Maladie d’amour ou érotomanie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maladie d’amour ou érotomanie ?

Message  Invité le Sam 18 Aoû - 4:01

Maladie d’amour ou érotomanie ?

Publié le 03/08/2012 - Clérambault, Lacan… Les plus grands noms de la psychiatrie se sont intéressés au thème de l’illusion d’un « amour sans retour. »
Et comme le rappelle la rubrique ‘‘Art et images en psychiatrie’’ d’Archives of General Psychiatry, ce thème du « mal d’amour » (lovesickness) a toujours inspiré, mais la terminologie pour parler des amours pathologiques a changé au fil du temps : « mélancolie érotique », « paranoïa érotique », « illusions auto-érotiques », « érotomanie »…

Si la « mélancolie (à connotation) érotique » n’est pas à proprement parler une catégorie de maladie mentale, rappelle l’auteur, l’érotomanie en constitue une.
Ce trouble psychiatrique consiste en une « croyance délirante d’être aimé » par un tiers, généralement d’un statut social plus élevé que le sien.
Il se décline en une « forme primaire » (érotomanie pure) et une forme « secondaire » (s’intégrant à un contexte psychiatrique plus large, comme une psychose ou un trouble bipolaire). Limitée à la phase maniaque d’un trouble bipolaire, la maladie est sensible au traitement médicamenteux.
Mais son pronostic est mauvais quand elle est associée à la schizophrénie.
Ses conséquences médico-légales peuvent se révéler dramatiques, comme le montre l’exemple historique de John W Hinckley Jr[1] qui tenta (en 1981) d’assassiner le président Ronald Reagan, afin d’impressionner favorablement (!) l’actrice Jodie Foster dont il était maladivement amoureux. Espérant ainsi « gagner son respect et son amour », il décrivit plus tard son geste fou comme « la plus grande offrande faite au monde par amour. »

Quant au premier traité sur l’amour pathologique, ce fut celui du médecin agenais Jacques Ferrand (au début du XVIIème siècle[2] ), intitulé Traité de l’essence et de la guérison de l’amour ou de la Mélancolie érotique[3].
Parmi les solutions proposées alors par l’auteur, figuraient notamment « la distraction, la diffamation de l’être aimé, les traitements médicamenteux et les rapports sexuels. » On pourrait qualifier cette dernière méthode de traitement… du mal par le mal ! - Dr Alain Cohen

[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Warnock_Hinckley_Jr
[2] L’auteur de l’article évoque la date de 1645, mais d’autres sources indiquent « publié à Toulouse en1610 » et « seconde édition de 1623. »
[3] http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1973x007x004/HSMx1973x007x004x0303.pdf

James C. Harris : Lovesickness. Arch Gen Psychiatry, 2012; 69: 549.
Copyright © http://www.jim.fr

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum