Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  Invité le Sam 20 Oct - 22:31

Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire
[Date: 2012-10-17]


L'une des plus grandes études de réplication génétique sur le trouble affectif bipolaire a mené à une découverte importante. Elle a constaté que le chromosome du locus 3p21.1 contient un risque génétique commun pour le trouble bipolaire, à savoir le gène PBRM1. Cela signifie qu'à partir d'un ensemble de données distinctes de plus de 34 000 sujets, il n'y aurait aucun lien de la même variante avec la schizophrénie.

Les scientifiques de l'institut de psychiatrie du King's College London ont réalisé une étude portant sur plus de 28 000 sujets recrutés par 36 centres de recherches et ont répliqué l'association du marqueur avec le trouble bipolaire, mais pas avec la schizophrénie. Cette nouvelle recherche vient contredire la majorité des études qui avaient découvert que les gènes de risque de schizophrénie contribuent au risque du trouble bipolaire. Pourtant, cette constatation fait la différence entre le risque héréditaire pour le trouble bipolaire et la schizophrénie.

L'un des plus grands défis de génétique psychiatrique a consisté à répliquer les résultats d'études de grande envergure pour «que cette étude apporte un supplément aux progrès rapides et récents d'identification des gènes pour les maladies mentales», commente l'auteur principal, le Dr Evangelos Vassos. Il ajoute: «Ces dernières années, nous avons identifié une vingtaine de locus génétiques pour les troubles bipolaire et la schizophrénie. La moitié de ces locus sont partagés entre ces deux troubles, indiquant qu'ils partagent quelques causes génétiques, mais pas toutes.»

On estime que plus de 30 millions de personnes du monde entier sont affectés par un trouble bipolaire (ou maladie maniaco-dépressive), qui provoque des changements d'humeur et d'énergie, des taux d'activités inhabituels et qui perturbe la capacité à mener des tâches quotidiennes. La maladie fait partie des 20 causes de handicap, et est diagnostiquée chez 2% d'Européens à un moment de leur vie.

Ce trouble affectait les adultes de 40 à 50 ans en moyenne il y a 25 ans; aujourd'hui, l'âge moyen d'une personne souffrant d'un trouble bipolaire est de 18 à 22 ans. Le trouble bipolaire est difficile à diagnostiquer et à traiter. Des études montrent que la moitié de la population souffrant d'un trouble bipolaire a déjà tenté de se suicider.

Les causes exactes du trouble sont inconnues, mais on pense que plusieurs éléments peuvent déclencher un épisode. Un stress extrême, des problèmes insurmontables et des évènements perturbateurs semblent y contribuer, en plus de facteurs génétiques et chimiques. Mais le trouble bipolaire peut être traité à l'aide de régulateurs d'humeur, qui permettent de s'assurer que les personnes touchées contrôlent mieux leurs changements d'humeur et reprennent les rênes de leur vie.

La constatation de cette étude scientifique est importante pour les personnes atteintes, mais en raison des résultats conflictuels, il est nécessaire de mener des études supplémentaires pour déterminer le rôle du locus dans la psychose. Les chercheurs sont confiants du bien-fondé des preuves indiquant que ce locus serait associé au trouble bipolaire.

«Il existe un intérêt croissant dans les mécanismes épigénétiques qui pourraient contribuer au développement d'un trouble bipolaire. L'implication d'un gène apparaissant dans la remodélisation de la chromatine pour le risque de trouble bipolaire vient confirmer cette affirmation», commente le Dr John Krystal, éditeur de la revue Biological Psychiatry.

Le Dr Vassos conclut: «De futures études permettront d'utiliser ces informations pour développer de nouveaux traitements de ces troubles.»

Pour plus d'informations, consulter:

King's College London:
http://www.kcl.ac.uk

Catégorie: Divers
Source des informations: Elsevier; Bipolar Aware; Lundbeck
Référence du Document: D'après des informations communiquées par le King's College London
Codes de Classification de l'Index des Sujets: Médecine, santé

RCN: 35143


http://cordis.europa.eu/home_fr.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  mireille le Sam 20 Oct - 22:58

tres interessant merci Yoyo....

les recherches se poursuivent et avancent ......
ok ok
bisous
mireille

mireille

Féminin Nombre de messages : 9222
Age : 70
Date d'inscription : 02/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  Invité le Dim 21 Oct - 4:51

Merci Yoyo pour cet article, à suivre !

Grosses bises. sunny albino study

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

merci à toi, yoyo

Message  Jacques le Dim 21 Oct - 8:42

Bonjour, yoyo ! Smile

Merci pour cette page ! Elle est importante !

Bon dimanche. Bises Very Happy . Jacques Smile

_________________
(Ramoneur haut savoyard porte-bonheur.)

Clique ici -> «Hello !… Ticket to the mood.…» Born to be bipo

Jacques

Masculin Nombre de messages : 5971
Age : 61
Type troubles : TB 1 -> schizo-affectif
Emploi / Statut : Invalidité 2ème catégorie — RQTH
Date d'inscription : 20/04/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t20-jacques-tb-1

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  Invité le Lun 22 Oct - 0:34

Itou. Merci Yoyo !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  Invité le Mar 23 Oct - 7:38

Comme le dit Mireille, les recherches se poursuivent et avancent :

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/10/18/19312-troubles-bipolaires-mieux-comprendre-mieux-traiter


Troubles bipolaires : mieux comprendre et mieux traiter

Par Martine Perez - le 18/10/2012

Le «prix d'innovation Marcel-Dassault» 2012 a été decerné à Stéphane Jamain pour financer des recherches sur cette maladie, qui touche près de 600.000 adultes en France.

Les troubles bipolaires sont un enjeu majeur de santé publique et entraînent une grande souffrance pour des millions de personnes en France et leur famille.

La psychose maniaco-dépressive, dite encore maladie bipolaire de type 1, affecte 1 % de la population dans sa forme pure, mais 4 % souffrent d'une forme édulcorée, non moins douloureuse, dite de type 2.

Ces troubles se manifestent par des phases de dépression alternant avec des moments d'excitation, d'insomnie, de sentiment d'euphorie et d'idée de grandeur. Ils se distinguent des dépressions réactionnelles par l'absence de facteurs déclenchants clairs et par des différences de prise en charge et de traitement.

La Fondation FondaMental, réseau de coopération scientifique en santé mentale présidée par le professeur Marion Leboyer, a développé des centres experts, associant cliniciens et chercheurs.

C'est dans ce cadre que Stéphane Jamain (Équipe de psychiatrie génétique, Institut Mondor de recherche biomédicale) vient de recevoir le prix «Projet d'innovation Marcel-Dassault» 2012 doté de 135.000 euros pour financer des recherches sur «troubles bipolaires et fusion vésiculaire». L'objectif, sous ce vocable pointu, consiste à comprendre ce qui se passe au niveau moléculaire entre les neurones du cerveau d'un malade pour qu'il sombre alternativement dans des phases de dépression ou dans des périodes d'excitation pathologique.

Vulnérabilité génétique

Quelle est la cause de ces troubles? S'il s'agit d'une pathologie complexe, on sait depuis plus de cinquante ans, grâce aux études sur les jumeaux, que la maladie aurait une composante génétique importante. Cette vulnérabilité augmente le risque de développer un trouble bipolaire et rend un individu plus sensible que d'autres aux facteurs d'environnement tels que le stress ou les événements de la vie.

«De récentes études collaboratives menées au niveau européen ont démontré que les formes à début précoce sont plus sévères et plus familiales, ce qui indique une influence plus forte des facteurs génétiques, explique Stéphane Jamain. Des travaux dans ces sous-groupes de patients ont mis en cause deux familles de gènes liés à la même voie biologique. Ces gènes codent pour des protéines impliquées dans le mécanisme de fusion nucléaire qui permet la libération des neurotransmetteurs.»

En clair, l'anomalie génétique en cause pourrait perturber la transmission de l'information d'un neurone à l'autre. Ce qui pourrait contribuer à provoquer chez le patient des accès maniaques ou au contraire des phases de dépression.

Le projet de recherche primé vise donc à comprendre l'impact des mutations génétiques décrites sur les chaînes moléculaires de neurotransmission au niveau des neurones. Il s'agit de faire le lien entre une anomalie génétique et ses conséquences au niveau du cerveau des malades et au final des conséquences sur son comportement. Ce n'est qu'avec de tels travaux que l'on parviendra à découvrir des traitements qui permettront de corriger les mécanismes biologiques pathologiques responsables de la souffrance.

Huit centres spécialisés

Dans le cadre de la fondation FondaMental, déjà, les centres experts ont bouleversé l'approche de la prise en charge des maladies mentales. Pour l'instant, huit centres ont été créés, spécialisés dans le diagnostic et la prise en charge de la schizophrénie, des troubles bipolaires, de l'autisme et des dépressions résistantes.

Leur objectif est de proposer un bilan diagnostic complet en hôpital de jour. Un compte rendu détaillé est remis au médecin avec des préconisations thérapeutiques adaptées.

Par ailleurs, grâce à l'évaluation de larges cohortes de patients, ces centres sont devenus des plates-formes incontournables au développement de la recherche clinique et fondamentale. «Mais nous avons encore besoin de soutien financier pour mener à bien tous nos projets», précise le professeur Leboyer, maître d'œuvre de cette fondation.

Clémentine sunny



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  mireille le Mar 23 Oct - 8:09

merci Clémentine ..

tu es au coeur du sujet !!!!
alors ta decision est prise ? reste ou pas ......
gros bisous
mireille

mireille

Féminin Nombre de messages : 9222
Age : 70
Date d'inscription : 02/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  Invité le Mar 23 Oct - 14:13

Bonjour Mireille,

J'en ai parlé sur un autre fil. Je n'ai pas renouvelé mon contrat et j'ai décroché un poste dans l'enseignement supérieur, que je démarre le 5 novembre.

En revanche, pendant ces 1 an et 1/2, je me suis constituée un réseau, utile pour assouvir mon souhait d'agir contre la stigmatisation des personnes atteintes de troubles psychiques et faire évoluer les pratiques en psychiatrie.

Je terminais ce matin, car j'ai écoulé toutes mes heures supplémentaires. Nous avons partagé un petit-déjeuner avec mes collègues et j'ai transmis quelques infos sur les derniers points en cours.

Je vais prendre un peu de temps pour souffler avant de commencer dans mon nouveau poste.

Je reçois déjà des sollicitations pour de missions en parallèle de mon activité professionnelle, comme travailler sur un réseau international de pair-aidance ou intervenir à l'université, dans le milieu associatif, écrire des articles, etc, etc. L'important sera de ne pas se laisser trop envahir !

En effet, il ne faut pas oublier que lorsqu'on débute dans un emploi, la prise de fonction demande généralement un certain temps d'adaptation. D'autre part, ma priorité reste toujours, ma petite famille.

Bises,

Clémentine sunny

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  mireille le Mar 23 Oct - 20:16

coucou Clem'
bon te voila donc partie pour de nouvelles aventures !!!!
j'espere que ce sera plus cool tout de même ..et que tu pourras garder un oeil sur tes objectifs ...
bien sur le debut d'un job passe pas la case adaptation ..pendant laquelle tu ne pourras guere t'impliquer dans autre chose ...

mais je suis sure que tu arriveras tres vite a concilier les deux ...

je suivrai ce nouveau parcours avec interet bien sur



gros bisous
mireille

mireille

Féminin Nombre de messages : 9222
Age : 70
Date d'inscription : 02/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  Invité le Mar 23 Oct - 20:43

C'est gentil à toi Mireille.

Je vais essayer de rester également attentive aux amis du forum.

Pour prendre un peu de vacances, je vais me prévoir quelques jours la semaine prochaine en Normandie, avec mon fils, chez mes parents.

Bises,

Clémentine sunny

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  mireille le Mar 23 Oct - 21:01

bonnes vacances a toi et ta petite famille

gros bisous
mireille

mireille

Féminin Nombre de messages : 9222
Age : 70
Date d'inscription : 02/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:10


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum