Les Français sont-ils plus fous que les autres ou obsédés par leur santé mentale ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Français sont-ils plus fous que les autres ou obsédés par leur santé mentale ?

Message  Invité le Jeu 27 Sep - 6:41

21 septembre 2012
http://www.atlantico.fr

Les Français sont-ils plus fous que les autres ou obsédés par leur santé mentale ?

12 millions de Français souffrent d’une pathologie mentale, selon une étude du département de santé publique de Créteil. Le coût pour la collectivité dépasse les 110 milliards d'euros par an. Mais que recouvrent ces chiffres ?


extraits de l'article
Dans ce cas, ce chiffre impressionnant de 12 millions de Français atteints de troubles mentaux n’a donc pas de sens ? L’étude parle aussi d’1,8 millions de personnes atteintes de troubles sévères.

Il y a certainement 1,8 millions de personnes atteintes de troubles sévères. Cela correspond à 2,5% de la population. Les 10 millions de plus représentent la possibilité qu’on a d’étendre des interprétations psychiatriques à un grand nombre de gens.

On encourage maintenant les gens à souffrir de n’importe quoi. De plus en plus, on insiste sur le fait qu’il faut se sentir bien. Il s’agit de se sentir bien, d’être heureux. La quête du bonheur devient un problème non plus philosophique mais psychiatrique !
On sait déjà que les Français sont les plus grands consommateurs d’anxiolytiques au monde. Est-ce lié ?

Il est possible que la consommation record d’anxiolytiques en France soit due à la rencontre de ces deux facteurs : une culture qui veut absolument qu’on soit dans la non-souffrance, et un système social qui incite les gens à aller plus loin dans cette illusion.
La perte de productivité liée aux pathologies psychiatrique coute un peu plus de 24 milliards d’euros, selon l’étude. Est-il possible de concilier travail et maladie ?

Avec les troubles sévères, non. Avec les troubles non-sévères, peut-être plus.

Mais il y a aujourd’hui un acharnement des gens à être bien et un acharnement des médecins à tout soigner. La psychiatrie n’a peut être pas suffisamment fermé les portes à des états moraux qui ont une définition floue. La normalité, en psychiatrie, est indéfinissable. Elle ne peut être statistique comme, par exemple, la tension artérielle : on ne peut pas dire qu’un comportement qui n’est pas le comportement moyen est anormal. Aussi, elle se prête à l'idéalisation : disposer d'un fonctionnement psychologique qui mettrait à l'abri de toute souffrance, alors que l'anxiété et la tristesse ou des moments d'abattement font partie de la vie. Malheureusement, de plus en plus, on attend du système de soin qu’il fournisse un bien être parfait. Et les médecins ne savent pas toujours dire non à cette demande.

Mais il faut admettre que cette extension de la demande tient aussi au fait que nous vivons dans une époque qui favorise le mal être, par l’absence de repères et la précarité sociale et affective auxquelles sont confrontés les gens
.
Arrow http://www.atlantico.fr/decryptage/francais-sont-tous-fous-ou-trop-hygienistes-concernant-sante-mentale-jean-paul-mialet-488676.html?page=0,1

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum