5 juin : Journée Mondiale environnement — Que faisons-nous pour l'environnement ?

Page 8 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: 5 juin : Journée Mondiale environnement — Que faisons-nous pour l'environnement ?

Message  G2 le Lun 4 Fév 2013 - 1:03

Laughing
avatar
G2

Masculin Nombre de messages : 1451
Type troubles : TB1>Skizz@ff >nOn stabilisé ...Ne changez rien .Merci
Emploi / Statut : Retraité de la fonction publique / 1 Valide et sans complexe
Date d'inscription : 26/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Pierre Rabhi - Terre et Humanisme

Message  Invité le Mer 10 Juil 2013 - 7:07


Merci à ce grand Homme,
chapeau  Monsieur Rabhi !

TEDxParis 2011 - Pierre Rabhi - Y a-t-il une vie avant la mort ? (durée : 20 min)


Une bio de Pierre Rabhi (non mise à jour récemment, dommage) Arrow  http://www.pierrerabhi.org/blog/?static/biographie

lien wiki Arrow  http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Rabhi

coeur

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Pierre Rabhi : Au nom de la Terre 1/2

Message  piloup le Mer 10 Juil 2013 - 11:42

Salut Kairos,

j'aime beaucoup aussi ce monsieur! sunny 

un film sorti en mars 2013 (je l'ai pas encore vu)



Synopsis:
Pierre Rabhi est paysan, écrivain et penseur. Il est l’un des pionniers de l’agro-écologie en France. Amoureux de la Terre nourricière, engagé depuis quarante ans au service de l’Homme et de la Nature, il appelle aujourd’hui à l’éveil des consciences pour construire un nouveau modèle de société où « une sobriété heureuse » se substituerait à la surconsommation et au mal-être des civilisations contemporaines.
source http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=218250.html
avatar
piloup

Masculin Nombre de messages : 560
Age : 55
Date d'inscription : 09/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Pierre Rabhi : Au nom de la Terre 2/2

Message  piloup le Mer 10 Juil 2013 - 11:43

avatar
piloup

Masculin Nombre de messages : 560
Age : 55
Date d'inscription : 09/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 juin : Journée Mondiale environnement — Que faisons-nous pour l'environnement ?

Message  Invité le Mer 10 Juil 2013 - 12:03

re,

Merci, piloup ( Amitié), je constate avec plaisir que tu m'as devancée car afin de ne pas trop gaver Angie d'infos et de doc d'un coup, je pensais poster le dernier film de Pierre Rabhi demain matin en espérant que ce TED, format de brève conférence, vous aurait mis l'eau à la bouche, ok 

Je n'ai pas encore eu le loisir de visionner ce récent film ;
j'attendais une projection/débat avec les gens du coin, comme à la coop de producteurs bio locaux.
Souvent, ces assemblées sont des occasions festives et rassurantes pour moi
car j'apprécie rencontrer les acteurs de cette pensée, des gens comme vous puis moi, qui sont sur cette longueur d'onde dans leur quotidien
même si à présent, je ne soutiens cette mouvance qu'en mode consommateur de produits locaux bios et mode participatif des événements qu'ils organisent.

Mais, cool  je vais déjà le regarder de mon écran un de ces prochains matins à la fraîche, après avoir arrosé le bout de nature dont je suis responsable.

Bonne journée !
flower


Dernière édition par kairos le Mer 10 Juil 2013 - 19:06, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 juin : Journée Mondiale environnement — Que faisons-nous pour l'environnement ?

Message  piloup le Mer 10 Juil 2013 - 12:30

re,

je m'étais dis aussi que tu avais posté un format court volontairement... Wink 
(et peut être aussi que tu n'avais pas vu les liens.)

Moi pour l'instant je suis ça de loin, mais j'ai eu l'occasion de le voir en conférence à Toulouse l'an passé.
http://www.networkvisio.com/festival-du-maroc-toulouse/tv-festival-du-maroc-de-toulouse-pierre-rabhi-donne-une-confe.html?vod=5040
Ce petit bonhomme est vraiment un grand Monsieur! coeur 
coucou 
christian
avatar
piloup

Masculin Nombre de messages : 560
Age : 55
Date d'inscription : 09/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Monsieur Rabhi

Message  Jacques le Mer 10 Juil 2013 - 12:51

Bonjour ! Smile

J'ai connu Monsieur Pierre Rabhi par l'intermédiaire d'Évelyne. Dommage que son ordinateur soit en panne : elle ne peut participer à la discussion…

Bon appétit. Bises aux filles Very Happy . Jacques Smile

_________________
(Ramoneur haut savoyard porte-bonheur.)

Clique ici -> «Hello !… Ticket to the mood.…» Born to be bipo
avatar
Jacques

Masculin Nombre de messages : 6154
Age : 61
Type troubles : TB 1 -> schizo-affectif
Emploi / Statut : Invalidité 2ème catégorie — RQTH
Date d'inscription : 20/04/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t20-jacques-tb-1

Revenir en haut Aller en bas

Economie solidaire : les circuits parallèles

Message  Invité le Mar 16 Juil 2013 - 5:42

15 juillet 2013
liberation.fr
ÉCONOMIE
Economie solidaire : les circuits parallèles


Libération est allé à la rencontre de ceux qui, dans la production et la consommation, privilégient les rapports humains.
Des alternatives qui séduisent en temps de crise.
Par CORALIE SCHAUB


« Préférer le mieux au plus. » C’est le mantra de l’Américain Robert Costanza. Ce ponte de l’«économie écologique» /.../
la phrase de l’économiste Kenneth Boulding : « Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer infiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. »
Laughing 
Décroissance ? « Bon sens, plutôt. La croissance matérielle ne doit pas être un but en soi, et il faut cesser de se focaliser sur le seul PIB, dont la hausse ne contribue plus forcément au bien-être », rétorque Costanza. Concrètement, il s’agit de privilégier l’emploi au sens large, en y incluant par exemple le bénévolat. Le temps de travail est partagé, chacun se rend utile à la société, renforçant le tissu social.
=> [lien pour l'article complet]

cafe cafe cafe

POLITIQUES
Partage


La crise économique est porteuse d’un double sens. Celui tout d’abord de la souffrance face au chômage et à l’incertitude financière. Une dépression souvent synonyme de repli sur soi ou sur une supposée identité nationale, qui reste un terreau fertile pour tous les démagogues. Mais la crise peut être aussi source d’espérance. L’espoir de refonder la solidarité, de ressusciter une forme de partage pour dépasser le modèle classique du travail et du capital pour tendre, comme l’écrit le philosophe Patrick Viveret, vers «une économie de contribution».

Certes, les marchés financiers n’ont que faire de cette solidarité nouvelle. La mondialisation triomphante s’accommode sans peine de ces initiatives locales et cet espoir d’un autre monde semble, aujourd’hui, aussi utopique que lilliputien. Pourtant, au-delà des simples initiatives et de ces structures souvent anecdotiques, les témoignages que publie Libération attestent de plusieurs réalités. Celles d’un monde qui n’accepte pas la pauvreté, aspire à reconstruire du lien social dans une société férocement individualiste et revendique le droit au travail en dehors de tout système d’assistance.

Ces valeurs, si elles ne peuvent suffire à bâtir un modèle économique, doivent inspirer les politiques de gauche, loin des dogmes erronés de la rigueur et de l’austérité.
- Par ÉRIC DECOUTY
exploration http://www.liberation.fr/politiques/2013/07/15/partage_918531

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

@ dox _ mouches - naturel répulsif à insectes

Message  Invité le Jeu 1 Aoû 2013 - 22:15

kairos a écrit:Bonjour,
G2 a écrit:/.../ j'ai une recette de grand-mère pour faire un insecticide répulsif à beaucoup d'insectes volants .

Prenez une Orange et piquez d'un maximum de clous de girofle  Arrow Comme ça
vous n'aurez plus d'insectes volants chez vous pendant au moins six mois , en plus ça parfume bien la pièce où vous la déposerez .

On peut aussi le faire avec un citron ( même technique ) /.../
Je fais(ais_avant le cycle des edm récurrents) ça l'hiver pour décorer la maison avec ces boules à Noël.

Vivant à la campagne, bonjour les mouches dès que les saisons s'y prêtent !

Alors je vais le faire avec des citrons, merci  g2 !

Bonsoir, dox,

En réponse à ta question sur un des fils de mélimélo, je fais remonter l'info.

M'enfin, moi je n'ai rien trouvé de mieux que les... moustiquaires que j'asperge en plus parfois d'insecticides plus ou moins naturels, selon mon humeur et mes moyens.
Comme j'ai besoin que ces obstructions ne soient que temporaires, je recycle des pare-soleil pour auto que je coince avec les montants. C'est pas cher et très efficace.

J'ai 2 tapettes à mouches, une à chaque étage.

Mes minettes sont nulles , elles sont allongées (vautrées Rolling Eyes ) et ignorent totalement les insectes le plus souvent, alors que la féline chatte de mes voisins les chope comme un jeu.

Bonne soirée !
star

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Green Wall mur Vert - Sarawak, état de Malaisie

Message  Invité le Dim 4 Aoû 2013 - 12:21


Green Wall ~ bwiti
Photography / Photojournalism / Documentary & Editorial ©2013 *bwiti

Green Wall (mur vert)

Dans les années 90 la Malaisie et quelques autres pays d’Asie du sud-est étaient comparés à des tigres. Le dynamisme économique transforma en profondeur l’existence dans la région, et malgré la succession de crises financières, la vie politique et économique malaisienne reste dominée par la notion puissante de développement, avec pour horizon 2020, année symbole d’une modernisation « accomplie ».

L’industrialisation de la production de l’huile de palme, l’exploitation forestière, figurent parmi les moteurs qui ont profité à la croissance, et ces deux secteurs sont intrinsèquement liés. Car le schéma est souvent le même : De larges zones du territoire sont attribuées aux compagnies forestières, les basses terres d’abord, puis des zones plus difficile d’accès.
Dans un premier passage les bois les plus précieux sont abattus, viennent ensuite ceux de moindre valeur. Lorsqu’une aire est arrivée à épuisement, elle est attribuée aux industriels qui y plantent des millions d’hectares de palmiers à huile et d’acacia. On assiste dès lors à la substitution méthodique et irrémédiable de forêts exceptionnelles, parfois uniques (l’insularité de Bornéo où sont situés deux états Malaisien sur treize, le Sarawak et le Sabah, fait que de nombreuses espèces animales et végétales y sont endémiques), par des déserts biologiques prodigieusement lucratifs.
Deux des trois leaders mondiaux dans le secteur de l’huile de palme sont malais. La société FELDA (Federal Land Development Authority) a signé en 2012 l’entrée boursière la plus importante après Facebook. Contrairement au réseau social les investisseurs se sont rués sur les actions dont le cours s’est envolé de 18% dès l’ouverture. Dans le secteur du bois, la Malaisie dominait en 2010 les exportations de grumes (selon l’OIBT, l’Organisation Internationale des bois tropicaux), l’inde, la Chine et le japon étant les principaux acheteurs.
Ce sont là deux courants puissants de l’économie malaisienne qui modèlent le pays et dans ce grand bouleversement l’accaparement des terres ne se fait pas sans heurts. Au-delà de la dégradation environnementale à grande échelle, nous assistons à une refondation des traditions et mode de vie des populations autochtones, dont le territoire coutumier devient enjeu fondamental.

Le Sarawak, du fait de son histoire et d’un népotisme chronique, est l’état de Malaisie où ces problématiques sont les plus nombreuses et se posent avec le plus d’acuité. L’organisation hollandaise « Wetlands International », s’appuyant sur des images satellitaires du programme scientifique SARVISION, affirme que le Sarawak, entre 2005 et 2010, a perdu 10% de ses forêts humides, soit un taux de déforestation 3 fois supérieur à celui observé dans le reste de l’Asie.

Le Fond Bruno Manser, une organisation suisse très active dans la région, y évoque quant à elle une subsistance en deçà de 10 % des forêts primaires. Des négociations d’accords volontaires entre l’Union Européenne et la Malaisie engagée en 2007 dans le cadre de son plan d’action contre le commerce de bois illégal (FLEGT ou Forest Law Enforcement Governace and Trade), achoppaient encore en septembre 2012 sur les problématiques relevées au Sarawak. Celles-ci portent notamment sur la non-reconnaissance des droits coutumiers indigènes (Native Customary Right) de certaines terres exploitées.

Ainsi « Green Wall » est l’histoire de deux murs se faisant face : la forêt du Sarawak et les plantations industrielles. C’est aussi l’histoire des Penans, un peuple traditionnellement nomade progressivement sédentarisé depuis les années 50, un peuple qui a cependant su préserver jusqu’à aujourd’hui une relation intime avec la forêt. Enfin c’est l’histoire d’une idée et d’un espoir, le Penan Peace Park, une zone préservée dont les fragiles frontières s’égarent dans la jungle de Bornéo. Une revendication territoriale que des avocats défendent avec passion devant les cours de Malaisie.

La scène se déroule sur la cordillère de Bornéo séparant la Malaisie de la partie indonésienne de l’île, le Kalimantan, dans le haut Baram, région isolée du Sarawak. Il est 5h30, le jour n’est pas encore levé mais résonnent déjà dans la vallée les coups portés sur un bambou : Le tubung.
Aux quatre coins du petit village de Balai, les coqs se mettent à chanter, quelques fidèles se lèvent, empoignent leurs lampes et rejoignent l’église. L’obscurité zébrée de faisceaux lumineux commence à mourir, c’est l’heure de la prière.
Les Penans ont été christianisés au 20ème siècle par des missionnaires britanniques et chaque jour, à tour de rôle, la population officie. Ce matin de novembre 2012, deux femmes sont à la lecture, dans un silence de nouveau monde qui s’éveille, silence seulement troublé par les murmures et les chants.

Balai est un des 18 villages qui ont annoncé en mai 2012 la création du Penan Peace Park (PPP), après deux ans de rencontres entre les communautés. Une zone couvrant une superficie de 1628 km2 que les Penans reconnaissent comme une terre coutumière, mais que le gouvernement du Sarawak a toutefois concédé à quelques compagnies forestières, notamment Samling la multinationale la plus active dans la région. Cinquante-six pourcents du PPP est recouvert de forêts primaires, les quarante-quatre restants abritant des forêts secondaires consécutives à la déforestation. Celle-ci est attribuée pour vingt-sept pourcents aux compagnies forestières, douze pourcents à l’activité agricole des Penans et cinq pourcents aux feux de forêts. Environ mille huit cent Penans, soit un peu plus de de dix pourcents de leur population au Sarawak, vivent au sein du PPP. Le Penan Peace Park est un ambitieux projet, considérant le déséquilibre des relations de pouvoir entre quelques villages isolés dépourvus de moyens de communication et des compagnies forestières cotées en bourses secondées par un gouvernement du Sarawak semi-autoritaire disposant d’une forte autonomie politique et économique.

Le Sarawak a hérité de son histoire coloniale la reconnaissance d’un droit coutumier sur les terres que les populations ont cultivé antérieurement à 1957, conséquemment il existe aujourd’hui une réelle autonomie des populations dites natives au sein de leur territoire coutumier. Les penans font partie de cet éventail ethnique regroupé sous l’appellation dayak et l’ensemble des communautés indigènes représente 45% de la population du Sarawak, avec 12 à 16000 individus les penans comptant pour moins de 1%. Il s’agit donc d’un groupe extrêmement vulnérable de par sa faible représentativité mais aussi en raison de son histoire particulière.
Les penans jusque dans les années 1950 étaient un peuple nomade qui se sédentarisa progressivement sous l’influence des missionnaires. De ce fait il est difficile aujourd’hui d’apporter devant les tribunaux, les preuves que des terres leur appartenaient avant 1957, car en nomadisant au cœur de la jungle, ne subsistant que de chasse et de cueillette, les penans ne laissaient que peu de traces derrière eux qui ne soient englouties par la pluie, la terre et la végétation. Pourtant chaque groupe penan évoluait dans une zone circonscrite, revenant parfois sur les lieux d’anciens campements, selon ce que la forêt pouvait leur apporter, malgré tout le gouvernement du Sarawak, contrairement aux autres communautés autochtones, ne leur reconnait aucun droit foncier coutumier.

Cette histoire leur a légué des traditions fortes et une relation avec la terre puissante, et si les populations du haut Baram sont à présent sédentarisées, elles continuent à vivre en étroite dépendance avec la forêt. Les penans sont restés de grands chasseurs et le gibier reste à ce jour, avec le poisson pêché dans les rivières, leur apport principal de protéine. Ils tirent de la forêt de très nombreuses plantes médicinales ainsi que des légumes et des fruits, si chaque village est entouré de zones déforestées destinées à leurs plantations de riz, puis laissées en jachère, leur tradition agricole est tout à fait récente.

Depuis 30 ans, les penans luttent contre les compagnies forestières et le gouvernement du Sarawak mais si certaines communautés sont parvenues à repousser l’exploitation, la déforestation continue de toute part. Le Penan Peace Park est entouré de zones où des compagnies oeuvrent nuit et jour, empiétant toujours un peu plus sur le territoire penan. Les rivières s’envasent du fait de l’érosion des sols et la pollution consécutive à la déforestation et aux plantations de palmes réduit considérablement le nombre de poissons. Après quelques passages des compagnies il ne reste plus rien, le gibier s’enfonce dans d’autres territoires encore préservés et les communautés penans se retrouvent amputées de ce lien si particulier avec la forêt humide qui fonde le cœur de leur culture.
C’est ce pourquoi le PPP a été créé. S’inspirant de la déclaration des nations unies sur les droits des peuples autochtones, 18 villages ont travaillé pendant 2 ans à la rédaction d’un projet destiné à préserver la culture penan, son savoir-faire et ses croyances, à sauvegarder les forêts et fonder une économie et des institutions autonomes et fortes dans l’enceinte du parc. Afin d’y parvenir la population ambitionne en 6 ans de réaliser 16 projets dont voici la liste :

- Sécuriser la langue penan en produisant et publiant un dictionnaire.
- Revitaliser et transmettre la langue penan par une promotion à l’enseignement.
- Sécuriser le savoir-faire par la publication d’ouvrages traitant des traditions penans.
- Transmettre ce savoir-faire aux générations futures par l’organisation d’un festival.
- Sécuriser l’histoire et les légendes penans par l’enregistrement audio.
- Transmettre cette histoire aux nouvelles générations.
- Sécuriser les zones de forêts primaires restantes en les protégeant des agressions extérieures et réaliser un inventaire de la flore et de la faune concernée.
- Renforcer l’attention écologique en organisant des ateliers et en encourageant les recherches scientifiques au sein du PPP.
- Réhabilitions et restauration des forêts secondaires par une protection des zones concernées et des replantations si nécessaire.
- Promouvoir une agriculture durable en corrigeant et améliorant la technique agricole penan.
- Sécuriser la qualité de l’eau avec l’aide nécessaire du gouvernement du Sarawak en établissant un raccordement de chaque foyer penan à une eau potable.
- Restaurer et réhabiliter les rivières par des méthodes de pêche durable.
- Développer une économie touristique en adaptant les infrastructures.
- Renforcer les institutions locales en édifiant un fort comité au sein de chaque village mais aussi un comité pour le PPP entier.
- Parvenir à une reconnaissance officielle au niveau local, national et international du PPP.

Voilà donc les jalons posés de ce projet ambitieux et si certaines communautés natives du Sarawak approuvent l’exploitation forestière et l’industrialisation des plantations pour les bénéfices que cela peut induire (emplois, routes, infrastructures), les penans en majorité depuis 30 ans refusent cette orientation et luttent pour que soit reconnu un droit coutumier sur les terres exploitées.

A ce jour plus d’une centaine de plaintes ont été déposées contre les compagnies forestières et le gouvernement du Sarawak, dont certaines concernent les villages du PPP et sont encore en cours.


Facebook http://www.deviantart.com/users/outgoing?https://www.facebook.com/profile.php?id=100001666775571| website http://www.deviantart.com/users/outgoing?http://www.juliencoquentin.com

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 juin : Journée Mondiale environnement — Que faisons-nous pour l'environnement ?

Message  Invité le Sam 17 Aoû 2013 - 10:56



.
Pendant que les magazines et les chaînes de télévision parlent de la vie des célébrités,

le Chef de la Tribu des "Kaya po" a reçu la pire nouvelle de sa vie :
Dilma, la présidente du Brésil, a donné son approbation pour la construction d'une énorme centrale hydroélectrique (la 3ème plus grande au monde).
Le barrage inondera environ 400 000 hectares de forêt. C'est la sentence de mort pour tous les peuples vivant près du fleuve.
Plus de 40 000 Indiens devront trouver de nouveaux endroits où vivre.
La destruction de l'habitat naturel, la déforestation et la disparition de plusieurs espèces sont des faits !
Nous savons qu'une image vaut mille mots, et montre le véritable prix à payer pour la "qualité de vie" de nos modes de vie dit "modernes"
Il n'y a plus dans notre monde de place pour ceux qui vivent différemment, que tout doit être aplani, que chacun, au nom de la mondialisation, doit perdre son identité, sa façon de vivre.

Merci pour la vie et la bio diversité


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Midnight Oil — Beds Are Burning

Message  Jacques le Jeu 22 Aoû 2013 - 7:21

Bonjour ! Smile

Ce matin, j'ai cette chanson qui me trotte dans la tête…


Près de 14 600 000 vues…

Arrow Paroles sur La Coccinelle.

ArrowMidnight Oil sur Wikipédia.

Bonne journée. Bises aux filles Very Happy. Jacques Smile

_________________
(Ramoneur haut savoyard porte-bonheur.)

Clique ici -> «Hello !… Ticket to the mood.…» Born to be bipo
avatar
Jacques

Masculin Nombre de messages : 6154
Age : 61
Type troubles : TB 1 -> schizo-affectif
Emploi / Statut : Invalidité 2ème catégorie — RQTH
Date d'inscription : 20/04/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t20-jacques-tb-1

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 juin : Journée Mondiale environnement — Que faisons-nous pour l'environnement ?

Message  Invité le Lun 26 Aoû 2013 - 9:18

6 plantes depolluantes pour l'intèrieur :
%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%


1. L'Arbre de bambou Palm : agit comme un humidificateur naturel.

2. Le Sansevieria : absorbe les oxydes d'azote et le formaldéhyde.

3. L'Areca : une des meilleures plantes de purification de l'air.
Permet un air à la fois purifié et pas trop sec

4. La Phalangère : élimine le monoxyde de carbone et les impuretés. Une des plantes les plus efficaces pour éliminer le formaldéhyde de l'air.

5. Le Lys de la paix : souvent placé dans la salle de bain car il est connu pour éliminer la moisissure. Il supprime également le formaldéhyde et le trichloroéthylène.

6. Le Gerbera : élimine le benzène de l'air. Le Gerbera améliore la qualité du sommeil en absorbant le dioxyde de carbone et en dégageant plus d'oxygène pendant la nuit.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

«Une ville chinoise paralysée par la pollution»

Message  Jacques le Mar 22 Oct 2013 - 6:29

Bonjour ! Smile

Lu sur

Une ville chinoise paralysée par la pollution



Arrow http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/10/21/20002-20131021ARTFIG00474-une-ville-chinoise-paralysee-par-la-pollution.php

Manquent pas d'air, les Chinois !…

Bonne journée. Bises aux filles Very Happy . Jacques Smile

_________________
(Ramoneur haut savoyard porte-bonheur.)

Clique ici -> «Hello !… Ticket to the mood.…» Born to be bipo
avatar
Jacques

Masculin Nombre de messages : 6154
Age : 61
Type troubles : TB 1 -> schizo-affectif
Emploi / Statut : Invalidité 2ème catégorie — RQTH
Date d'inscription : 20/04/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t20-jacques-tb-1

Revenir en haut Aller en bas

«Les 10 sites les plus pollués du monde»

Message  Jacques le Jeu 7 Nov 2013 - 3:21

Bonjour à toute l'équipe ! Smile

Lu sur

Par Romain David 3. Publié le 06/11/2013.

«««

Le Blacksmith Institute, une ONG américaine qui soutient les projets environnementaux de dépollution, publie depuis 2007 son classement des dix sites les plus pollués du monde. Retour sur un triste palmarès…

»»»

(Clique ici) Arrow Les 10 sites les plus pollués du monde.

Bonne journée. Bisous à toutes et à tous Very Happy . Jacques Smile

_________________
(Ramoneur haut savoyard porte-bonheur.)

Clique ici -> «Hello !… Ticket to the mood.…» Born to be bipo
avatar
Jacques

Masculin Nombre de messages : 6154
Age : 61
Type troubles : TB 1 -> schizo-affectif
Emploi / Statut : Invalidité 2ème catégorie — RQTH
Date d'inscription : 20/04/2008

http://bipolairemd2008.forum-actif.eu/t20-jacques-tb-1

Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum