"On a notre place", estime Yves, bipolaire et "pair-aidant" psychiatrique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"On a notre place", estime Yves, bipolaire et "pair-aidant" psychiatrique

Message  Invité le Ven 12 Oct - 9:45


"On a notre place", estime Yves, bipolaire et "pair-aidant" psychiatrique

Yves Bancelin est l'un des 30 médiateurs psychiatriques recrutés en janvier. Atteint de troubles bipolaires, il raconte que "le contact avec les malades vient beaucoup plus vite", du fait de son passé qu'il va "enfin pouvoir transformer en quelque chose de positif".

"Franchement on a notre place", résume ce jeune homme avenant de 29 ans, attablé à un café. "Les usagers abordent plus rapidement des sujets importants de leur vie avec nous, on sent qu'ils se livrent plus".

La maladie d'Yves Bancelin a été diagnostiquée à l'âge de 19 ans lors d'une cure de désintoxication. "Viré du bahut après avoir explosé une voiture dans le mur", il est hospitalisé pendant un mois, passe le bac et "vadrouille pas mal" après avoir grandi en Auvergne.

En 2008, il déménage à Marseille "pour couper les ponts" avec de mauvaises fréquentations. Il trouve un emploi comme technicien de maintenance, mais victime de "harcèlement moral", il est licencié et fait "une grosse rechute dépressive".

Il "traîne dans la rue, rencontre des gens en galère", dont un SDF qu'il prend sous son aile. "Petit à petit, je me suis rendu compte qu'il attendait beaucoup de moi. Et l'accompagner m'a permis de me stabiliser".

Observant ces qualités d'entraide, des membres de l'équipe mobile de psychiatrie lui parlent de ce projet de médiateurs de santé. Il postule et décroche l'emploi.

"L'enjeu, c'est d'arriver à transformer un passé vraiment chaotique et d'en faire une expérience positive. C'est un emploi révolutionnaire pour nous: la maladie va nous servir à quelque chose", souligne le médiateur.

Aux patients, "on montre que c'est possible de s'en sortir, qu'on peut passer par la psychiatrie sans être un fou". "En plus, on peut dire à l'instant T ce qu'ils ressentent" car, assure-t-il, quelles que soient les maladies - schizophrénie, anorexie... - "le principe est toujours le même: une perte de confiance en soi, une phase dépressive, un sentiment de paranoïa, la solitude".

"Pour qu'ils ne restent pas enfermés dans leur maladie, j'essaie de les rattacher à leurs passions d'avant, de réussir à recréer l'envie", le traitement médicamenteux favorisant l'anhédonie (incapacité d'un sujet à ressentir des émotions positives). Ainsi, il s'agit d'inciter un musicien à reprendre le piano, un professeur de philosophie à redonner des cours, un ancien tennisman à ressortir les raquettes.

D'un point de vue personnel, l'expérience se révèle très enrichissante. "J'ai la satisfaction du devoir accompli. Et j'espère que d'ici deux ans, un certain nombre de mes troubles se sera estompé", confie Yves Bancelin qui se dit "sevré de l'héroïne et du cannabis", mais reconnaît avoir "des problèmes avec l'alcool" et suit encore "un traitement de substitution".

Il regarde les "débats houleux" suscités par ce projet avec une relative sérénité. "Il n'y a aucune crainte à avoir. Je pense qu'on saura prouver notre utilité avec le temps".

AFP/Par Anne BEADE AFP

Arrow http://www.maville.com/actu/actudet_-On-a-notre-place-estime-Yves-bipolaire-et-pair-aidant-psychiatrique_fil-2126746_actu.Htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "On a notre place", estime Yves, bipolaire et "pair-aidant" psychiatrique

Message  mireille le Ven 12 Oct - 13:03

merci Yoyo je suis 100% d'accord avec cet article ....et Yves ...
je transmets le message a Clementine ..directement impliquée dans ce projet ..

je crois en les pairs aidants ...au Canada ça marche ..il va bien falloir que la psychiatrie Française se remette un peu en question ....
bisous
mireille
avatar
mireille

Féminin Nombre de messages : 9237
Age : 70
Date d'inscription : 02/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: "On a notre place", estime Yves, bipolaire et "pair-aidant" psychiatrique

Message  bluevelvet le Ven 12 Oct - 15:39

ça fait plaisir de lire un article pareil , pour plusieurs raisons générales dont une qui m'est personnelle et qui a trait à l'abandon de l'héroïne;

je lis souvent que les bipos ont des problèmes avec l'alcool mais rarement on ne mentionne les autres addictions notamment aux drogues dures .

même si ce n'est pas le fil idéal, j'en profite pour me livrer un peu de ce côté-là :

il semblerait que mon addiction ait masqué pendant de nombreuses années ma bipolarité puisque j'étais toujours dans un certain up grâce au produit;

c'est pour cette raison que le diagnostic a été posé très tardivement , soit après l'arrêt de la consommation à l'héroïne !

démarrage en trombe en vrai up cette fois , j'étais sous produit de substitution, mais tout mon entourage vivait assez bien cette période :

levée à 5 H du matin, lecture, boulot non stop sans manger, j'enchaînais les rendez-vous, les audiences, les dossiers

le soir, les courses, les enfants, les devoirs, je finissais par me " détendre " en faisant de la mosaïque à 2 H du mat' !

les dîners chez des potes, un peu d'alcool et hop un rythme d'enfer donc !

ça a craqué d'un coup sans raison, et du jour au lendemain, je suis restée couchée dans le noir pendant un mois sans me lever , sans rien faire , atterrée ! effondrée !

personne ne comprenait ce qui m'arrivait ; au bout d'un mois, je me suis dit " là il faut consulter " : je ne pouvais pas me permettre de ne pas aller bosser plus longtemps : les dossiers s'accumulaient en mon absence et ça me stressait deux fois plus ;

une heure et demi de rendez-vous avec un très bon psy et le verdict est tombé : clac ! claque ! bipolaire !

je crois que sur le moment j'ai rigolé : " quoi ? qu'est-ce que c'est ? "

j'avais bien eu une tante atteinte de PMD mais je ne pouvais pas m'identifier à elle !

et après , il a fallu accepter , ça a été le plus dur, la prise de médocs ... " à vie " a dit le psy !!

j'étais bien obligé d'accepter l'idée si je voulais être à nouveau debout : je devais plaider aux assises un dossier de viol , audiences qui duraient 5 jours de 9 H à 21 H .

Au bout de 3 semaines l'AD a commencé à faire ses effets et j'ai pu assumer ce dossier en rentrant chancelante le soir chez moi .

J'assistais ma cliente victime de deux violeurs, qui allait mille fois plus mal que moi !

voilà c'est le début de mon histoire de bipo , je trouverai un autre fil pour raconter la suite ... si j'ai des lecteurs ...

blue V
avatar
bluevelvet

Féminin Nombre de messages : 2577
Age : 59
Type troubles : bipo type 1
Emploi / Statut : avocate - en arrêt
Date d'inscription : 04/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "On a notre place", estime Yves, bipolaire et "pair-aidant" psychiatrique

Message  mireille le Ven 12 Oct - 16:27

et comment ma Blue que tu vas avoir des lecteurs ...moi la premiere meme si je connais ton histoire ..

il est evident qu'il n'y a pas meilleure aide que celle venant de ceux qui ont vecu la même situation et qui s'en sont sorti !!!!

a faire savoir aux professionnes de santé psy en l'occurence ...qui ne croient qu'en leur pouvoir et leurs competences ........
pfffffffffffffffff
bisous
mireille

avatar
mireille

Féminin Nombre de messages : 9237
Age : 70
Date d'inscription : 02/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: "On a notre place", estime Yves, bipolaire et "pair-aidant" psychiatrique

Message  Invité le Ven 12 Oct - 17:40

Bonsoir Mireille,

Notre conversation téléphonique a été interrompue.

Je connais en effet très bien Yves, qui communique souvent sur son expérience de Médiateur de santé/pair.

Pour ma part, j'ai passé hier un entretien d'embauche et j'ai été retenue pour un poste dans l'enseignement supérieur.

Même si je change éventuellement là de voie, je resterai très probablement active pour faire évoluer la prise en charge des troubles psychiques et le soutien aux personnes en souffrance.

Encore pas mal de défis sont à relever.

Clémentine sunny

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "On a notre place", estime Yves, bipolaire et "pair-aidant" psychiatrique

Message  mireille le Ven 12 Oct - 18:39

coucou Clém'
satané telephone !!! bon je suis neamoins heureuse d'avoir pu echanger un peu avec toi ...
j'ai hate de savoir ce qui va se decider pour ton boulot ...comme je suis aussi attentive a ce qu'entreprend Mélina en ce moment ..
vous etes jeunes pleines d'espoirs je suis persuadée que vous evoluerez tres vite dans le bon sens ....

gros bisous a tres bientot
mireille
avatar
mireille

Féminin Nombre de messages : 9237
Age : 70
Date d'inscription : 02/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: "On a notre place", estime Yves, bipolaire et "pair-aidant" psychiatrique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum