bipo or not bipo? that is the question

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

bipo or not bipo? that is the question

Message  etienne le Mer 4 Juin - 22:37

Bonsoir,

Ma fille Elodie, 20 ans, fait plaisir à voir. Tout lui réussi.
Petit ami attentif et aimant depuis plusieurs années, études très réussies (1° de sa classe en BTS environnement) et passage vers un bac plus 5 en septembre 2008, permis de conduire, voyage d'étude enchanteur au Sénégal à Paques, BAFA en juin, colo en juillet, vacances en août, pleins de copains, activité soutenue, voire même débordantes mais constructives.

Elle est heureuse, rit beaucoup, plaisante.

Je réagis avec du recul à son bonheur, car il y a 18 mois, c'étaient les affres de la dépression ou de l'anxiété généralisée (on ne saura jamais), les scarifications, l'ingurgitation des médicaments et lavage d'estomac, trois hospitalisations en hp et clinique.

Avant cela, il y avait eu un suivi par un pédo-psychiatre de 10 à 17 ans.

Elle veut poursuivre ses études à 500kms. Si vous aviez vu ses crises d'angoisse et de larmes il y a un an, vous comprendriez pourquoi j'essaye de la raisonner.

Ai- je raison ou tort? Je ne sais, mais je reste prudent, prêt à bondir pour elle. Je me retrouve trop dans ses errements pour ne pas m'impliquer .

Alors, anxieuse, dépressive, futur bipo? Ma psy (qui ne l'a jamais rencontrée mais qui sait tout) trouve que j'ai raison d'agir ainsi, la bipolarité est une maladie longue à se révéler.

Fait il attendre l'évènement déclencheur?

Amicalement
avatar
etienne

Masculin Nombre de messages : 3747
Age : 63
Type troubles : troubles disthymiques, troubles mixtes
Emploi / Statut : retraité education nationale depuis 2016
Date d'inscription : 28/05/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t861-temoignage-etienne

Revenir en haut Aller en bas

re

Message  Invité le Jeu 5 Juin - 0:09

Faut il attendre l'évènement déclencheur?

Bonsoir Etienne,

Je comprends tes craintes de parent... et j'aurai peut-être les mêmes dans quelques temps, les peurs sont viscérales dans ces cas-là. Mais ce que je peux dire pour l'instant, moi qui suis revenue vivre près de chez mes parents à presque 40 ans, c'est qu'il est bon de vivre les choses par soi même, tomber ou not tomber, se relever, bref 'vivre'... alors oui, quand on connait les souffrances de la bipolarité, on peut craindre le pire et être tenté de les éviter à tout prix... mais pas au prix de rester trop près du nid et ne jamais savoir voler non ?
Et s'il n'y avait jamais d'évenement déclencheur ?
Et si la vie continuait de toujours lui sourire ?
Je crois qu'il faut se préparer au pire comme au meilleur. La préparer au mieux à affronter de possibles 'crises', avoir un plan B en cas de rechute, des bras ouverts pour l'accueillir juste le temps de se ressourcer, mais ne pas trop tendre le dos (les bras risqueraient de se refermer Wink), faire confiance à l'amour et à la vie... bref, prier pour que le pire soit le meilleur possible.

Voilà en tous cas ce que mon expérience me fait dire.

Je reconnais que 500 km ça fait un bout de chemin. Mais est-ce que l'accès est facile ? ça représente quelle durée horaire par exemple en train ?.
Est-ce que les possiblités qu'elle aurait plus près sont vraiment moins intéressantes pour elle ?
Et puis par rapport au côté financier, est-ce qu'elle serait amenée à travailler pour être plus indépendante, ce qui pourrait créer une pression supplémentaire ?

J'espère en tous cas que tu l'aideras à faire le meilleur des choix, elle est la seule à pouvoir le faire, mais tout ce que tu pourras lui dire l'éclairera. Essaye aussi de ne pas trop l'apeurer ce qui risquerait de fausser son jugement.

En tous cas, bises à tous les deux,
Evelyne

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: bipo or not bipo? that is the question

Message  etienne le Jeu 5 Juin - 12:49

Bonjour Evelyne,

Je ne suis pas du genre papa poule a couver mes enfants. Ma fille est volontaire et indépendante.

Si elle va à Metz (4h30 de train), cela a une incidence financière, mais le programme semble mieux lui convenir. c'est elle qui choisira.

Je lui ai juste rappelé qu'en cas de dépression ou déprime, sa famille, son copain, ses amies seront loins. Mais elle saura s'en faire de nouveaux.
J'ai freiné quand même pour cet été ou elle voulait aller aux USA. J'ai trouvé que c'était prématuré, car une rechute la bas serait difficile à gérer.

Tu as raison de dire qu'après tout, l'évenement déclancheur n'arrivera peut être pas.
Donc, je fait part de mes doutes à mon épouse, à vous, mais pas à elle.

Merci bien de ta réponse.

Bonne journée.

Ichi, y fait toudis biau! y fait cô! y drache pas!




BEFFROI DE LILLE
Etienne
avatar
etienne

Masculin Nombre de messages : 3747
Age : 63
Type troubles : troubles disthymiques, troubles mixtes
Emploi / Statut : retraité education nationale depuis 2016
Date d'inscription : 28/05/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t861-temoignage-etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: bipo or not bipo? that is the question

Message  carolec le Jeu 5 Juin - 20:34

bonsoir etienne,

je trouve ton attitude tres raisonnable et sensee : l'eloignement , l'isolement affectif est un element declencheur parmi d'autres du trouble bipolaire.

il suffit juste que ta fille connaisse quelques difficultes, qu'elle n'arrive pas a les gerer et ca peut vite ...degenerer !
biensur je ne souhaite rien de tel pour ta fille mais il ne faut pas faire l'autruche non plus.

peut etre pourrais tu trouver un compromis de maniere a ce qu'elle parte dans un premier temps moins loin.
et puis n'hesites pas a demander l'avis de son psychiatre.

a plus.
avatar
carolec

Féminin Nombre de messages : 49
Age : 45
Type troubles : TB 1
Emploi / Statut : pharmacienne adjointe
Date d'inscription : 25/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: bipo or not bipo? that is the question

Message  etienne le Jeu 5 Juin - 22:21

Bonjour Carolec

Tu as entièrement raison. Il faut nous habituer à l voir fElodie faire sa vie, malgré les risques possibles, à s'éloigner sans la couver.

C'est ainsi qu'elle part dans les Alpes 3 semaines en juillet en colonie de vacances et va camper avec son chéri.... quelque part, en France ou à l'étranger en août.²

L'année dernière, c'étaient les pays bas, pour ne pas trop dépenser.
Et elle est allée 15 jours en stage d'étude au Sénégal à Pâques 2008 . Mais, comme la durée était courte, qu'elle était bien encadrée, et en période un peu haute, tout allait bien.

Tu es bien placée pour parler des difficultés au niveau des enfants, si je ne m'abuse. Mais j'avoue ne pas en savoir plus. Je ne mémorise pas assez les interventions sur le forum. Est ce bien exact?

Amicalement



le petit quinquin, emblème de Lille
avatar
etienne

Masculin Nombre de messages : 3747
Age : 63
Type troubles : troubles disthymiques, troubles mixtes
Emploi / Statut : retraité education nationale depuis 2016
Date d'inscription : 28/05/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t861-temoignage-etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: bipo or not bipo? that is the question

Message  Invité le Ven 6 Juin - 10:14

Bonjour Etienne

contente de ces bonnes nouvelles d'élodie,
Comment va ton fiston lui?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: bipo or not bipo? that is the question

Message  Mika le Ven 6 Juin - 12:01

Bonjour Etienne,

J'ai été dans le même cas qu'Elodie à plus de 500km de chez mes parents. Il est vrai qu'au début on perd ses repères et on angoisse de se retrouver seul dans un nouvel environnement. M'avoir fait des amis m'a beaucoup aidé mais je gardais contact avec ma famille par téléphone régulièrementet je les voyais tous les 2 ou 3 mois. Mes parents étaient toujours là pour me conseiller. Il est important qu'elle fasse ce qu'elle souhaite et qu'elle prenne de l'indépendance mais tout aussi important de savoir qu'elle ne sera jamais seule et que tu seras là quand ce sera nécessaire. De ton côté, ne te fais pas trop de soucis pour elle. Un peu c'est ce qu'il faut, trop ça peut vous faire du mal à tous les deux.
Si aujourd'hui, je semble avoir des symptômes de bipo, je ne pense pas que ce soit le fait d'avoir été éloigné de ma famille.

Mika

Masculin Nombre de messages : 57
Age : 40
Emploi / Statut : Informaticien
Date d'inscription : 28/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: bipo or not bipo? that is the question

Message  etienne le Ven 6 Juin - 21:32

Merci de vos réponses

Je réponds à Havillande qui m'interroge sur mon fils Hadrien qui a quitté ses études en cours de seconde, à l'âge de 15 ans.

Il ne supportait plus le système scolaire, se réfugiait dans le mutisme, était ignoré par les autres dont il subissait la présence.

Le CMP d'Armentières (ville natale de Dany Boon) l'a pris en main avec beaucoup de compréhension, avec notre présence régulière . Ils font attention car il s'est scarifié les mains et son attitude n'est pas sans rappeler, en plus fort, la mienne à son age. Il sera peut être introverti, dépressif, bipolaire, qui sait?

Depuis 2 mois, il va mieux, mais les dispositifs du CMP m'ont pas abouti, à savoir des cours à domicile, faire quelques heures de cours par semaine au lycée, faire une activité sportive ou associative.

Soit mon fils freine des 4 fers, soit l'inertie est immense et bloque tout.

Bref, après cette année blanche, il redouble sa seconde afin de viser le bac. Ce n'est donc pas si mal.

Bonne soirée
avatar
etienne

Masculin Nombre de messages : 3747
Age : 63
Type troubles : troubles disthymiques, troubles mixtes
Emploi / Statut : retraité education nationale depuis 2016
Date d'inscription : 28/05/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t861-temoignage-etienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: bipo or not bipo? that is the question

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum