Rythme circadien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rythme circadien

Message  Andrée le Mer 31 Juil 2013 - 10:23

Nous aurions une horloge biologique circalunaire en plus de l'horloge circadienne

Soumis par Gestion le 27 juillet 2013


En plus d'une horloge biologique circadienne contrôlant des rythmes de veille et de sommeil d'une durée d'environ 24 heures, nous pourrions disposer d'une horloge biologique circalunaire, suggère une étude publiée dans la revue Current Biology.

Dans une étude menée par le chronobiologiste Christian Cajochen à l'Hôpital psychiatrique de l'Université de Bâle (Suisse) et ses collègues, le sommeil de participants semblait influencé par le cycle de la lune.

Il s'agit de la première étude à montrer un possible influence des phases de la lune (qui s'étalent sur 29,5 jours) sur un comportement ou la physiologie humaine.

Entre 2000 et 2003, les chercheurs ont recueilli, pendant 64 nuits, des données détaillées sur le sommeil de 33 personnes qui participaient à une étude sur les effets du vieillissement sur le sommeil. Le niveau de profondeur et la durée du sommeil étaient enregistrés ainsi que les niveaux de certaines hormones dans un laboratoire sans fenêtres.

Des années plus tard, les chercheurs ont eu l'idée d'analyser leurs données pour vérifier la présence de liens entre le sommeil et les cycles de la lune.

Un lien frappant a été constaté. Dans les quelques jours entourant la pleine lune, les participants prenaient en moyenne 5 minutes de plus à s'endormir, dormaient 20 minutes de moins et avaient un sommeil 30% moins profond. Les niveaux de l'hormone mélatonine, dite "hormone du sommeil", étaient beaucoup plus faibles et le pic de production, qui se situe normalement entre 9 PM et minuit était retardé de 50 minutes. Les participants rapportaient aussi un moins bon sommeil.

Ces derniers ne pouvant voir la lumière de la lune, l'effet n'était pas produit par cette dernière, note Cajochen. Il est probablement maintenu par des hormones internes, tout comme les cycles circadiens de 24 heures qui persistent même en l'absence de lumière ou d'obscurité, spécule-t-il.

La lumière pourrait être importante pour synchroniser cette horloge biologique avec les stimulis environnementaux, explique-t-il, et l'horloge se maintiendrait ensuite indépendamment de la lumière.

D'un point de vue évolutionniste, les premiers humains pourraient avoir été programmés pour dormir légèrement pendant la pleine lune, alors qu'il y a plus de lumière et que les prédateurs représentent un danger potentiel plus grand. Aujourd'hui, l'emprise de la lune sur nous est masquée par l'influence de l'éclairage électrique et d'autres aspects de la vie moderne.

Il serait intéressant, soulignent les chercheurs, d'identifier la localisation anatomique de l'horloge circalunaire et ses fondements moléculaires et neuronaux. Il pourrait aussi s'avérer, disent-ils, que la lune exerce une influence sur d'autres aspects du comportement humain, tels que les performances cognitives et les humeurs.

Voyez également:

   Plus de troubles psychologiques lors de la pleine lune?
   Rythmes biologiques : dernières actualités

Psychomédia avec sources: AAAS, Current Biology, Elsevier Connect.
Tous droits réservés

Arrow 

http://www.psychomedia.qc.ca/sommeil/2013-07-27/rythmes-circalunaires



Rythmes biologiques
Voici les dernières actualités de PsychoMédia sur ce sujet.

Arrow 
http://www.psychomedia.qc.ca/taxonomy/term/896


Dernière édition par franzie le Jeu 8 Aoû 2013 - 12:24, édité 1 fois

Andrée

Féminin Nombre de messages : 2268
Type troubles : TB
Date d'inscription : 22/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Nos horloges biologiques sont liées à notre santé mentale

Message  Andrée le Jeu 1 Aoû 2013 - 8:39

Nos horloges biologiques sont liées à notre santé mentale







Les horloges biologiques sont là, dans nos gènes, depuis la nuit des temps. Elles donnent des instructions à notre corps sur la manière dont les 24 heures se déroulent. Elles régulent nos cycles et notre vigilance, notre humeur, force et pression sanguine. On se rend compte de plus en plus que ces horloges sont aussi là pour préserver notre santé mentale.

Notre horloge se synchronise en général avec les changements de lumière (du soleil). L'horloge anticipe alors les comportements et notre physiologie en avance. Par exemple, le soir, si nous n'avons pas de lumière artificielle, la température du corps décroît ainsi que la pression sanguine ou nos performances mentales. C'est le moment d'aller au lit. Un peu avant le moment où le soleil se lève, le métabolisme remonte progressivement avant notre réveil.

Il existe des neurones spécialisés dans cette tâche au sein de la région nommée hypothalamus. On pense avoir trouvé les 14 à 20 gènes responsables de cette horloge, car des modifications à ce niveau peuvent faire qu'une personne « couche-tard » devienne « lève-tôt »... En réalité, on commence à comprendre que cette horloge biologique est une horloge générale qui coordonne l'activité de milliards d' « horloges » au sein de milliards des cellules du corps. La récente découverte est que n'importe quel organe de votre corps possède son « horloge » (codée génétiquement dans les cellules).

Notons au passage que cette horloge moléculaire n'est pas calée sur un cycle de 24 heures exactement, mais un peu plus longtemps. On peut donc facilement se « désynchroniser » en se couchant de plus en plus tard. Dans les yeux, nous avons des photorécepteurs qui ne nous permettent pas de voir, mais juste de capter la lumière. Et cela indique ce qu'il faut faire pour nos horloges. Même une personne aveugle doit donc s'ouvrir les yeux à la lumière, même s'il ne voit aucune lumière pour autant : ces cellules détectent seulement l'intensité de la lumière ambiant.






On voit aussi que la désynchronisation a d'importantes répercussions autres que se sentir fatigué la journée. On constate une immunité diminuée, un métabolisme anormal (risque de diabète), un stress supplémentaire et une information incorrectement traitée au sein du cerveau (d'où aussi un risque plus élevé d'accidents). C'est le problème classique des personnes qui travaillent de temps en temps en horaires décalés : cela accroît leur susceptibilité aux cancers, maladies cardiovasculaires et mentales.

En cas de désynchronisation complète, on constate un lien avec l'apparition de schizophrénie, de désordres bipolaires ou dépression. Les études récentes ont donc trouvé des gènes qui sont à la fois reliés aux maladies mentales et aux perturbations du sommeil et des rythmes circadiens.

Arrow 
http://www.sur-la-toile.com/article-18806-Nos-horloges-biologiques-sont-liees-a-notre-sante-mentale.html


Voir lien sur le forum :
Arrow 
http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t6868-bien-dormir-pour-mieux-vivre-le-rire-et-le-sommeil-sont-les-meilleurs-remedes-du-monde

Andrée

Féminin Nombre de messages : 2268
Type troubles : TB
Date d'inscription : 22/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

L'instabilité des rythmes circadiens liée au trouble bipolaire

Message  Andrée le Ven 2 Aoû 2013 - 5:43

L'instabilité des rythmes circadiens liée au trouble bipolaire




Soumis par Gestion le 1 août 2013

L'instabilité des rythmes circadiens serait un indicateur particulièrement important de vulnérabilité pour les troubles bipolaires, selon une étude australienne publiée dans la revue Clinical Psychological Science.

Plusieurs personnes peuvent présenter des caractéristiques du trouble bipolaire sans rencontrer les critères diagnostiques, ce qui signifie qu'elles peuvent être plus susceptibles de développer la maladie à un moment donné, expliquent Ben Bullock et Greg Murray de l'Université de technologie de Swinburne.

Plus de 350 participants ont rempli un questionnaire évaluant la vulnérabilité aux troubles bipolaires. Ceux qui se situaient dans les 10% plus susceptibles et les 10% moins susceptibles de développer la maladie ont ensuite porté un appareil enregistrant leur cycle de sommeil / éveil et leurs mouvements 24 heures par jour pendant une semaine.

Comme attendu, ceux qui étaient plus vulnérables étaient plus susceptibles de présenter des cycles de sommeil / éveil instables.

Ces résultats pourraient aider à éclairer l'élaboration de nouvelles interventions thérapeutiques pour les personnes à risque qui consisteraient par exemple à renforcer et stabiliser les rythmes d'activité afin de prévenir le développement du trouble, soulignent les chercheurs.

Voyez également:

   Trouble bipolaire: le lithium renforce l'horloge biologique
   Le trouble bipolaire lié à des gènes des rythmes circadiens
   Trouble bipolaire : dernières actualités
   Rythmes biologiques : dernières actualités

Psychomédia avec sources: Association for Psychologial Science, Clinical Psychological Science.
Tous droits réservés

Arrow 
http://www.psychomedia.qc.ca/trouble-bipolaire/2013-08-01/perturbation-rythmes-circadiens

Andrée

Féminin Nombre de messages : 2268
Type troubles : TB
Date d'inscription : 22/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Une deuxième horloge biologique serait importante pour la santé mentale

Message  Andrée le Mar 24 Fév 2015 - 7:24

Une deuxième horloge biologique serait importante pour la santé mentale

Soumis par Gestion le 23 février 2015






Le cycle quotidien de veille-sommeil est régi par une horloge interne de 24 heures, l’horloge circadienne.

Mais aussi, par des rythmes plus courts dits rythmes ultradiens.

Une étude québécoise, publiée dans la revue en ligne eLIFE, montre qu'un cycle ultradien d'environ 4 heures est régulé par le neurotransmetteur dopamine.

Ce rythme de 4 heures pourrait notamment expliquer pourquoi nous mangeons trois repas par jour à intervalle régulier.

Habituellement, résume la journaliste Pauline Gravel dans Le Devoir, "les deux horloges circadienne et ultradienne tictaquent en harmonie, mais parfois, quand les niveaux de dopamine dans le cerveau sont anormalement élevés, comme chez les personnes atteintes de troubles bipolaires, ou à la suite d’une consommation de psychostimulants, l’oscillateur ultradien se désynchronise de l’horloge circadienne, ce qui chamboule notamment le cycle d’éveil-sommeil".

Kai-Florian Storch de l’Université McGill, chercheurs en chronobiologie, et ses collègues ont montré que des variations des niveaux de dopamine allongeaient ou raccourcissaient ces rythmes ultradiens (avec des souris génétiquement modifiées pour ne plus avoir de rythme circadien de 24 heures).

La méthamphétamine (meth), qui comme la plupart des autres psychostimulants, comme la cocaïne et le méthylphénidate (Ritalin), augmente la disponibilité de la dopamine, allongeait la période des rythmes ultradiens d’activité motrice alors qu'au contraire, des antipsychotiques comme l’halopéridol (Haldol) raccourcissaient ces rythmes.

Avec des souris dotées d’une horloge circadienne fonctionnelle, les chercheurs ont ensuite observé que l’administration de meth provoquait aussi un allongement des rythmes ultradiens.
Cette observation montre que l’oscillateur ultradien a une certaine autonomie de fonctionnement par rapport aux rythmes circadiens.
Ils ont ainsi montré que des troubles du sommeil, traditionnellement associés à des perturbations du rythme circadien, résultaient d'un dérèglement de ces rythmes ultradiens.

Les chercheurs mettent ces nouvelles observations en lien avec certaines données connues concernant des maladies mentales comme le trouble bipolaire et la schizophrénie.

Ce mécanisme ultradien offre une explication du cycle spécifique de 2 jours entre la manie et la dépression observé dans certains cas de bipolarité : l’oscillateur dopaminergique fonctionnerait sur un cycle de 48 heures.
Des enregistrements de l’activité de schizophrènes ont aussi révélé des cycles de 48 heures.
Tous les deux jours, ils restent éveillés durant la nuit.
 Ce cycle particulier n’est pas dû à un dérèglement de l’horloge circadienne, mais à un dérèglement de l’oscillateur ultradien dopaminergique, dit le chercheur.
Les rythmes ultradiens sont facilement modifiables, montre l'étude, contrairement à l’horloge circadienne qui est beaucoup plus rigide et qui déroge peu de ses 24 heures.
"Normalement, l’horloge circadienne parle à oscillateur dopaminergique ultradien (DUO) et tend à l’ajuster à un cycle de 24 heures comme le sien.
 Mais chez les bipolaires, le DUO ne tient plus compte de l’horloge circadienne, il la domine. (...)", explique le chercheur.
Il serait particulièrement important d’aller au lit tôt, croit-il.
« Demeurer éveillé tard le soir peut induire chez certaines personnes génétiquement prédisposées la maladie bipolaire ou la schizophrénie. »

Les chercheurs font aussi l'hypothèse de l'importance des repas à heures fixes sans grignotage à d’autres moments.
Selon une hypothèse du chercheur, la plus grande régularité des repas et la relative absence de grignotage en France comparativement à l'Amérique du Nord pourrait contribuer à expliquer la moins grande prévalence de trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Arrow 
http://www.psychomedia.qc.ca/sante-mentale/2015-02-23/rythmes-ultradiens


Rythmes circadiens

Arrow 
http://www.psychomedia.qc.ca/taxonomy/term/896

Andrée

Féminin Nombre de messages : 2268
Type troubles : TB
Date d'inscription : 22/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum