La Charte des droits du Bipolaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Charte des droits du Bipolaire

Message  Invité le Dim 24 Juin - 22:55

CHARTE DES DROITS DU BIPOLAIRE




J’ai le droit de rire, de pleurer, de crier, de me plaindre, de me mettre en colère sans que l’on me dire « Tu as oublié ton traitement, tu n’as pas pris tes pilules ! » ; « va voir ton psy ! ».


J’ai le droit de ne pas prendre de décision au cours d’une phase d’excitation puis de dépression.


J’ai le droit d’avoir une relation amoureuse sans que personne ne s’en mêle.


J’ai le droit de m’acheter des chaussures rouges ou de faire des cadeaux sans que l’on me dise systématiquement : « Tu es en train de virer ! » « Tu es up ! » « Ca y est, ça recommence ! »


J’ai le droit de conserver mon originalité


J’ai le droit de dire « Je suis bipolaire » ; « Je suis maniaco » ; « Je suis maniaco-dépressif » ; « Je suis cyclothymique » ; « Je suis MD » ; malheureusement, je ne peux en réalité le dire à personne, et surtout pas à mon employeur


J’ai le droit qu’on me regarde sans avoir l’impression d’être une bête curieuse.


J’ai le droit que ma carte de Sécurité sociale ne porte pas la mention « ALD1 30 »


J’ai le droit de dire que j’ai rendez-vous avec mon psy.


J’ai le droit d’avoir deux psys


J’ai le droit que mon conjoint m’accompagne chez mon psy, mais ne le consulte pas.


J’ai le droit de ne pas raconter le contenu de la consultation à mon conjoint, mais j’ai aussi le droit de lui répéter ce qui m’a semblé important, ou ce que le médecin m’a recommandé de lui dire.


J’ai le droit de changer de psychiatre, même si je suis suivi à l’hôpital ou dans un dispensaire.


J’ai le droit de posez questions à mon psy.


J’ai le droit de dire à mon psy que je ne suis pas d’accord avec ses explications.


J’ai le droit de me plaindre des effets indésirables des médicaments.


J’ai le droit d’avoir des informations sur les risques du traitement de la maladie.


J’ai le droit à un prêt financier.


J’ai le droit à une vie de couple, à une vie sociale.


J’ai le droit d’être moins performante du fait des traitements et de la maladie sans en supporter les conséquences.


J’ai le droit de ne plus entendre : « Ah ! je te préfère quand tu es déprimé(e) ! »


Nota de Yolande : ou l’inverse « Ah ! je te préfère quand tu es « drôle » ! »


J’ai le droit de trembler sans m’entendre dire : « Tu as la tremblote ! »


J’ai le droit d’avoir des défaillances sexuelles sans que l’on puisse remettre en cause ma virilité ! »


J’ai le droit de ne pas atteindre l’orgasme sans me traiter de frigide.


J’ai le droit de refuser de l’alcool à un dîner sans être obligé de me justifier et de dire que j’ai fait récemment une hépatite et que l’alcool m’est contre-indiqué.


J’ai le droit, lors d’une reprise du travail, de ne pas donner d’explications compliquées : « j’ai fait une pneumonie, une mauvaise grippe… »


J’ai le droit de dire à mon conjoint : « Je n’ai pas envie de discuter, ce n’est pas le moment, je ne suis pas en forme. »


J’ai le droit de refuser de sortir.


J’ai le droit de répondre : « Non, ce n’est pas possible, je suis surchargé de travail. »


J’ai le droit de demander : « Baisse la musique, elle me casse les oreilles. »


J’ai le droit de sortir d’un cinéma si le film m’angoisse.


J’ai le droit que le terme maniaque ne soit pas assimilé à celui de pervers.


J’ai le droit de prendre des médicaments devant d’autres personnes, à la cantine, à un dîner, sans culpabiliser ou rechercher toutes sortes d’excuses.

Tiré du livre du Docteur Gay et Jean alain Génermont "vivre avec des hauts et des bas"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Charte des droits du Bipolaire

Message  Invité le Dim 24 Juin - 23:55



Bonsoir,
aliéna a écrit:
CHARTE DES DROITS DU BIPOLAIRE
Il serait sans doute intéressant de dresser son pendant, la charte des obligations des bipolaires, non ?
J’ai le droit de rire, de pleurer, de crier, de me plaindre, de me mettre en colère sans que l’on me dire « Tu as oublié ton traitement, tu n’as pas pris tes pilules ! » ; « va voir ton psy ! ».
+ 1 ; c'est pour celà que je ne dis ma pathologie qu'à très (très) peu de personnes. Officiellement, je parle de "mes maux physiques qui entraînent sérieuses dépressions".
J’ai le droit de ne pas prendre de décision au cours d’une phase d’excitation puis de dépression.
Désolée, Dr Gay, mais il faudrait m'expliquer ce que ce droit signifie pour moi...
J’ai le droit d’avoir une relation amoureuse sans que personne ne s’en mêle.
Ben, il faut être 2 pour danser le tango scratch
J’ai le droit de m’acheter des chaussures rouges ou de faire des cadeaux sans que l’on me dise systématiquement : « Tu es en train de virer ! » « Tu es up ! » « Ca y est, ça recommence ! »
Manquerait plus cela, ce type de réflexions ! Si j'ai les euros, personne n'a rien à redire, non mais !!! Mais bon, Embarassed si je remarque que ce comportement s'installe et déborde mes finances, j'allume mes warnings intérieurs, quitte à avaler du risperdal pour stopper la montée...
J’ai le droit de conserver mon originalité
Sans elle, je n'existe plus. D'ailleurs, c'est ce qui touche pas mal de mes proches ; mais je ne la fais côtoyer à personne... alien
J’ai le droit de dire « Je suis bipolaire » ; « Je suis maniaco » ; « Je suis maniaco-dépressif » ; « Je suis cyclothymique » ; « Je suis MD » ; malheureusement, je ne peux en réalité le dire à personne, et surtout pas à mon employeur
Je ne tiens pas à l'exercer de droit, comme l'explique très bien le Dr Girard dans le cas des schizos Arrow http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t4683-2011-marseille-dr-vincent-girard-retablissement-l-rehabilitation-psychosociale-personnes-malades-elles-memes-l-travail-video?highlight=girard
J’ai le droit qu’on me regarde sans avoir l’impression d’être une bête curieuse.
J'ai pris l'habitude de la différence en m'expatriant. Donc je sais que j'appartiens, "quelque part" Wink
J’ai le droit que ma carte de Sécurité sociale ne porte pas la mention « ALD1 30 »
Ben de toute façon, pour ma carte, je ne sais pas, mais mon attestation porte la mention ALD n°23.
J’ai le droit de dire que j’ai rendez-vous avec mon psy.
Sans problème, je dis " ne pas travailler me pèse alors je consulte". En plus, Laughing, c'est vrai !
J’ai le droit d’avoir deux psys.
Oui, et je vais sans doute consulter une femme psy en sus de mon psy homme habituel car il y a des sujets que je préfèrerais aborder avec une femme. Et puis, pour le rétablissement, c'est mieux pour moi, de rencontrer deux personnes au lieu d'une unique.
J’ai le droit que mon conjoint m’accompagne chez mon psy, mais ne le consulte pas.
pale Je n'ai pas de conjoint, et pourtant, j'y aurais droit ?:? chevalier
J’ai le droit de ne pas raconter le contenu de la consultation à mon conjoint, mais j’ai aussi le droit de lui répéter ce qui m’a semblé important, ou ce que le médecin m’a recommandé de lui dire.
N/A
J’ai le droit de changer de psychiatre, même si je suis suivi à l’hôpital ou dans un dispensaire.
Surement, mais il faut pouvoir en dénicher un autre compétent pour nous.... ce qui n'est guère évident en campagne...
J’ai le droit de poser des questions à mon psy.
Je n'arrête pas ; il ne m'est même pas venu à l'idée que je ne pourrais pas...
J’ai le droit de dire à mon psy que je ne suis pas d’accord avec ses explications.
Mon psy m'écoute vraiment ; et j'ai appris à faire de même quand il m'explique ; je le consulte depuis 7 ans...
J’ai le droit de me plaindre des effets indésirables des médicaments.
Bien sûr, et mon psy s'attend même à mes retours afin d'ajuster mon traitement selon l'évolution de ma santé. Quand il n'est pas sûr, il ouvre son Vidal et consulte sa propres banques de données pour voir si x est listé comme possiblement imputable à y.
J’ai le droit d’avoir des informations sur les risques du traitement de la maladie.
Oui mais comme je crains de faire des projections, je préfère rester vigilante et lui rapporter les EI au fur et à mesure. Il est convenu entre nous que je le contacte de suite si des EI aigüs se manifestent.
J’ai le droit à un prêt financier.
Oui, grâce aux dispositifs sociaux mais sûrement pas auprès d'une banque si je ne suis pas rétablie depuis 5 ans, car en cas de rechute, je ne pourrais pas assurer les remboursements.
J’ai le droit à une vie de couple, à une vie sociale.
Oui, si je mets en place, une zone de confort/repli/respir pour autrui et moi-même. Sinon, à vivre collés, je pète les plombs....
J’ai le droit d’être moins performante du fait des traitements et de la maladie sans en supporter les conséquences.
Je ne vois pas comment.... Il faudrait que le Dr Gay développe.... Mon handicap est le mien et c'est à moi de réclamer les arrangements nécessaires, avec souvent un coût financier et matériel à la clé.
J’ai le droit de ne plus entendre : « Ah ! je te préfère quand tu es déprimé(e) ! »
Comme je ne vois personne en EDM, on ne me l'a pas encore dit, Smile
Nota de Yolande : ou l’inverse « Ah ! je te préfère quand tu es « drôle » ! »
De mon bord, j'entends plutôt "Ah te revoilà !...Oh bonjour Madame, oui oui, je me souviens de vous" Suspect Cool
J’ai le droit de trembler sans m’entendre dire : « Tu as la tremblote ! »
Ouf, je n'ai pas subi ces EI. Dans ma campagne, "on" penserait que je suis alcoolique... pale
J’ai le droit d’avoir des défaillances sexuelles sans que l’on puisse remettre en cause ma virilité ! »
Ouf, je suis bipo femelle !!! Embarassed
J’ai le droit de ne pas atteindre l’orgasme sans me traiter de frigide.
Sleep "Chéri, j'ai la migraine..". Wink
J’ai le droit de refuser de l’alcool à un dîner sans être obligé de me justifier et de dire que j’ai fait récemment une hépatite et que l’alcool m’est contre-indiqué.
C'est de plus en plus "acceptable"... Je demande de l'eau pétillante.
J’ai le droit, lors d’une reprise du travail, de ne pas donner d’explications compliquées : « j’ai fait une pneumonie, une mauvaise grippe… »
Heu... j'ai arrêté de travailler pour me centrer sur mon rétablissement ! Rolling Eyes
J’ai le droit de dire à mon conjoint : « Je n’ai pas envie de discuter, ce n’est pas le moment, je ne suis pas en forme. »
Bipo ou pas, n'est-ce pas le cas ? Mais si je tiens à la relation, je conviens de le faire dès que je suis capable, pas vous ?
J’ai le droit de refuser de sortir.
Je peux être recluse. Le courriel et le répondeur, ça sert à quoi ? Mais je préviens, je décline suffisamment tôt pour que l'Autre puisse s'organiser autrement.
J’ai le droit de répondre : « Non, ce n’est pas possible, je suis surchargé de travail. »
A qui ?
J’ai le droit de demander : « Baisse la musique, elle me casse les oreilles. »
Et les casques, c'est fait pour qui ?
J’ai le droit de sortir d’un cinéma si le film m’angoisse.
Je l'ai fait pour la scène de la roue de Brave Heart.
J’ai le droit que le terme maniaque ne soit pas assimilé à celui de pervers.
Il faut distribuer de l'information aux ignorants blabla Vive Angie !
J’ai le droit de prendre des médicaments devant d’autres personnes, à la cantine, à un dîner, sans culpabiliser ou rechercher toutes sortes d’excuses.
Je ne me pose pas la question mais je le fais sans ostentation.
Tiré du livre du Docteur Gay et Jean Alain Génermont "Vivre avec des hauts et des bas"
Tiré de mon vécu ; et le vôtre ?
(Vous pourriez citer mon post et taper vos réponses sur les miennes, après chaque balise [/ quote] )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Charte des droits du Bipolaire

Message  primomania le Lun 25 Juin - 9:39

fractal a écrit:

Bonsoir,
aliéna a écrit:
CHARTE DES DROITS DU BIPOLAIRE
Il serait sans doute intéressant de dresser son pendant, la charte des obligations des bipolaires, non ?


J’ai le droit de rire, de pleurer, de crier, de me plaindre, de me mettre en colère sans que l’on me dire « Tu as oublié ton traitement, tu n’as pas pris tes pilules ! » ; « va voir ton psy ! ».
+ 1 ; c'est pour celà que je ne dis ma pathologie qu'à très (très) peu de personnes. Officiellement, je parle de "mes maux physiques qui entraînent sérieuses dépressions".

["primomania"]idem, peu de personnes informées et des facteurs physiologiques immunitaires (vrais) plus mis en avant. ca "bloque moins". La pire phrase entendue : "va te faire soigner !"

J’ai le droit de ne pas prendre de décision au cours d’une phase d’excitation puis de dépression.
Désolée, Dr Gay, mais il faudrait m'expliquer ce que ce droit signifie pour moi...

["primomania"]difficile de ne pas prendre de décision en up, c'est incontrolable et on ne s'en rend pas toujours compte, u pas de suite. en down par contre, on n'en a meme pas enve la plupart du temps. une décision est un calvaire...

J’ai le droit d’avoir une relation amoureuse sans que personne ne s’en mêle.
Ben, il faut être 2 pour danser le tango scratch

["primomania"]suis aussi en solo

J’ai le droit de m’acheter des chaussures rouges ou de faire des cadeaux sans que l’on me dise systématiquement : « Tu es en train de virer ! » « Tu es up ! » « Ca y est, ça recommence ! »
Manquerait plus cela, ce type de réflexions ! Si j'ai les euros, personne n'a rien à redire, non mais !!! Mais bon, Embarassed si je remarque que ce comportement s'installe et déborde mes finances, j'allume mes warnings intérieurs, quitte à avaler du risperdal pour stopper la montée...


["primomania"]idem, si je sens que je pousse à la roue coté dépense les warning se mettent en route; Je ne peux pas me permettre une insolvabilité bancaire, pas avec un petit à charge, meme si je ne fais jamais de vraiis compte, je sais grosso modo ou j'en suis et je vérifie le solde.

]J’ai le droit de conserver mon originalité
Sans elle, je n'existe plus. D'ailleurs, c'est ce qui touche pas mal de mes proches ; mais je ne la fais côtoyer à personne... alien

["primomania"]encore heureux que j'en ai le droit. Mon "originalité" c'est moi, sans dépression;...

J’ai le droit de dire « Je suis bipolaire » ; « Je suis maniaco » ; « Je suis maniaco-dépressif » ; « Je suis cyclothymique » ; « Je suis MD » ; malheureusement, je ne peux en réalité le dire à personne, et surtout pas à mon employeur
Je ne tiens pas à l'exercer de droit, comme l'explique très bien le Dr Girard dans le cas des schizos Arrow http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t4683-2011-marseille-dr-vincent-girard-retablissement-l-rehabilitation-psychosociale-personnes-malades-elles-memes-l-travail-video?highlight=girard

["primomania"]oulà, ne surtout pas le dire au travai, mise au ban assurée.... sans compter que dans mon métier, on n'a "pas le droit" d'etre depressif. Luxe incompatible avec la profession.


J’ai le droit qu’on me regarde sans avoir l’impression d’être une bête curieuse.
J'ai pris l'habitude de la différence en m'expatriant. Donc je sais que j'appartiens, "quelque part" Wink


["primomania"]j'ai l'habitude d'etre regardée comme une originale qui ne vit pas dans la "norme". depuis le temps, ca me passe au dessus de la tete

J’ai le droit que ma carte de Sécurité sociale ne porte pas la mention « ALD1 30 »
Ben de toute façon, pour ma carte, je ne sais pas, mais mon attestation porte la mention ALD n°23.


["primomania"]je ne sais pas ce qu'il y a sur ma carte sécu, mais ce que je sais c'est que j'ai maintenant les médicaments au compte goutte.... pas de stock

J’ai le droit de dire que j’ai rendez-vous avec mon psy.
Sans problème, je dis " ne pas travailler me pèse alors je consulte". En plus, Laughing, c'est vrai !


["primomania"]oui, mais je ne le dis pas à n'importe qui.


J’ai le droit d’avoir deux psys.
Oui, et je vais sans doute consulter une femme psy en sus de mon psy homme habituel car il y a des sujets que je préfèrerais aborder avec une femme. Et puis, pour le rétablissement, c'est mieux pour moi, de rencontrer deux personnes au lieu d'une unique.


["primomania"]sans doute mais un seul c'est déjà assez à gérer pour moi. deux, je serais perdue... peut-être....

J’ai le droit que mon conjoint m’accompagne chez mon psy, mais ne le consulte pas.
pale Je n'ai pas de conjoint, et pourtant, j'y aurais droit ?:? chevalier


["primomania"]je n'ai jamais mené un conjoint chez mon psy, que e soit en consultation ou en salle d'attente. c'est un domaione que je gère seule.

J’ai le droit de ne pas raconter le contenu de la consultation à mon conjoint, mais j’ai aussi le droit de lui répéter ce qui m’a semblé important, ou ce que le médecin m’a recommandé de lui dire.
N/A


["primomania"] N/A actuellement, mais en couple, ou en relation, oui, tout à fait. c'est un choix perso de dire ou non.

J’ai le droit de changer de psychiatre, même si je suis suivi à l’hôpital ou dans un dispensaire.
Surement, mais il faut pouvoir en dénicher un autre compétent pour nous.... ce qui n'est guère évident en campagne...

["primomania"]ce qui n'est guere évident en général, ville ou campagne. Il faut en trouver un qui convienne, c'est le plus compliqué

J’ai le droit de poser des questions à mon psy.
Je n'arrête pas ; il ne m'est même pas venu à l'idée que je ne pourrais pas...


["primomania"]evidence

J’ai le droit de dire à mon psy que je ne suis pas d’accord avec ses explications.
Mon psy m'écoute vraiment ; et j'ai appris à faire de même quand il m'explique ; je le consulte depuis 7 ans...


"primomania"] et le droit de proposer une autre explication

J’ai le droit de me plaindre des effets indésirables des médicaments.
Bien sûr, et mon psy s'attend même à mes retours afin d'ajuster mon traitement selon l'évolution de ma santé. Quand il n'est pas sûr, il ouvre son Vidal et consulte sa propres banques de données pour voir si x est listé comme possiblement imputable à y.


["primomania"]oui, mais tous les psy n'entendent pas, hélas...

J’ai le droit d’avoir des informations sur les risques du traitement de la maladie.
Oui mais comme je crains de faire des projections, je préfère rester vigilante et lui rapporter les EI au fur et à mesure. Il est convenu entre nous que je le contacte de suite si des EI aigüs se manifestent.


["primomania"]ca me semble etre le minima d'etre informé des dangers et EI, ce qui est tres rarement fait....



J’ai le droit à un prêt financier.
Oui, grâce aux dispositifs sociaux mais sûrement pas auprès d'une banque si je ne suis pas rétablie depuis 5 ans, car en cas de rechute, je ne pourrais pas assurer les remboursements.

["primomania"] je n'y songe meme pas....


J’ai le droit à une vie de couple, à une vie sociale.
Oui, si je mets en place, une zone de confort/repli/respir pour autrui et moi-même. Sinon, à vivre collés, je pète les plombs....

["primomania"]oui, en théorie, si la maladie veut bien.... et que le reseaux existe déjà, sinon, il est tres difficile de le maintenir en phase basse et quasi impossible de le creer (toujours en phase basse)

J’ai le droit d’être moins performante du fait des traitements et de la maladie sans en supporter les conséquences.
Je ne vois pas comment.... Il faudrait que le Dr Gay développe.... Mon handicap est le mien et c'est à moi de réclamer les arrangements nécessaires, avec souvent un coût financier et matériel à la clé.

[
"primomania"]on en subit forcement les conséqences.

J’ai le droit de ne plus entendre : « Ah ! je te préfère quand tu es déprimé(e) ! »
Comme je ne vois personne en EDM, on ne me l'a pas encore dit, Smile

[primomania"] idem, en EDM je suis en vase clos et ne voit personne.


Nota de Yolande : ou l’inverse « Ah ! je te préfère quand tu es « drôle » ! »
De mon bord, j'entends plutôt "Ah te revoilà !...Oh bonjour Madame, oui oui, je me souviens de vous" Suspect Cool

[primomania"]Idem

J’ai le droit de trembler sans m’entendre dire : « Tu as la tremblote ! »
Ouf, je n'ai pas subi ces EI. Dans ma campagne, "on" penserait que je suis alcoolique... pale

[primomania"]alcoolique ou parkinsonnienne

J’ai le droit d’avoir des défaillances sexuelles sans que l’on puisse remettre en cause ma virilité ! »
Ouf, je suis bipo femelle !!! Embarassed

["primomania"]idem

J’ai le droit de ne pas atteindre l’orgasme sans me traiter de frigide.
Sleep "Chéri, j'ai la migraine..". Wink

["primomania"]lol. l'orgasme c'est pas systématique. et il peut y avoir plaisir sans orgasme, mais c'est un autre sujet

J’ai le droit de refuser de l’alcool à un dîner sans être obligé de me justifier et de dire que j’ai fait récemment une hépatite et que l’alcool m’est contre-indiqué.
C'est de plus en plus "acceptable"... Je demande de l'eau pétillante.

["primomania"]c'est selon mon humeur de boire ou non de l'alcool.

J’ai le droit, lors d’une reprise du travail, de ne pas donner d’explications compliquées : « j’ai fait une pneumonie, une mauvaise grippe… »
Heu... j'ai arrêté de travailler pour me centrer sur mon rétablissement ! Rolling Eyes

["primomania"]idem pas de reprise tant que je n'enb serais pas de nouveau capable

J’ai le droit de dire à mon conjoint : « Je n’ai pas envie de discuter, ce n’est pas le moment, je ne suis pas en forme. »
Bipo ou pas, n'est-ce pas le cas ? Mais si je tiens à la relation, je conviens de le faire dès que je suis capable, pas vous ?

["primomania"] idem

J’ai le droit de refuser de sortir.
Je peux être recluse. Le courriel et le répondeur, ça sert à quoi ? Mais je préviens, je décline suffisamment tôt pour que l'Autre puisse s'organiser autrement.

["primomania"] j'ai aussi le droit de ne pas avoir de téléphone ou de mail ou de boite aux letttres et de ne pas etre joignable. en tous cas, je le prends.

J’ai le droit de répondre : « Non, ce n’est pas possible, je suis surchargé de travail. »
A qui ?

"primomania"]pas possible, je suis trop fatiguée... hors contexte pro

J’ai le droit de demander : « Baisse la musique, elle me casse les oreilles. »
Et les casques, c'est fait pour qui ?
[quote][quote="primomania"] pour ceux qui ont eu la bonne idée de s'équiper et de choisir un bon casque, pas une passoire auditive


J’ai le droit de sortir d’un cinéma si le film m’angoisse.
Je l'ai fait pour la scène de la roue de Brave Heart.
[quote] [quote="primomania"]oui, cela m'est déjà arrivé pour "la dernière tentation du christ". j'ai fini à la cafétéria attendre les autres


J’ai le droit que le terme maniaque ne soit pas assimilé à celui de pervers.
Il faut distribuer de l'information aux ignorants blabla Vive Angie !
[quote] [quote="primomania"]tout a fait


J’ai le droit de prendre des médicaments devant d’autres personnes, à la cantine, à un dîner, sans culpabiliser ou rechercher toutes sortes d’excuses.
Je ne me pose pas la question mais je le fais sans ostentation.
[quote]
primomania a écrit:idem


idemTiré du livre du Docteur Gay et Jean Alain Génermont "Vivre avec des hauts et des bas"
Tiré de mon vécu ; et le vôtre ?
(Vous pourriez citer mon post et taper vos réponses sur les miennes, après chaque balise [/ quote] )

PS désoilée pour la mise en forme il y a des balises qui doivent manquer ou ne pas etre au bons endroits

primomania

Féminin Nombre de messages : 1155
Age : 49
Type troubles : BP II ou mixte
Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Charte des droits du Bipolaire

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:40


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum