Surmédication

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Surmédication

Message  Invité le Lun 1 Juil - 17:12

Cela fait un moment que je songe à créer ce fil, alors voilà, je me lance.

Depuis le temps que je vous suis sur le forum, il y a ce sujet qui m’interpelle énormément et m’a donné matière à longues réflexions.

En bref, je suis consterné par les ordonnances à rallonge que beaucoup se font prescrire.

Nos psys « adorés » ont toute une panoplie de médicaments à leur disposition, donc ils ne s’en privent pas.

Mais à mon avis, le problème est le suivant.
Exemple d’entretien :
« Vous vous sentez déprimé(e), je vous prescris un anti-dépresseur. »
« Vous vous sentez angoissée, voici un anxiolytique. »
« Ah, les troubles de l’humeur, on va vous donner un thymorégulateur. Et pourquoi pas un neuroleptique, par précaution. »
«  Vous avez du mal à dormir, un petit hypnotique devrait faire l’affaire. »
« Ah oui, les effets indésirables (troubles digestifs, boulimie, anorexie, tremblements, perte d’équilibre…), pour ça, il existe des correcteurs, je vous les ajoute. Mais vous savez, le plus important est que vous alliez mieux. »
Etc.

Donc, beaucoup ont dû s’offrir un pilulier pour ne pas oublier leur traitement au quotidien. Trois à quatre fois par jour, certain(e)s avalent quinze (ou plus) de cachets.

Le problème est qu’ils (les psychiatres) n’ont pas de recul sur les interactions des différentes molécules. De plus, celles-là varient d’une personne à l’autre.

Et nous, en détresse (et confiance ?) acceptons d’ingurgiter leurs prescriptions.
Résultat : cumul des effets indésirables.

Lors de mon récent séjour à Paris, j’étais hébergée par ma plus ancienne amie (plus de trente-trois ans que nous nous connaissons).
Je précise qu’elle n’est pas bipolaire.
Elle m’a montré sa dernière ordonnance, j’étais effaré. Une page complète avec augmentation des dosages…
Je vais vous dire que j’ai beaucoup de peine pour elle qui n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était.
Vous la filmez et vous repassez le film au ralenti. Voilà où elle en est, complètement « zombifiée ».
Alors d’accord, elle est en vie, mais elle ne vit plus.

En conclusion (provisoire), j’aimerais que vous vous battiez contre le cumul des traitements et leur surdosage.
L’idéal pour la bipolarité étant de parvenir à une mono-thérapie.
Bien sûr, cela demande des années, mais notre équilibre et notre joie de vivre en dépendent.
Pour retrouver une bonne qualité de vie, et n’est-ce pas là l’essentiel ?

Voilà pour l’instant.
Je voulais vous faire partager mon témoignage, et si cela pouvait vous être utile, j’en serais enchanté.

Signé : un bipolaire (enfin !) de nouveau heureux et stabilisé. sunny albino 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmédication

Message  popokaa le Lun 1 Juil - 17:16

Coucou,moi j'ai du mal à faire baisser mon ordonnance alors que je suis bien stabilisée!!!Peut-être que mon nouveau psy ne veut pas trop se mouiller!!!!!!

popokaa

Féminin Nombre de messages : 5186
Age : 44
Type troubles : bipolaire mixte stabilisée
Emploi / Statut : mère au foyer
Date d'inscription : 24/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmédication

Message  bluevelvet le Lun 1 Juil - 17:58

J'ai aussi une ordonnance longue comme le casier judiciaire d'un multirécidiviste :

prozac ( 2 comprimés le matin) seresta ( 2 fois par jour), xeroquel (400 mg) noctamide, théralène ( 60 gouttes la nuit ) atarax (2 comprimés le midi et 4 la nuit ! ) et un petit correcteur à cause d'aigreurs d'estomac provoquées par ce cocktail ! plus un autre médoc contre le cholestérol !!!

heureusement qu'avec tout ça, je vais bien maintenant , lol !

blue V


bluevelvet

Féminin Nombre de messages : 2577
Age : 59
Type troubles : bipo type 1
Emploi / Statut : avocate - en arrêt
Date d'inscription : 04/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmédication

Message  Invité le Lun 1 Juil - 18:18

Moi aussi j'ai quatre médicaments différents à prendre dans la journée.
Mais ils ne me "zombifiént" pas et ce traitement m'a sauvé la vie.
Alors je suis contente avec.

Maria

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmédication

Message  Tara le Lun 1 Juil - 18:46

Bonjour Trouble, ainsi que Popokaa,  sunny 

Tu as parfaitement raison, je reconnais être dans cette situation depuis 10 ans.
Il n'y a que depuis quelques mois que j'ai réussi à arracher un moindre dosage de séresta et de tercian.
Je n'ai pas été hospitalisée depuis 2 ans, donc plus où moins stable.
Suffisamment pour évoluer, prendre des décisions, vivre assez bien.

Cela fait un bail que j'ai tous les " médocs " que tu as indiqué, je n'ai pas fait de vagues, bien sage j'ai avalé 18 cachets au minimum, pour les problèmes psy.
Cela fait plus d' 1 an que je gère seule mon fameux pilulier bleu pour la journée affraid 
J'ai même un semainier au cas où je me plante !!!

Ma vie est rythmée par le levé trop tôt, le midi avec mon séresta, qui me fatigue.
Je fais toujours une scéance de sophrologie mais je n'arrive pas au terme, je dors 1h voir 2h si je ne met pas d'alarme.

Sur mes fils j'ai expliqué pas mal de choses à ce sujet et maintenant que ma nouvelle psychiatre m'a indiqué la grosse charge de médication, je suis soulagée.

Enfin, je pourrai diminuer le nombre et ne plus prendre certaines molécules avec trop d'effets indésirables.
Avec tout ça, je bois 2,5 L d'eau par jour, j'ai toujours le gosier sec.
Pendant 4 ans j'ai pris un correcteur pour la bouche sèche et ayant des problèmes gastriques génants, je me suis renseignée auprès de ma pharmacienne, verdict : ça m'était interdit (calcul à la vésicule)...
J'ai tout stoppé, ouf, c'est bien mieux.

Ce que j'ai décris est un exemple à ne pas suivre, moi, confiante, je ne regardais pas les effets indésirables et mises en gardes.
Pour ma santé mentale, je croyais qu'il fallait que je prenne aveuglément tout ce que ma psy me prescrivait.

Voilà un peu de mon vécu.
Je te remercie, Trouble d'avoir crée ce fil, car je suis certaine que nous seront nombreux à nous exprimer à ce sujet.
Bonne soirée à tous et toutes
Bizz de Tara
I love you

Tara

Féminin Nombre de messages : 1799
Age : 53
Type troubles : Bipolaire, petite fille de bipolaire
Emploi / Statut : AAH/ Invalidité/2
Date d'inscription : 25/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmédication

Message  Invité le Lun 1 Juil - 19:57

Bonsoir et merci pour votre participation.

Qu'il soit clair que je ne remettais pas en question les traitements qui vous conviennent et vous stabilisent.
Mon rêve (utopie ?) est que vous puissiez alléger le nombre et le dosage de vos médicaments.
Convaincu que la bonne molécule et le bon dosage peuvent suffire.

Grosses bises. sunny albino 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmédication

Message  Invité le Lun 1 Juil - 23:28

Trouble a écrit:Exemple d’entretien :
« Vous vous sentez déprimé(e), je vous prescris un anti-dépresseur. »
« Vous vous sentez angoissée, voici un anxiolytique. »
« Ah, les troubles de l’humeur, on va vous donner un thymorégulateur. Et pourquoi pas un neuroleptique, par précaution. »
«  Vous avez du mal à dormir, un petit hypnotique devrait faire l’affaire. »
« Ah oui, les effets indésirables (troubles digestifs, boulimie, anorexie, tremblements, perte d’équilibre…), pour ça, il existe des correcteurs, je vous les ajoute. Mais vous savez, le plus important est que vous alliez mieux. »
Etc.
Bonsoir trouble,

mdr panneau  j'étais morte de rire en lisant ton récit et c'est ce qu'on appelle tout simplement du BUSINESS des laboratoires  pharmaceutiques

Bonne lecture et bonne nuit nuit rêve 

"Allo Dr B. ? Bonjour, c'est la pharmacie PiluleDorée."
- Oui, bonjour.
- Dites-voir, Mlle Sophie, pour sa pilule... Vous lui avez renouvelé sa Varnoline continue mais elle est en rupture. Je peux lui mettre quoi à la place ?"

Ce genre de coups de fils n'est pas rare. Je dirais même qu'il semble être de plus en plus fréquent. C'est pénible, et parfois, ça peut carrément poser problème dans le cadre d'un traitement chronique précis.

Naïvement, je me disais que c'était ce qui arrivait dans le cadre d'une industrie de haute technologie. D'autant plus que la mode est aux flux tendus et que du coup, chaque grain de sable peut gripper la machine.

Je savais bien que parfois, ce n'était pas très clair. Ainsi du vaccin DTPolio© qui, avant d'être retiré pour des raisons un peu mystérieuses, a été chroniquement en rupture, ne nous laissant que le Revaxis© qui n'est pourtant pas officiellement indiqué chez l'enfant et qui, surtout, vaut presque deux fois plus cher. Mais je pensais que c'était une exception.

Benêt que j'étais !


http://leplus.nouvelobs.com/contribution/206308-medicaments-a-la-carte-le-petit-business-des-laboratoires-pharmaceutiques.html pharmacotique

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmédication

Message  Andrée le Mar 2 Juil - 8:27

Bonjour trouble et à vous.
je pense que tout médicament a plus ou moins des effets secondaires.
La plupart d'entre nous avons un traitement pour diminuer, voir stabiliser notre trouble, d'autres outils depuis peu ont été mis à notre disposition : bilans réalisés en centres experts... une psychoéducation pour mieux connaitre et comprendre la maladie... une psychothérapie qui aidera à mieux gérer, à réagir aux élèments déclencheurs... des associations... des réunions... et un plus pour nous, n'oublions pas le forum Angie par ses informations et entraide.
Une référence d'un livre que j'avais postée l'année dernière, quelques réactions et témoignages, dont voici le lien :

Arrow http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t5349-le-guide-des-4000-medicaments-utiles-inutiles-ou-dangereux-co-ecrit-par-les-medecins-specialistes-bernard-debre-et-philippe-even

Prenez soin de vous.

franzie

Andrée

Féminin Nombre de messages : 2268
Type troubles : TB
Date d'inscription : 22/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmédication

Message  kristalline le Jeu 17 Oct - 15:22

J'ai été surmédicamentée il y a quelques années, avec une mauvaise psychiatre qui me laissait gérer ma propre médication, un peu plus de si un peu moins de ça, j'étais soignée pour "morosité" ha ha ha, je me suis retrouvée à faire une TS, coma, réa, après ça j'ai changé de psy et je n'accepte plus les traitements lourds et ça va pas trop mal.

Merci Marc pour cette réflexion très intéressante.

kristalline

Féminin Nombre de messages : 2736
Age : 53
Type troubles : bipolaire type 1, fille et petite fille de bipo
Emploi / Statut : Mère au foyer
Date d'inscription : 19/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmédication

Message  chispa le Lun 21 Oct - 0:18

En effet, déjà, je lis que certain ont encore des anxiolitiques qui sont des benzodiazépines à long terme, quand depuis quelques années déjà les médecins savent que ceux-ci provoquent dépendance et accoutumance (il en faut toujours plus pour le même effet). Normalement, les benzo ne devraient être prescrites plus que pour de courtes périodes.

Dans mon cas, les trois psychiatres que j'ai eu, ont préféré peu.. Bien sûr, je j'ai jamais été hospitalisé ce qui explique peut être cela. Pour l'instant, je n'ai que Depakine, des gouttes de lysanxia, si nécessaire, et du risperdal, si nécessaire. Régulièrement donc que le depakine, lysanxia en moyenne une fois tous les dix jours, et risperdal, j'en ai pris en six mois que deux jours, où je partais en vrille. Et stop au turbo, bien dormir, et tout était revenu à la normale.

chispa

Féminin Nombre de messages : 5478
Age : 55
Type troubles : Problématique mixte bipolarité et TDA/H sur une personnalité borderline avec traits abandonniques. Bipolarité MD (bipo1)
Emploi / Statut : Invalidité, Mi temps thérapeutique: thérapie familiale, équithérapeute
Date d'inscription : 28/04/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/temoignages-f3/sentier-de-

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmédication

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:38


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum