Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Invité le Mer 2 Fév 2011 - 17:21

combo _ épisode 4 _ suite et fin Wink

Bonjour,


rappel des épisodes 1, 2 et 3
1 _ le Lun 17 Jan 2011 - 18:31 Je commencerai par rebondir sur la phrase "Oui, je prends depuis un an et demi du Dépakote, mais je le trouve nul… " /.../ Le dépakote, moi je le prends depuis fin 2005.

2 _le Mar 18 Jan 2011 - 9:29 /.../ scratch Pourquoi un psychiatre m'avait-il prescrit du zyprexa puis du dépakote depuis fin 2005 alors je ne me sais bipolaire que depuis fin 2008 ? /.../ Fin novembre 2005, /.../ remplaçant /.../ ne fait que renouveler le traitement prescrit par son collègue. Donc en début 2006, j'en suis à 1 thymorégulateur, soit 1cp/jr de dépakote 500 mg, toujours arrondie de 25 kg de plus (pris en 1 mois en octobre 2005 avec le zyprexa, thymorégulateur initialement prescrit )... Je me pense dépressive réactionnelle.

3 _le Mar 1 Fév 2011 - 17:59 /.../ En janvier 2006, il me propose alors de monter de 1 cp/jr 250 mg, soit à 750 mg/jr. /.../ comme je vis seule et autonome, ce traitement ne m'est pas adapté car il complique trop mon quotidien. Le psychiatre me prescrit alors un antidépresseur comme complément du thymorégulateur, du séroplex.
/.../ début 2007, je retombe en edm, juste une énorme fatigue paralysante, sans nouveau facteur identifiable_ car ma précarité persiste depuis l'été 2003.
/.../ très sérieux edm de novembre 2007 à mai 2008. Je continue le suivi psychologique rapproché (hebdomadaire depuis janvier 2006) et le traitement médicamenteux dépakote 1cp 500 mg et séroplex (que l'on dose sur plages de deux semaines à un mois selon mon humeur).
/.../A l'automne 2008, /.../ j'apprends que je suis bipolaire et que mon traitement médicamenteux a de fortes probabilités d'être à vie.
Savoir que je suis bipolaire me soulage paradoxalement et m'ouvre de nouvelles perspectives. Il me faut reconsidérer ma vie. Par exemple, il n'est plus question pour moi d'envisager une autre expatriation car j'ai besoin d'un traitement à vie et que très peu de pays offrent un système publique de santé ; ou encore, il n'est plus question de créer ma société car mon énergie et mon humeur sont trop fluctuantes.

La seule chose qui n'ait pas changé, ce sont mes principes en matière de santé : j'ai toujours considéré que je devais veiller à ma santé afin de vivre la meilleure qualité possible.
Ma priorité devient alors de me renseigner le plus possible sur ma pathologie afin de connaître les options de soins disponibles.
Quand je pensais être dépressive, ma préoccupation était d'être en état de chercher du travail correspondant à mes compétences ou intérêts. Donc, les 2 médicaments quotidiens et le suivi psychologique régulier étaient temporaires, les seuls auxquels j'avais accès gratuitement (CMU), le temps que je retrouve une activité professionnelle.

Je suis peut-être plus disposée à ce type d'approche proactive car j'ai vu ma mère agir de même quand vers la quarantaine, un diabète de type 2 s'est déclaré pour elle. Elle n'a eu à avoir recours à l'insuline que beaucoup plus tard, lorsque le cancer ne lui permettait plus de s'équilibrer avec une hygiène alimentaire et physique. Elle s'est toujours tenue au courant des dernières avancées médicales sur le diabète, les répercutait à son généraliste (qui appréciait) et avait rejoint une association de patients diabétiques.

Dès l'annonce du diagnostic de bipolarité, je commence à discuter des traitements possibles avec mon psychiatre. Il sort son Vidal pour répondre très sérieusement à toutes mes questions ; il me fait part de ses connaissances et de sa pratique. Notre alliance thérapeutique est scellée : il a compris que je désire prendre le moins de médicaments possible. Il me connaît suffisamment pour comprendre que je veux apprivoiser ma maladie ET vivre de la façon la plus autonome possible.

J'ai très peur de la manie, que je ne connais pas. En mai 2009, je me sens plus irritable et à fleur de peau. Le psychiatre me prescrira temporairement de la risperdone de 0,5 à 1 ml (risperdal). En un mois, je prendrai 5 kg et comme les situations stressantes n'ont plus cours, nous décidons d'arrêter cette molécule.

D'octobre 2009 à mai 2010, je retombe en edm. Par contre, épaulée par mon psychiatre, je fais un gros travail d'acceptation de ma maladie.
Je déclare en mai 2010 que " j'en ai marre de passer à côté de la Vie autant de mois chaque année. " J'ai toujours 15 kg de trop et je n'ai pas les moyens de m'acheter des vêtements plus grands. De plus, je n'ai aucune envie de déclarer en plus un diabète vu mes ascendants (diabète 1 et 2 dans la branche maternelle).
Je réclame à recevoir des ECT. Mon psychiatre refuse ainsi que l'abilify et le valdoxan. Nous décidons de changer l'AD (séroplex par le prozac), toujours avec dépakote 1cp 500 mg/jr.

En juillet 2010, je ressens toujours une fatigue physique résiduelle de la dépression mais l'humeur est stable et je suis 'fonctionnelle', Wink. Dès le retour de vacances de mon psychiatre et après une semaine d'engagement bénévole pour moi, nous commencerons mi-août 2010 à ajouter un 2ème thymorégulateur qui a pour réputation d'agir sur le versant dépressif alors que le dépakote régule plus les (hypo)manies.

Je commence prudemment, tel que prescrit par le laboratoire, le lamictal 25 mg. Je suis extrêmement amortie les 4 premières semaines ; à nouveau, conduire requiert une vigilance accrue_ mais pas au point de mettre les warnings comme précédemment. Je ne peux pas faire d'efforts accrus sans avoir de nausées et j'ai de sérieuses lombalgies _ à cette époque, je ne savais pas encore que ces dernières sont listées dans les effets secondaires de ce médicament.

Bien que mes problèmes de spatialisation aient disparu fin octobre (et les lombalgies mi-novembre), comme mon humeur a de faibles variations, mon psychiatre choisit au lieu d'augmenter le lamictal 25 mg (1cp/jr depuis mi-août) d'ajuster l'AD (prozac 20mg, 1/2 cp/jr actuellement) selon mon moral sur plages de 2 semaines à 1 mois.

J'avais oublié de signaler dans l'épisode 1 que depuis janvier 2006, un anxiolytique (lyxansia 10mg 1/2 ou 1 cp (à faire fondre sous la langue pour effet plus rapide) m'est prescrit au besoin si une situation stressante, pesante ou déstabilisante se présente ponctuellement.

Ouf !
Vous savez à présent comment j'ai abouti à
mon combo de 2 thymorégulateurs et d'un AD, avec recours ponctuel à un anxiolytique au besoin.
Wink

Merci de m'avoir lue.

@ chispa : tant que je ne saurai pas la réponse de la mdph et que je n'aurai pas arrangé ma maison, je ne prendrai pas le risque de faire une fenêtre thérapeutique de thymorégulateur.
La précarité peut me placer dans des situations matérielles assez compliquées à gérer.
Je tiens à garder 'le confort de la qualité de vie' que j'ai retrouvé actuellement.


Dernière édition par fractal le Sam 12 Fév 2011 - 5:09, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Marie-Claire le Ven 11 Fév 2011 - 4:44

Bonjour Fractal,

Je suis sous effexor et sous dépamide.
3 effexor 37.5 et 4 dépamide

Le traitement me convient dans la mesure où c'est le plus approprié à ce jour. Mais ce n'est pas encore Byzance!

J'ai des cycles de 2 mois et avec le même traitement suit tantôt en période "avec" et tantôt en période "sans".

En période "avec", je n'ai aucun problème pour agir

En période "sans": je n'arrive plus à fixer mon attention ni à réfléchir et je ne sors plus de chez moi.

J'ai vu ce que donnait l'arrêt du dépamide. Crise hypermaniaque en 2008 dont je me souviendrais toute ma vie. Je précise que l'arrêt du traitement m'avait été prescrit par mon psychiatre.

J'ai autour de moi 4 bipolaires et pour tous, l'arrêt du traitement a été catastrophique.

Tu peux être sûre que je n'arrêterai pas le traitement, même si les effets secondaires: poids et période "avec et sans" me donnent l'envie de le faire.

J'attends un prochain rendez-vous au centre expert.

A ce sujet, as-tu un dosage d'acide valproïque?

Courage Fractal Very Happy
avatar
Marie-Claire

Féminin Nombre de messages : 1833
Age : 63
Type troubles : BP type 1
Emploi / Statut : en invalidité SS 1ère catégorie bientôt à la retraite
Date d'inscription : 02/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Invité le Ven 11 Fév 2011 - 4:50

J'ai fait une enième crise maniaque en mai 2006.
J'ai fus hospitalisée et le psy m'a mis comme traitement quotidien:
2 dépakote, 2 et demi de théralite, 1 risperdal 2mg, et 2 séroplex (AD).
Depuis cette date je prends le même traitemet sans varier.
Avec des bons résultats.
Ainsi moi aussi j'ai deux thymos et un antidépresseur (plus un neuroleptique).

petit père noel

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Invité le Sam 12 Fév 2011 - 5:58

Bonjour,
Marie-Claire a écrit:A ce sujet, as-tu un dosage d'acide valproïque?
Je ne prends que 1 cp/jr de dépakote 500 mg, donc nous savons que je ne prends les doses "habituellement" recommandées d'au moins 1500 mg. J'en ai évoqué la raison dans mon 'feuilleton' :
fractal a écrit:le Mar 1 Fév 2011 - 17:59 - combo _ épisode 3 Je continue à m'enfoncer dans la dépression, je ne suis toujours qu'à 1cp/jr de dépakote 500 mg depuis 2 mois.
En janvier 2006, il me propose alors de monter de 1 cp/jr 250 mg, soit à 750 mg/jr. Pour moi, c'est la catastrophe : je ne peux plus passer une porte sans me cogner. Comme je réside en campagne, à 15 km de la ville du cmp, quand je suis obligée de conduire, dès qu'il y a une auto derrière moi, je me tasse sur le bas-côté et mets les warnings.
Au bout de trois semaines, on arrête cet ajout de 250 mg car il n'y a aucune amélioration sur mon humeur. En plus, comme je vis seule et autonome, ce traitement ne m'est pas adapté car il complique trop mon quotidien. Le psychiatre me prescrit alors un antidépresseur comme complément du thymorégulateur, du séroplex.
Par ailleurs, étant ovo-lacto-végétarienne depuis plus de 30 ans, par exemple, je ne suis pas acceptée pour participer aux études de tests sur humains des médicaments car certains ont 'quelque chose à voir' avec la synthèse des protéines par nos organismes.

Mais, peut-être, la forte réaction de mon organisme à toute molécule (même 'juste' caféine, théine, nicotine, glucose, alcool, etc.) est due au fait que je ne prenais que très rarement des médicaments allopathiques et ce, jusqu'à ce que se déclare handicapante à gérer au quotidien, une dépression récurrente --mais que je pensais réactionnelle, donc temporaire, car concomitante à des décès de proches et à l'échec de ma réinsertion socioprofessionnelle suite à un retour d'une longue expatriation, engendrant la précarité matérielle et financière.

Le dosage de mes 2 thymorégulateurs + 1 AD (1 cp/jr de dépakote 500 mg et 1 cp/jr de lamictal 25 mg + -actuellement- 1/2 cp/jr de prozac 20 mg ) 'ne rentre pas' dans les fourchettes considérées comme thérapeutiques 'pour le plus grand nombre de patients'. Eh oui, chaque malade est un être singulier, avec sa génétique, son environnement et son histoire de vie.

D'où pour moi, l'importance d'un suivi de parole rapproché avec un psychiatre qui me permet de 'minimiser' l'impact pathologique de la maladie chronique dont je suis atteinte dans mon quotidien, notamment en ce qui a trait à la prise de médicaments ou au poids des variations de mon humeur sur mes activités/'fonctionnalité' et sur les personnes qui me sont reliées.
Je me sens épaulée pour apprendre à gérer ce 'moi' si curieux, voire parfois déstabilisant, afin de trouver la meilleure qualité de vie possible, en tenant compte de mes limites et mes forces.

Belle journée !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

arrêt du lamictal après 7 mois de prise

Message  Invité le Ven 25 Mar 2011 - 12:53

Bonjour,

Je voudrais juste dans un premier temps, signaler que mon psychiatre m'a proposé hier matin d'arrêter le 2ème thymorégulateur car même si j'ai passé l'hiver sans edm, je suis trop fatiguée/able et vraiment très/trop amortie intellectuellement.

A l'appui de cette décision, il a repris toutes ses notes de consultation depuis l'introduction du lamictal en sus du dépakote (été 2010), a sorti son Vidal, enfin un énorme livre rouge que les médecins ont, et le bouquin bleu des psychiatres Classification... pour me démontrer que depuis l'introduction de cet autre médicament, je faisais l'expérience d'un tas d'effets indésirables listés ; c'est bizarre car de moi-même, tellement heureuse de m'être éloignée des dépressions sévères, je pensais que le lamictal 'fonctionnait' pour moi.

Je commence à me sevrer en prenant un comprimé tous les 2 jours. Dans une semaine, suite à notre prochaine rencontre, il pense que je pourrais descendre à tous les 3 jours et la suivante arrêter _ la rapidité de ce sevrage s'explique par le fait que je ne prends que 1 cp/jr lamictal 25 mg, loin des doses thérapeutiques habituelles.

Dès que possible, je posterai pour vous dire combien 'ce constat d'échec' (mes mots) m'a fait éclaté en sanglots.

Merci de m'avoir lue.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Zypressa

Message  Sergio1234 le Dim 3 Avr 2011 - 14:26

ou Olanzapine

est un agent anti-psychotique manifestant une grande affinité in vitro pour les récepteurs sérotoninergiques

Il agit très bien sur les fonctions maniaque diminue les souffrances mais augmente le poids .

Il est très bon médicament pour patcher la crise agit vite et fait dormir ce qui est essentiel quelque fois.

Merveilleux mais tres anxieux pour le poids j'ai déjà attendu " je mangerais du bois tellement j'ai faim"



Sergio1234

Masculin Nombre de messages : 5
Age : 60
Type troubles : Proche bipolaire
Emploi / Statut : Technicien
Date d'inscription : 02/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Invité le Mar 5 Avr 2011 - 7:22

Bonjour sergio1234 et bienvenue sur Angie !

PS Je suis actuellement à arranger ma maison. Je n'ai pas assez d'énergie pour cumuler présence en mode posteur sur le forum et cette tâche (de titan pour moi, Wink ) , alors, j'espère apprendre à te connaître 'en mode lecteur' .
J'initierai dès que je pourrais des posts en réponse à tes interrogations de ton MP. Mais pale , j'ai fait une mauvaise manipulation et j'ai effacé ton MP ! Pour mieux pouvoir te répondre, si tu ne l'as déjà supprimé, cet MP se trouve dans la page des Messages envoyés. Pourrais-tu faire un copier/coller et me l'envoyer de nouveau ? Merci d'avance.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Invité le Lun 18 Avr 2011 - 5:00

Bonjour,

re : arrêt du lamictal après 7 mois de prise _ Message fractal le Ven 25 Mar 2011 - 12:53

Le sevrage du lamictal, malgré le fait que je n'en ai jamais pris la dose thérapeutique, a été, disons "rocailleux", Wink. Pour passer à travers mes journées sans être "trop" écorchée, j'ai eu recours à une prise de lyxansia 10mg un jour sur 2.

J'ai été vraiment désespérée, apeurée, lorsque mon psychiatre a suggéré l'arrêt du 2ème thymo après 7 mois de prise.
De mon point de vue, il fonctionnait. Ce que je veux dire par là, c'est que depuis mai 2010, je n'ai fait aucun edm, que ma maison est propre (je n'y campe plus et je l'organise de mieux en mieux jour après jour), et que je maintiens mon réseau social, voire l'approfondit et l'agrandit.

Mais, malgré un sommeil suffisant et réparateur, la fatigabilité depuis cet été était trop intense. Et ce que j'appelle "être dévariée" trop fréquent, entre autres, ma vaisselle s'est éclaircie, Wink, mes capacités intellectuelles s'amoindrissaient vraiment dès que je fournissais un effort un peu plus soutenu sur la durée.

Depuis 10 jours, j'ai commencé à prendre de la buspirone *. En général, je 'sur-réagis' aux molécules. J'en suis toujours aux doses d'introduction. Quand je prendrai 2 comprimés par jour (3 max possible), il faudra compter 3 semaines pour savoir ce médicament m'est d'une quelconque utilité thérapeutique.
Entre temps, je prends du lyxansia 10mg ponctuellement si un événement stressant survient.
*http://www.google.fr/search?q=buspirone&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a

Pourquoi ce choix de la buspirone pour me traiter ? Parce
1_ l'hygiène de vie, le suivi thérapeutique hebdomadaire et le seul thymorégulateur dépakote n'ont pas prévenu dans mon cas des edm récurrents. Je suis reconnue aah =+80% depuis février 2011.
2_la prise ponctuelle de lyxansia 10mg m'est très efficace sauf que je ne veux absolument pas développer une accoutumance à cet anxiolytique : il risquerait pale sur la durée de perdre sa 'merveilleuse' efficacité sur moi à de faible doses. La buspirone n'est pas à accoutumance.
3_je désire poursuivre mon installation dans ma maison et mon ouverture aux autres tout en étant (aussi) étayée au niveau médicamenteux. Je veux pouvoir m'engager sans trop tarder dans un premier temps dans une cause militante (l'arrêt de l'exploitation du gaz de schiste) puis ensuite dans une activité professionnelle dès que ma stabilité sera avérée sur 2 années.

Merci de m'avoir lue.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Invité le Lun 18 Avr 2011 - 9:05


bonjour ,

J"ai arretté mon efflexor, because ,je ne mangeais plus et je grossissais quand même
le prôblème c'est que le psy est en vacance mais je me prend en main et ça a l'air daller j'ai le tercian pour ça et le témesta No No No

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Marie-Claire le Lun 18 Avr 2011 - 9:23

Ravie de te lire Fractal.

J'ai moi aussi, ces coup de mou, terribles qui arrivent d'un coup. Suis toujours sous dépamide 300mg 2 matin et 2 le soir et effexor 37.5g 2 matin 1 midi.

Au dernier contrôle, nous avons décidé de maintenir ce traitement + psychoéducation et TCC. C'était ça ou chamboulement total du traitement. J'ai opté pour celui là. Au moins, j'ai l'impression de commencer à "gérer".

Bon courage à nous tous ok
avatar
Marie-Claire

Féminin Nombre de messages : 1833
Age : 63
Type troubles : BP type 1
Emploi / Statut : en invalidité SS 1ère catégorie bientôt à la retraite
Date d'inscription : 02/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Invité le Lun 18 Avr 2011 - 11:14

pense tu grossir avec efflexor , marie claire?
moi je pense que cela me fais grossir ,sinon il me fait du bien enfin je sais plus avec tout ce que je prend !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Invité le Lun 18 Avr 2011 - 13:22

Bonjour,

J'ai oublié de mentionner que j'ai également arrêté l'AD (prozac 1/2 cp/jr) depuis le début de la prise de la bispurone car il y a contre-indication avec des AD de ce type-là.

@ melody : Je ne connais pas ton AD. J'avais opté en mai 2010 pour le prozac car il a aussi chez certains patients un effet coupe-faim ; le séroplex (qui n'engendre pas souvent de la prise de poids) n'était pas/plus ? efficace pour moi (cf. épisodes précédents). Pour moi, il n'a pas engendré de prise de poids.

Belle journée !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  chispa le Lun 18 Avr 2011 - 23:53

Contente de lire que tu dépasses la déception de l'arrêt du lamictal, En tout cas tu avances vers un mieux et c'est agréable à lire.
Idem que Marie Claire, pour les coups de mou, mais à quoi sont il du. la maladie ou le traitement???
avatar
chispa

Féminin Nombre de messages : 5478
Age : 56
Type troubles : Problématique mixte bipolarité et TDA/H sur une personnalité borderline avec traits abandonniques. Bipolarité MD (bipo1)
Emploi / Statut : Invalidité, Mi temps thérapeutique: thérapie familiale, équithérapeute
Date d'inscription : 28/04/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/temoignages-f3/sentier-de-

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Marie-Claire le Mar 19 Avr 2011 - 8:16

@ Mélody,

Oui Mélody, c'est l'effexor qui fait grossir. Mais maintenant que j'ai accusé le coup. J'avance. Ceci étant, il est vrai qu'à terme nous envisageons la suppression de l'AD qui entraîne la cyclicité. D'abord, la psycho-éducation et les TCC. Very Happy
avatar
Marie-Claire

Féminin Nombre de messages : 1833
Age : 63
Type troubles : BP type 1
Emploi / Statut : en invalidité SS 1ère catégorie bientôt à la retraite
Date d'inscription : 02/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Combo 1_Duo ThymorégulateurS & Antidépresseur

Message  Marie-Claire le Mar 19 Avr 2011 - 8:18

@ Fractal,

J'étais étonnée car j'avail lu que prozac et bipolaire ne faisait pas bon ménage. Mais chacun réagissant différemment.....

Profitons du soleil en perspective bisous Amitié
avatar
Marie-Claire

Féminin Nombre de messages : 1833
Age : 63
Type troubles : BP type 1
Emploi / Statut : en invalidité SS 1ère catégorie bientôt à la retraite
Date d'inscription : 02/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum