Ennéagramme des pathologies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ennéagramme des pathologies

Message  Invité le Dim 1 Jan 2012 - 16:31

Bonjour à tous,

Je vous fais suivre ce document, même s'il est peut-être un peu sectaire.

Ennéagramme des pathologies

Produit par l'Association Psychiatrique Américaine, le DSM (Diagnostic and Stastistical manual of Mental disorders) est une classification par catégorie des troubles mentaux fondés sur un ensemble de critères avec des propriétés définies. Aide au diagnostic des professionnels de la santé, le DSM, qui en est actuellement à sa 4ème version (DSM-IV), est utilisé partout aux Etats-Unis pour, notamment, les propositions d'assurance santé.

Dans son ouvrage majeur, Helen Palmer, la papesse de l'Ennéagramme, propose un rapprochement entre DSM et Ennéagramme. Un rapprochement qui n'est bien entendu pas, dans sa perspective, une typologie de plus, mais, plus avant, la mise en corrélation de tendances qui peuvent exister au sein d'un même individu (triangle intérieur par exemple).

Confer schéma plus bas

1.Compulsions : comportements répétitifs (p. ex., lavage des mains, ordonner, vérifier) ou actes mentaux (p. ex., prier, compter, répéter des mots silencieusement) que le sujet se sent poussé à accomplir en réponse à une obsession ou selon certaines règles qui doivent être appliquées de manière inflexible.
2.Hystérie : L'erreur d'Hippocrate et des Égyptiens fut de ne restreindre les symptômes qu'à la femme, d'où le mot hystérie. Le fait est que la pathologie est restée fortement associée à la féminité et, en particulier, au XIXe siècle quand elle a été étudiée par Jean Martin Charcot et Sigmund Freud qui en ont donné l'image la plus visible aujourd'hui.
3.La personne de type A est considérée comme compétitive, extrêmement ambitieuse, impatiente et semble avoir un besoin de contrôle élevé, même sur l'incontrôlable. La littérature décrit ces personnes comme étant perfectionnistes, excessivement dévouées et impliquées dans leur travail. Elles ont un besoin constant de se dépasser et ont tendance à se fixer (à elles-mêmes ou aux autres) des objectifs trop élevés par rapport à leurs capacités, ce qui les amène à être souvent déçues et insatisfaites au travail.
4.Les troubles maniaco-dépressifs, ou désordres bipolaires, toucheraient une personne sur cent. Cette succession de phases dépressives et d'excitation souvent sans limite est pourtant encore mal connue… et reconnue.
5.Schizoïdie : mode général de détachement par rapport aux relations sociales et restriction de la variété des expressions émotionnelles dans les rapports avec autrui, qui apparaît au début de l'âge adulte et est présent dans des contextes divers.
6.Paranoïa : Pour certains experts, la paranoïa est à la base un mécanisme de défense et de protection de l'intégrité psychique de l'individu. Nous sommes tous un peu « paranoïaques ». C'est ce qui nous permet de ne pas être complètement perméables aux opinions d'autrui, de construire notre propre personnalité, éventuellement de tenir tête et de développer une pensée originale. Mais nous gardons une capacité à modifier et à réviser notre jugement en fonction des apports des autres; en quelque sorte une capacité à transiger et à faire des compromis.
7.Le narcissisme désigne communément l'amour qu'une personne vit pour elle-même. Une telle sollicitude envers soi-même est le fondement d'une bonne santé. Toutefois, lorsque l'investissement de soi devient fermé et figé, il génère chez l'individu une tendance à tout interpréter en fonction de sa propre personne. La psychologie définit le narcissisme comme une fixation affective sur soi-même.
8.Le trouble de la personnalité antisociale est un désordre de personnalité qui est souvent caractérisé par un caractère antisocial et un comportement impulsif. Il est souvent considéré pour être semblable, ou le même que, le caractère psychopathe ou sociopathe. Environ 3 % des hommes et 1 % des femmes sont touchés par le comportement antisocial.
9.Obsessions : (1) pensées, impulsions ou représentations récurrentes et persistantes qui, à certains moments de l'affection, sont ressenties comme intrusives et inappropriées et qui entraînent une anxiété ou une détresse importante. (2) les pensées, impulsions ou représentations ne sont pas simplement des préoccupations excessives concernant les problèmes de la vie réelle. (3) le sujet fait des efforts pour ignorer ou réprimer ces pensées, impulsions ou représentations ou pour neutraliser celles-ci par d'autres pensées ou actions. (4) les sujet reconnaît que les pensées, impulsions ou représentations obsédantes proviennent de sa propre activité mentale, (elles ne sont pas imposées de l'extérieur comme dans le cas des pensées imposées).
D'après Helen Palmer - L'Ennéagramme

http://www.davinciblog.com/2006/03/enneagramme_dsm.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

re

Message  claudy++ le Dim 4 Mar 2012 - 17:23

j ai pris le temps de lire et relire ton texte!comme je suis en phase up up up up j ai eu la peche necessaire pour bien le comprendre!je veux savoir le plus de choses sur la bipolarite bravo bravo de cette publication merci ciao
avatar
claudy++

Féminin Nombre de messages : 4827
Age : 59
Type troubles : bipolaire fille de bipolaire
Emploi / Statut : 59 ans mere de famille - ancienne prof d'histoire
Date d'inscription : 14/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ennéagramme des pathologies

Message  ninie.221 le Mar 16 Oct 2012 - 17:01

Bonjour,
Je ne savais pas qu'il y avait un ennéagramme des pathologies. Merci pour le partage, c'est un article vraiment intéressant.

ninie.221

Féminin Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 27/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum