DEPASSE - LARGUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DEPASSE - LARGUE

Message  etienne le Sam 28 Jan 2012 - 19:03

la fin d'une époque...

C'est peut être ce qui a contribué a mon éviction professionnelle, puis a 11 mois d'arrêt maladie, alors que j'étais en pleine forme avant :

le passeisme.

Tous ces logiciels nouveaux, ce petit refus d'avoir dès 1997 un portable, puis de se sentir mal à l'aise avec l'euros, et pour continuer difficilement , avec la nouvelle version de Windows et de Word. C'est de sentir dépassé par le walkman et ne pas réussir à le remplacer.

C'est une série d'acteurs nouveaux, de films nouveaux dont je n'arrive pas à mémoriser qui est qui, si j'en ai entendu parlé, si même je l'ai vu.

le passéisme.

C'est aussi se sentir perdu par de nouveaux termes qui ne me parlent pas : les geeks, les upload, les downgrades par exemple.

le passéisme.

C'est aussi des produits technologiques dont on entend parler, mais qui semblent venir droit de Vénus, avec des tablettes, i pad, des i pod, des téléphones androïdes, etc...

Bref, même mon appareil photo numérique avec ses menus et sous-menus me pose problèmes.
Sans parler du GPS que nous offerts mes enfants....

je comprends et puis, j'oublie
C'est la vie, c'est la vie.
(DUTRONC)


Ce doit être ça,

le passéisme.

Etienne
avatar
etienne

Masculin Nombre de messages : 3747
Age : 63
Type troubles : troubles disthymiques, troubles mixtes
Emploi / Statut : retraité education nationale depuis 2016
Date d'inscription : 28/05/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t861-temoignage-etienne

Revenir en haut Aller en bas

"logtemps, je me suis couché de bonne heure..."

Message  Ch'ti 37 le Dim 29 Jan 2012 - 7:19

Ainsi débute la "Saga" de la Recherche du temps perdu, de ce cher Marcel. Aucun écrivain n'a su parler comme lui de cette fuite du temps, et de la douleur de ne plus en retrouver que de vagues émotions rattachées à un petit détail, temps, espace, émotion, et qui, tout à coup refait surface. Plus que de passéïsme, je parlerai de nostalgie. Jamais notre rythme de vie n'aura été aussi fou, nous vivons une révolution technologique sans précédant dans l'humanité, qui en a pourtant déjà connu beaucoup, et, oui, "nous" sommes de vieux dinosaures, nés dans un autre monde que celui qui naît et s'accélère sous nos yeux. Mais c'est la vie... Et les vieux dinosaures passionnent toujours les scientifiques comme les enfants : "dis, racontes-moi une histoire..." et c'est parti pour une demi heure de voyage intérieur...
Visconti a sublimé ce "regret de ce qui fut", dans tous ses films, jusque-s-et y compris "Mort à Venise", le vieil homme mourrant sur la plage, admirant la jeunesse, qui, à contre-jour, lève le bras vers un horizon qu'il n'atteindra jamais, oublieux de ce "vieil homme" qui meurt. C'est difficile de "faire mourir" le vieil homme en soi, et de renaître par l'esprit. C'est possible. C'est difficile. Les jeunes nous montrent le chemin. Nous leur apprenons la relativité de toute chose. Ils foncent, "tête baissée" dans tous les gadgets technologiques qui les facinent, malgré leur prix. Nous leur montrons, à défaut d'apprendre, la sagesse, le recul et la réflexion : même un "ordinateur" propose à sa réflexion et sagacité des "pages". Pages-écran, soit, mais sur lesquelles ne défilent pas que des "images", dont ils sont si friands, mais également des mots, enchaînés les uns aux autres dans une logique grammaticale qui leur échappe de plus en plus. Nous, vieux diosaures, savons lire. Nous avons encore le devoir, et le pouvoir, de le leur faire comprendre. La parole, l'écriture et la lecture sont et resteront l'indispensable complément pour "comprendre" les images dont ils s'abreuvent sans réflexions. Et, là, les vieux dinosaures ont toute leur place, et un grand rôle à jouer. "Nommer les choses, c'est les faire exister" Pouvoir du Verbe. Du "Logos"...
La bataille des "anciens" et des "modernes" est plus que jamais d'actualité. Elle n'est jamais finies, et, toujours, le compromis sera d'usage au terme d'un "retour sur le passé" qui permet, seul, de comprendre le déroulement des évènements de nos vies. Nous sommes la "mémoire", le "disque dur" de leur cerveau "processeur" qui tourne à une vitesse folle mais ne retient rien...n'apprend rien, car ils ne connaissent plus le sens et la nécessité de l'effort, du travail, du temps necessaire qu'il faut pour maîtriser les magnifiques outils qu'ils savent mieux que nous utiliser...mais avec lesquels ils jouent. On apprend beaucoup par le jeu. Le sage réfléchit. Les vieux dinausores ont encore de l'avenir devant eux. Témoigner, par leur vie, de ce que la vie ne soit pas, ni virtuelle, ni une fuite vers la possession du dernier gadget à la mode, très cher.
"Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage" nous dit Lafontaine. Un obscure contemporain, bâtonnier au tribunal de Blois, a fait graver sur son tombeau, en la cathédrale de Blois : "patience passe science". J'aime beaucoup !!!
scratch
avatar
Ch'ti 37

Nombre de messages : 366
Age : 57
Type troubles : BP III ? ; fils de BPI, sûr ; Unipolaire dépréssif, sûrement aussi !
Emploi / Statut : C.A.E éducateur
Date d'inscription : 30/12/2009

http://...pas encore rédigé, ce serait un peu long. Disons que j

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEPASSE - LARGUE

Message  etienne le Dim 29 Jan 2012 - 13:23

Bonjour Chti 37,

Je suis un peu désorienté par la richesse de ta réponse. Je ne m'attendais pas à ceci!
Je comprends bien que ce que je vis, la crise de la soixantaine, de un désœuvrement, de la retraite mène a la remise en question de nos valeur, du temps qui fuit, du sentiment d’être dépassé.

Avec toi, je comprends aussi que l'on peut ressentir ceci plus tôt quand on est un miraculé de la vie, avec deux maladies, en situation précaire.

J'ai lu ton témoignage poignant avec intérêt. Que de souvenirs, que de souffrance, et quelle volonté de poursuivre le chemin malgré tout, alors que tout peut t'inciter à poser tes bagages.

Bienvenu sur ce forum. Exprime toi. Tu y trouveras notre sympathie et nos encouragements.
Etienne, CHTI du Pas de Calais
avatar
etienne

Masculin Nombre de messages : 3747
Age : 63
Type troubles : troubles disthymiques, troubles mixtes
Emploi / Statut : retraité education nationale depuis 2016
Date d'inscription : 28/05/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t861-temoignage-etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEPASSE - LARGUE

Message  primomania le Dim 29 Jan 2012 - 15:10

Bonsoir Ch'ti 37,

C'est toujours le même bonheur de te lire... et de retrouver le développement de la pensée via toute cette culture littéraire, artistique, ce monde ou chacun devient créateur de l'univers décrits...

Paroles toujours pertinentes....

Je souhaitais juste te dire "Merci", et pour ce partage de l'amour des belles lettres, et pour ces pensées si bien formulées...

Primo, Ex grande lectrice....




avatar
primomania

Féminin Nombre de messages : 1155
Age : 50
Type troubles : BP II ou mixte
Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

"Toute vue de chose qui n'est pas étrange est fausse"

Message  Ch'ti 37 le Dim 29 Jan 2012 - 16:33

Je ne sais pas si Claudel était bipolaire, à ma connaissance, non ! Désolé pour la "richesse de la réponse" ! C'est que je me suis trouvé dépassé et écrasé à 35 ans. Il a fallu recommencer une vie à 40 ans. Alors, j'ai beaucoup lu, beaucoup fréquenté, appréhendé, compris et utilisé l'ANPE, allias Pôle Emploi, avant de m'orienter vers ce que deux "bilans de compétences" ont révélé : un profil de formateur. Après avoir compris, au terme d'une année de formation initiale sur les Systèmes d'Informations Géographiques, à 42 ans, que mon ancien métier d'urbaniste n'existait plus, remplacé par de jeunes informaticiens maîtrisant toujours mieux et plus vite que les vieux dinosaures les "banques de données" et la cartographie numérique. Ce fut un très rude coup. J'ai pensé avoir perdu une année. Je sais maintenant que les jeunes sont seuls à pouvoir relever ce défi technologique, eux qui sont nés avec un PC devant les yeux. Ils apprennent son langage en "jouant" beaucoup. Alors, à quoi bon vouloir faire la course avec eux ? Ils sont définitivement "hors jeux" et plus compétitifs que nous...
Après un passage d'une année en collège "normal", c'est à dire bien fréquenté, lointaine banlieue résidentielle de Tours, je me suis retrouvé dans un "petit" collège/Lycée/Internat/Maison à Caractère Social des Apprentis d'Auteuil. Et là, j'ai compris ce qu'Auteuil avait compris au vu de mon CV, Cursus de Vie, ce que la passage par la souffance avait purifié, "comme le feu, l'or par le creuset" dit je ne sais plus quel psaume, et je que je pouvais apporter à des jeunes déjà brisés dans leur petits corps et esprits, battus et déjà abattus : leur redonner confiance en eux. Ce qui ne tue pas rend plus fort...et il en faut de la force pour affronter ces "petits monstres", observateurs et analystes instinctifs que leurs propres souffrances leur fait te déshabiller, et qui connaissent toutes tes propres failles.
"jouer" le jeu de la vérité et de l'expérience prend alors du sens. Développer ce qu'ils ont en eux, en germe, et les accompagner vers un dépassement de leur souffrance, jour après jour, mois après mois ; Année après anée, maintenant. Jamais je n'aurai pu imaginer avoir l'honneur, un jour, de travailler pour Auteuil et ces "apprentis". Dur métier, en vérité. Mais, comme je l'ai dit lors de mon second entretien, à l'été 2008, à la question : "et après, que ferez-vous ?" J'ai répondu : après, j'aurai 50 ans. J'aviserai. Mais je sais, que, quoi qu'il arrive, je ne pourrai plus travailler sur autre chose, ni pour autre chose que de "l'humain". Ma réponse a plu : elle était vrai, et juste tout autant qu'étrange. Je ne maîtrise plus ma vie depuis ma "chute" vertigineuse de 1992 à 1996. De 32 à 36 ans. Je sais l'impermanence et la fragilité des choses. Notamment des parcours de vie. Je ne maîtriserai jamais l'informatique aussi bien qu'eux, mais je peux leur apporter l'expérience d'un coeur brisé qui a su, et du, se reconstruire. C'est, Ô ! combien plus interessant, fascinant et utile que la maîtrise d'un outil, aussi prodigieux soit-il. Et à ce jeu, les "vieux dinosaures" aui ont beaucoup soufferts sont insurpassables...
Dès avant ce travail, je ne rencontrai plus et ne me liais plus qu'avec des êtres blessés. Les gens heureux n'ont pas d'Histoire. Que connaissent-ils de la vie et de ses chausses-trappes ? de ses "puits sans fonds" où disparaissent tant de leurs semblables ? Tendre la main à ceux-là, celles-là, les réconforter, les remettre debout et leur permettre d'avancer à nouveau, seul : ma vie est une lente rédemption et, si je paie cher toutes mes erreurs, insouciances passées, ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire des grimaces. Là réside ma force. Paul écrit très justement que "c'est quand je suis faible que je suis fort" paradoxe apparent. Mais, à la suite du Christ, ce n'est pas par la force qu'on change l'humain, qu'on l'améliore. Mais par l'Amour. Oh : je ne suis pas un saint, et le sale caractère de Jérôme (saint) me fait beaucoup sourire, tellement je me reconnais dans cet être acariatre et colèrique... sa très grand culture en moins : je suis très mauvais en langues étrangères. Lui savait le latin, le grec, et avait éprouvé le besoin d'apprendre l'Hébreu pour aller "lire le livre dans le texte". Au soir de notre vie, écrit St Jean de la Croix, serons-nous jugés sur l'Amour. Pas sur notre culture, ni notre maîtrise de l'outil informatique...
Je lis et je relie avec le même émerveillement toujours renouvelé le psaume 138, après avoir pleuré sur et avec le 21 pendant des années : "Je reconnais devant toi le prodige, l'être étonnant que je suis : étonnantes sont tes oeuvres, toute mon âme le sait" Nommer les choses, c'est les faire exister : l'analyse, comme l'écriture, ne fait que "nommer" ce qui disfonctionne, et permet de "recoudre les morceaux", de renaître de l'esprit par en haut...même pour les vieux dinosaures... Si on ne remet pas du vin nouveau dans de vieilles outres, au risque de les faire éclater, c'est les vieilles outres qui ont la charge de faire conserver et bonifier encore le "vieux" vin, le bon vin. Etrange alchimie de la vie et de l'esprit, en vérité...
avatar
Ch'ti 37

Nombre de messages : 366
Age : 57
Type troubles : BP III ? ; fils de BPI, sûr ; Unipolaire dépréssif, sûrement aussi !
Emploi / Statut : C.A.E éducateur
Date d'inscription : 30/12/2009

http://...pas encore rédigé, ce serait un peu long. Disons que j

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEPASSE - LARGUE

Message  Invité le Dim 29 Jan 2012 - 19:00

Bonsoir Ch'ti 37,

Je me dis que je ne suis décidemment pas faite pour les proverbes ou les idées communes. Combien de personnes pensent en me voyant, en m'entendant que je suis l'exemple d'une petite vie lisse et privilégiée. Un peu à l'image du "Les gens heureux n'ont pas d'Histoire".

Alors certes, je suis privilégiée parce que je suis dotée d'une grande détermination, parce que j'ai choisi l'homme qui m'accompagne et qu'il a de nombreuses qualités, parce que j'ai réussi à avoir un fils super, parce que je n'ai plus peur de grand chose, parce que j'avance sans vraiment regarder en arrière, parce que, parce que...

Je suis heureuse et je n'ai pas d'histoire, dans le sens, où cette histoire ne m'intéresse pas plus que cela. La seule chose qui compte se passe maintenant. J'apprécie aussi la participation à des projets.

Mon passé m'éclaire sur ce qu'il m'a été possible d'affronter, sur les défis relevés, sur les blessures... mais il a surtout été un outil de compréhension, d'aide à la progression.

L'épanouissement peut naître d'une terre brûlée.

Bises,

Clémentine sunny

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum