affectionne tant ne se rendent pas à cet endroit car ils en craignent les maléfices. Il sera heureux de vous rencontrer, saluez le pour moi".

Ces mots signifiaient la fin de l'entretien. Jarhed l'avais compris et pris poliment congé de son hôte. "Voici longtemps que je n'ai pas été ainsi surpris" penda l'Istari. "J'avais oublié la caresse de l'innatendu". En un instant, Radagast avait embrassé le plan d'Aric, tout était devenu limpide! Aric avait certainement pris contact avec Tanuriel, c'était évident. Cependant Aric ignorait une chose essentielle : il aurait besoin de ce jeune maître du savoir"...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Lun 23 Sep - 6:47

(Voici un nouveau personnage, celui qui a bercé mon adolescence car j'ai lu cinq fois le seigneur des anneaux et ai vu depuis autant de fois les films...

Gandalf -le gris puis le blanc-





« Bilbo, qui ne se doutait de rien, ne vit ce matin-là qu'un vieillard appuyé sur un bâton. L'homme portait un chapeau bleu, haut et pointu, une grande cape grise, une écharpe de même couleur par-dessus laquelle sa longue barbe blanche descendait jusqu'à la taille, et d'immenses bottes noires. »

— J. R. R. Tolkien, Le Hobbit

Gandalf est un personnage appartenant au légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien, apparaissant dans Le Hobbit, puis dans Le Seigneur des anneaux. Ce mystérieux vieillard, membre de l'Ordre des Mages, joue un rôle crucial dans les deux romans : il met en branle les événements du premier et joue un rôle de sage conseiller tout au long du second, par contraste avec son supérieur Saroumane.

Les textes de Tolkien publiés après sa mort expliquent les origines et la nature de Gandalf : il est l'un des Maiar, et a été envoyé en Terre du Milieu pour lutter contre Sauron.

Lors du Conseil d'Elrond, à Fondcombe, c'est à Frodon qu'échoit la tâche de détruire l'Anneau. Membre de la Communauté de l'Anneau, dont il est le guide, Gandalf tombe à Khazad-dûm lors de son combat contre le Balrog.



Il le vainc au sommet du Zirakzigil, mais sa victoire lui coûte la vie et signe l'échec des Istari. En effet, depuis longtemps Gandalf incarnait le seul véritable membre actif de cet Ordre, Saroumane ayant trahi la mission qui lui avait été confié en ralliant Sauron, les Ithryn Luin ou « Mages bleus » Alatar et Pallando ayant depuis longtemps disparu à l'Est et Radagast ayant préféré se consacrer aux animaux. Renvoyé en Terre du Milieu par Eru Ilúvatar pour achever sa tâche, il devient Gandalf le Blanc.)


Dernière édition par frantz le Mer 25 Sep - 7:39, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Mar 24 Sep - 6:26

Grusshag avait toutes les qualités pour devenir un chef de horde mais possédait un instinct de conservation aigû et rares étaient les orques qui avaient atteint son âge avancé. Il avait compris depuis longtemps combien la vie d'un chef orque était brève aussi avait il rejeté l'idée de le devenir. Il s'était entouré d'une troupe réduite, il y avait Gruutak et Kajurog, deux brutes stupides mais fidèles ainsi que Oograa, le petit orque archer au nez plat. Tous les quatre vivaient de rapines et de meurtres sur des victimes isolées. Grusshag était prudent et mesurait toujours les risques avant d'agir !

Les quatres orques avaient faim de chair fraîche. Deux jours plus tôt, une demi douzaine de nains avaient établis un petit camp à proximité de leur repère mais Grusshag avait donné ordre de ne pas les attaquer. Il se méfiait des nains et du tranchant de leurs haches ! Et voici qu'un voyageur solitaire, un elfe, s'offrait à eux. Les trois orques massifs, en jaillissant de la butte qui les dissimulaient, hurlèrent leurs cris de guerre tandis que le petit archer couvrait leur flanc. Il sentait déjà le goût du sang dans sa bouche, lui qui adorait la viande elfe ! Dans quelques secondes ses mains et sa gueule seraient rouge du sang de la proie sans défense.

Soudain Grusshag constata avec surprise la présence incongrue de la lame d'une épée dans son torse. Tandis que ses jambes vacillaient, il réalisa que ses deux sbires gisaient au sol, les traits figés par la mort. Que se passait il ? Il n'y eu aucune réponse à cette question car il rejoignit les deux brutes dans la froideur du néant. L'archer n'écoutant que son courage, lacha son arc et ses flèches pour fuir vers l'abri des broussailles.

Tanuriel avait espéré, jusqu'au dernier moment, que l'embuscade n'aurait pas lieu. Il ne prenait aucune satisfaction à tuer des orques car ces derniers avaient été, jadis, des frères de race. Il nettoya lentement son épée et murmura une prière funéraire.

Mais la journée était bien entamée, il avait encore un long trajet à parcourir et voulait atteindre Narloeg avant la nuit. Il se remit en route.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Mar 24 Sep - 7:40

(Les orques

Un orque est une créature imaginaire, inspirée du gobelin des légendes germaniques. C’est à l’origine une espèce humanoïde aux mœurs brutales, dans l’œuvre de J. R. R. Tolkien, Bilbo le Hobbit, la saga Le Seigneur des anneaux et Le Silmarillion.

L’orthographe française « orque » se retrouve dans les traductions des œuvres précitées, ainsi que dans une lettre de Tolkien ; Tolkien a nommé orc (mot anglais original) ce type de créature, assimilable à un démon, d’après le mot vieil anglais orc dans le poème Beowulf, œuvre qu'il a énormément étudiée et traduite :

En vieil anglais, la signification du mot orc reste floue. Ce mot est aussi rapproché aux mots þyrs (ogre) et heldeofol (démon de l’enfer). En latin, le mot "orcus" désigne un esprit démoniaque.

Les orques dans l'œuvre de Tolkien

Ces créatures ont la peau grisâtre ou brune. Chez Tolkien, on distingue différents types d’Orques :

Les Orques, pour la plupart serviteurs de Sauron ;


Les Gobelins, sorte de "petits orques" infestant les cavernes de la Terre du Milieu ;


Les Uruk-hai, de grands Orques créés par Saroumane au Troisième Âge en croisant des Orques et des Gobelins.


L’origine des Orques n’est pas totalement claire, J. R. R. Tolkien ayant plusieurs fois changé d’avis sur le sujet. L’explication utilisée par Christopher Tolkien dans sa version du Silmarillion est que les Orques étaient des Elfes, capturés et torturés par Melkor.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Mer 25 Sep - 7:11

Narloeg était un lieu des plus inhospitalier. Les ferres fangeuses, la forêt aux allures de mangrove et les marécages étaient infestés de morts vivants, d'insectes géants (bien entendu carnivores) et de trolls. Jarhed était fort rassuré de la présence à ses cotés de Daorin le nain et d'Allya la Gardienne. Cette dernière, très grande même pour des critères humains, avait des traits poupins qui ressemblaient davantage à ceux d'un hobbit. Une mèche grise , contrastant avec la couleur de ses cheveux, dépassait de son casque. Peu de gens avait vu sourire Allya depuis les funèstes évènements d'Ost Forod...

Le chemin était en pente et tous étaient soulagés d'atteindre enfin les ruines où demeurait Aric-parle-aux-pierres. Daorin jeta un regard vers les marais, "maudit morts vivants" maugréa t'il (mais en fait il notait avec attention les emplacements des gisements de fer qu'il avait aperçu...). Puis longeant un mur encore intact, les compagnons virent un elfe et un humain regroupés autour d'un petit feu. L'elfe avait une grande prestance. L'humain correspondait à la description d'Aric : une courte barbe blanche, la taille moyenne et des vêtements de qualité mais élimés.

Aric interrompit sa discussion avec l'elfe Tanuriel et s'adressa aux nouveaux venus en leur souriant . "Soyez les bienvenus dans ces terres oubliées de tous. Puis je vous offrir du thé ? J'ai également du pain un peu rassis et des tranches de lard. Le menu n'est guère fameux mais vous est offert avec le coeur". Il désigna le petit feu, les invitant à les rejoindre.

Les trois compagnons restèrent à bonne distance. Le jeune humain, un maître du savoir (estima Aric), prit la parole. "Nous sommes venus pour vous rencontrer Aric-parle-aux-pierres afin de vous instruire d'un sujet concernant un denommé Nemred, les galgals et Garth Agarwen".

Le visage d'Aric se fit plus grave. "Comment m'avez vous trouvé ?" demanda t'il.

"Laissez moi tout d'abord nous présenter. Je me nomme Jarhed, voici Daorin et Allya. Nous appartenons tous les trois à l'aube de l'Ouest... une confrérie dont vous vous êtes quelque peu servi me semble t'il ! Daorin jela un regard désagréable à Aric tout en poussant un grognement de mauvaise augure. Il tenait sa grande hache dans les mains. "J'ai appris votre identité suite à un entretien avec Radagast. Nous y avons parlé de Nemred, d'un couple de merles et d'une mésange" reprit Jarhed.

"Ainsi que d'une colombe" compléta l'elfe Tanuriel.
"Une colombe ?" " fit Daorin quelque peu surpris.
"Une colombe ! " confirma Aric.
"Une colombe " conclut de nouveau Tanuriel.

Un silence pesant était soudain tombé dans les ruines. Allya et Daorin étaient surpris par la tournure des discussions mais Jarhed comprit immédiatement que l'elfe venait de reprendre l'initiative. Il fallait réagir rapidement.

"Nous ne sommes pas à un volatile près" remarqua Jarhed. "Soit... et une colombe !" Il fixa Aric dans les yeux "Pourquoi nous avoir manipulés ainsi, Nemred et vous même ?"

Tanuriel posa la main sur l'épaule de son ami et fit deux pas en direction du trio. Ses mouvements lents et souples niaient toute véleité agressive. "Il est vraiment très fort" nota Jarhed avec admiration.

"Je vais répondre à vos questions car telle est la raison de ma présence" dit l'elfe. "Aric m'a demandé de me rendre à Bree afin de rencontrer les membres de l'aube de l'Ouest pour vous parler en son nom. Oui Nemred vous a manipulé et malgré la noblesse de ses objectifs, il a usé de ruses semblables à celles du maître du Mordor. Et pourtant, membres de l'aube de l'Ouest, soyez fiers de vos actes. Vous avez rendu l'espoir et la dignité aux gens de Bree et d'Ost Guruth, vos exploits vantés et chantés par les bardes ont sortis les peuples libres de la torpeur et de l'indolence . En avez vous conscience ? Je viens à vous pour demander votre pardon et votre aide. Nous avons besoin grandement de vous et je vous tends la main afin de nous aider à terminer le grand dessein dans lequel vous vous êtes involontairement investis ".

Daorin et Allya étaient silencieux (cet état était surprenant au regard de la nature de la gardienne, beaucoup moins pour celle du nain), le discours les avait rendus muets. Jarhed était impressionné "il aurait convaincu une compagnie d'hobbits affamés de quitter la cuisine du poney fringuant" se dit il... et l'elfe était sincère, il en était persuadé car maintenant l'ensemble du puzzle s'assemblait dans son esprit"

Jarhed avança d'un pas et réflechit la voix haute : "Aragorn a provoqué une réaction en chaîne (Aric accusa le coup. Jarhed avait deviné la vraie identité de Nemred car si il avait été surpris par le secret constité autour de ce personnage, il avait découvert la vérité suite à l'entretien partagé avec Radagast. Souvent ce qui n'était pas dit était bien plus révélateur que ce qui était exprimé...).

"C'est un peu comme une avalanche devenue incontrollable. La preuve en est notre présence ici même. Les ricochets des évènements n'avaient pas prévu cette rencontre à Naorleg. C'est pourquoi, vous Aric, avez décidé de tasser le glissement de terrain afin d'éviter que d'autres impacts collatéraux n'aient lieu... nous aurions pu nous battre plutôt que de parler !" reconnu Jarhed.

"Bree, Ost Guruth... quelle autre cité vouliez vous intégrer dans votre plan ? Ost Forod ?" (Allya pâlit, elle pensait aux spectres...). "Non trop loin ! Peut être Pont à Tret"... " FORNOST " s'exclama Jharrhikor. "Une action à FORNOST éveillerait le coeur des peuples libres au delà de la frontière des villes. Nains, elfes, humains et peut être hobbits apprendraient que les orques, trolls et autres créatures maléfiques ne sont pas invincibles. Le courage reviendrait et tous prendraient les armes... et cela était exactement ce que l'ennemi redoutait : redonner une unité et un espoir aux peuples libres !"

Tanuriel contemplait avec respect le jeune humain, Aric sourit en partageant l'analyse de Jarhed puis reprit la parole "Jarhed, Daorin, Allya, vous aiderez nous? Accompagnerez vous Tanuriel à Bree pour parler aux membres de votre noble compagnie".

Jarhed et ses deux amis restèrent silencieux tandis que Tanuriel se tournait vers Aric. "Inutile mon ami, je n'aurai pas aller vers eux. Ce sont eux qui viennent à nous !" Aric le contempla, le regard interrogatif.

L'elfe repris "tandis que ce jeune humain nous donnait une magnifique improvisation de diversion, ses compagnons approchaient dans notre dos. Je dois reconnaître que je les ai tardivement entendu. Ils sont doués". Se tournant vers les broussailles et les murets alentours, il s'exprima d'une voix assurée " Venez donc nous rejoindre. N'avez vous donc rien à nous dire?"

Celebhor, le chasseur elfe surgit telle une ombre, glissant le long de la paroi de pierres grises. D'autres silhouettes sortaient ici caché par un arbuste, la dissimulé par un rocher...

Jarhed observait ses compagnons approcher. Ils avaient quasiment tous répondu à son appel. Voici quelle était la force de l'aube de l'Ouest... la raison pour laquelle Aragorn les avait choisi pour agir... l'union était la plus puissante des armes. Le plan d'Aric était maintenant clair, logique et il en reconnaissait les vertues. Pourtant il était une dernière question à laquelle il n'avait pas la réponse. Il fixait Aric des yeux, concentrant toutes ses facultés de déduction. Cette question lui brûlait les lèvres mais oserait il la poser ?

Il n'entendit pas Tanuriel qui reprenant la parole posa une toute autre question : "membres de l'aube de l'Ouest, irez vous à FORNOST ? Partirez vous vous brandir la bannièrre de la liberté afin de réveiller le coeur des peuples libres ?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Invité le Jeu 26 Sep - 0:10

(Mon histoire est finie et cette courte nouvelle présage d'une certaine manière la réunification des deux royaumes (le Gondor et l'Arnor) par Aragorn.

L'Arnor (« Terre Royale » en sindarin), dont Fornost est une ville, est un royaume de la Terre du Milieu, univers de fiction créé par l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien. C'est l'un des deux Royaumes en Exil des Dúnedain, qui s'étend à son apogée sur la totalité de l'Eriador, entre les fleuves Lhûn à l'ouest et Bruinen à l'est, avec Annúminas pour capitale. Soumis à des contraintes internes comme externes, il disparaît totalement avant la fin du second millénaire du Troisième Âge.

Le fils d'Arvedui, Aranarth, choisit de ne pas prendre le titre de roi, faute de sujets sur qui régner. Les derniers Dúnedain du Nord deviennent les Rôdeurs, un peuple secret qui lutte contre les serviteurs de Sauron dans tout l'Eriador, protégeant à leur insu les habitants de la Comté et de Bree.

La lignée d'Isildur, roi des dunedains, perdure à travers les descendants d'Aranarth jusqu'à Aragorn, qui fait renaître l'Arnor de ses cendres à la toute fin du Troisième Âge. Il fait notamment reconstruire la ville d'Annúminas.


La question de Jhared

Je ne l'ai jamais écrite car si je me suis inspiré de l'oeuvre de JRR TOLKIEN, je n'ai pas à créer ou ajouter des éléments à l'oeuvre de ce grand romancier auquel on doit l'Heroic Fantaisy moderne. Voici cependant un indice :

Ithryn Luin
Les Ithryn Luin (« Mages bleus » en sindarin) sont deux personnages du légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Ce sont des Istari, des magiciens, envoyés pour aider les peuples de la Terre du Milieu à lutter contre Sauron. L'absence presque totale d'informations à leur sujet s'explique par leur départ pour l'est de la Terre du Milieu, une région qui s'apparente à une terra incognita dans les écrits de Tolkien.
Ithryn Luin signifie « Mages bleus » en sindarin. Ce nom fait référence à leurs robes de couleur bleu marine, de la même façon que Radagast est surnommé « le Brun », Saroumane « le Blanc » et Gandalf « le Gris », puis « le Blanc ».

Pourquoi avoir fait tout cela ?

Pour le plaisir, le mien et le votre. Mais aussi pour vous dire au revoir. J'ai effacé ma biographie sur mes fils témoignages et cette histoire atteste d'une certaine manière de ma présence sur Angie.

Je suis venu sur ce forum pour trouver du réconfort et l'ai trouvé un temps. J'ai fait de merveilleuses rencontres et certaines personnes possèdent mon mail et/ou mon numéro de téléphone. Parmi celle cis, je citerai bien entendu Mireille qui aura toujours mon soutien et mon attention, pour elle et pour sa fille. Elle le sait ! Mireille est une personne rare dont la générosité, la simplicité et le qualités humaines ne sont plus à démontrer. Elle est l'âme d'Angie. Merci Mireille !

Mais je suis usé par les tensions du forum, en particuler par la dernière "éruption" en date. Je n'ai plus l'énergie pour soutenir et apporter une aide à ceux qui ont en besoin ...ou me révolter contre ceux qui sèment zizanie et discorde...

Je pars donc comme je suis venu : discrètement. Merci à ceux qui m'ont lu sur ce fil, merci aussi à ceux qui ne m'ont pas lu et qui prouve que je demeure un homme discret.

Bonne continuation à tous, sans distinction même à une personne qui sous le couvert de diffuser un article jette, sur le forum, des pierres pour faire des ricochets afin de  troubler un peu plus encore les eaux tumultueuses de la Loire...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:34


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum